Interview de Dane Haylett-Petty, arrière du Biarritz Olympique

Dane avec Biarritz

Dane Haylett-Petty est l’arrière Australien du Biarritz Olympique depuis le début de la saison 2010-11. Arrivé surprise sur la côte basque avec son compatriote Michael Bond, il s’est rapidement imposé pour devenir l’un des titulaires de l’équipe de Jean-Michel Gonzalez et Jack Isaac. Né le 18 juin 1989 à Durban en Afrique du Sud, ses parents émigrent à Perth en l’an 2000 où il continue la pratique du rugby au sein du club de Cottesloe. Il grimpe petit à petit les échelons régionaux en représentant les schoolboys de Western Australia en 2006 et 2007 et sera même capitaine de cette sélection la dernière année. Il sera également membre de l’équipe nationale Australienne schoolboys en 2007. Il deviendra le premier “local” à être contracté par la Western Force en 2008, franchise où il restera jusqu’à la fin du tournoi 2010. Il jouera également pour les Highlanders de Gordon en Shute Shield dans la banlieue de Sydney en 2009 et sera membre du squad Australien de rugby à VII en 2008. En complément du rugby, Dane étudie le commerce et l’économie au sein de la prestigieuse University of Western Australia.

English readers can read this interview by clicking on this link

Jack Isaac

– Avais-tu beaucoup entendu parler de Biarritz et du Top 14 avant d’être contacté par Jack Isaac l’an passé ? Apprécies-tu la vie au Pays Basque ?

Je ne connaissais pas grand-chose du Biarritz Olympique ou de la compétition avant mon arrivée ici. J’ai regardé quelques rencontres du Top 14 diffusés en Australie et discuté avec quelques personnes connaissant le Top 14, dont Jack Isaac, avant de signer. On m’avait dit que c’était un bel endroit pour vivre et jouer au rugby mais je crois que ça a dépassé mes attentes. J’ai vraiment apprécié ma première saison au Pays Basque. C’est un endroit magnifique !

– Quelles sont les différences tactiques clés entre le Super Rugby et le Top 14 ? Les clubs français préparent-ils leurs rencontres différemment d’en Australie ?

Je crois que le Super Rugby est une compétition plus rapide, mettant d’avantage l’accent sur l’attaque, mettre les défenses sous pression alors que les compétitions Européennes privilégient les phases de jeu (mêlée, touche, etc…), le jeu au pied tactique et la défense. Je pense que les Français se préparent légèrement différemment, ils sont plus passionnés et guidés par leurs émotions, en particulier pour les matchs à domicile. En Australie nous nous évertuons surtout à garder notre calme et en nous concentrant pour être le plus performant possible.

Justin Turner

– Tu as été le premier joueur originaire de Western Australia à signer un contrat professionnel avec la Western Force. Richard Graham a déclaré au cours de notre interview qu’il était très confiant quant à la possibilité de voir plus de joueurs originaire de Perth en Super Rugby. Partages-tu son opinion ? Penses-tu que dans un futur proche la Force sera moins dépendante des joueurs du New South Wales ou du Queensland ?

La Western Force a beau avoir été créée il y a peu de temps, les standards du rugby en Western Australia se sont améliorés de façon drastique, et cela va continuer dans la même voie en s’améliorant. Nous avons déjà assisté à l’émergence de bons joueurs locaux comme Justin Turner ou Kieran Longbottom avec la Western Force, ou même Zack Holmes avec l’équipe d’Australie Sevens. Il y a encore plus de talents qui vont éclore et qui bénéficient désormais d’un boulevard vers le professionnalisme grâce à la Force. Sans aucun doute, à terme, la région pourra former ses propres Wallabies et être moins dépendante des joueurs de la côte est.

Dane avec Gordon face à Randwick

– Tu as joué pour Gordon à la fin de la saison de Super Rugby. Penses-tu que le Shute Shield soit suffisamment compétitif pour préparer les joueurs pour le Super 15 ou la fédération Australienne doit-elle réinstaurer une compétition intermédiaire comme la Currie Cup ou l’ITM Cup ?

Le Shute Shield est une bonne compétition dès la fin du Super 15 quand tous les joueurs regagnent leurs clubs mais je crois que l’écart en terme de niveau de jeu entre les deux tournois est trop important. Je suis persuadé que la majorité des joueurs en Australie préfèreraient jouer une compétition professionnelle comme la Currie Cup afin de pratiquer un rugby de qualité tout au long de l’année.

– Malheureusement le rugby à VII est sous-estimé en France. En tant qu’international Australien de cette discipline, quels sont les skills que tu as acquis durant ta pratique de ce sport ? Sont-ils utiles en Top 14 ou en H Cup ou les stratégies semblent plus focalisées sur la défense ?

Avoir joué au rugby à VII pendant une année a été très bénéfique pour mon rugby, plus particulièrement en tant qu’outside back, pour attaquer l’espace, prendre les intervalles et sur les placages en un contre un comme il est demandé aux arrières. Le Sevens a été pris beaucoup plus au sérieux récemment en Australie et je suis sûr qu’il en sera de même en France depuis l’introduction de ce sport aux Jeux Olympiques.

– Chris Jack et Peter de Villiers ont déclaré par le passé que le talent des joueurs de l’hémisphère sud régressait en venant jouer en Europe. Es-tu d’accord avec ces déclarations ? Penses-tu pouvoir retourner jouer en Australie en étant un meilleur joueur ?

Tout dépend des raisons pour lesquelles ils signent en Europe. S’ils ne sont là que pour l’argent, ils ne jouent probablement pas au maximum de leur potentiel, mais il y a beaucoup de joueurs qui sont venus ici et qui ont excellé. Je pense personnellement m’être amélioré en jouant un rugby de qualité chaque semaine, tout au long de l’année, ce que je ne pouvais obtenir en Australie. C’est particulièrement important pour un jeune joueur, car nous apprenons énormément en jouant, en faisant des erreurs et en les rectifiant, beaucoup plus qu’en s’entrainant constamment.

Richard Graham, entraîneur of the Western Force

– Suis-tu les performances de la Western Force dans ce Super 15 ? As-tu remarqué un changement dans le style de jeu de la franchise entre les stratégies de John Mitchell et de Richard Graham ?

Je n’ai malheureusement pas pu regarder suffisamment de rencontres mais j’ai tout de même suivi leur progrès. D’après les échos, ils ont bien joué malgré certains de leurs résultats. Bien que je ne puisse pas argumenter sur les différents styles de jeu, j’ai travaillé avec les deux coachs et ils sont assez similaires, apportant un accent important sur la défense. Ca n’est pas très différent des équipes européennes, probablement parce qu’ils ont tous les deux travaillés au Royaume Uni.

– Quels sont tes projets pour la suite de ta carrière ? As-tu déjà envisagé de retourner en Afrique du Sud pour jouer dans le Super 15 ou la Currie Cup ?

Pour le moment j’apprécie énormément ma vie à Biarritz et je suis prêt à rester et jouer au rugby ici les prochaines saisons. Après cela j’aimerais retourner en Australie et rejouer en Super Rugby. Ca ne me dérangerait pas de jouer une ou deux saisons en Afrique du Sud, surtout si je peux vivre dans des villes magnifiques comme Cape Town ou Durban.

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On
0 comments

Trackbacks

  1. […] des académies des franchises auparavant. On peut également retrouver un visage connu du Top 14, l’ancien ailier Biarrot Dane Haylett Petty de retour en Australie. A suivre également l’autre ailier Corey Brown, excellent en Shute […]