Les Wallabies débutent bien les Tri Nations

Will Genia... homme du match

Les Wallabies ont remporté brillement ce samedi face aux Springboks leur premier match des Tri Nations même si tout n’a pas été parfait, en attestent les deux essais encaissés en fin de match démontrant un certain relâchement des hommes de Robbie Deans.

Les Australiens sont entrés sur le terrain en portant un brassard noir en hommage à Halley Appleby, jeune talonneur de la University of Queensland et ancien coéquipier de James O’Connor au Nudgee College, décédé à l’age de 21 ans suite à un placage pourtant régulier reçu lors d’un match contre GPS Rugby. Face à eux un XV Sud Africain privé de nombreux cadres mais tout de même de belle allure pour ceux qui suivent le Super Rugby. En effet les Matfield, Botha ou Habana n’ont clairement pas performé cette saison alors que Juan Smith, Heinrich Brussow ou Fourie Du Preez ont peu joué, trop souvent blessés. Les joueurs alignés samedi sont eux, malgré le faible bilan des provinces Sudafs, plutôt sorti du lot cette saison et leur sélection aurait été logique même sans l’avalanche de blessés.

Rob Simmons, petite surprise

Robbie Deans a de son côté sélectionné son équipe type privée de quelques blessés comme Drew Mitchell, Berrick Barnes ou Tatafu Polota Nau mais au regard des performances de leurs remplaçants, ils devront cravacher à leur retour. Il est vrai que les arrières ont été impressionnants, même Pat McCabe des Brumbies a haussé son niveau de jeu à un poste qu’il s’est vu attribué uniquement cette saison. Adam Ashley Cooper a lui prouvé qu’il n’était pas le même joueur quand il évolue en équipe nationale que quand il joue en club. Encore une fois énorme en défense il retrouve son niveau de l’an passé, trop souvent bridé à l’aile cette saison pour briller. Rien à rajouter concernant Quade Cooper, Will Genia, Digby Ioane, James O’Connor et Kurtley Beale, ces cinq là sont indéboulonnables et au sommet de leur art en ce moment, même si la réputation de Ioane reste faible en France, ce dernier n’ayant pas joué au Stade de France face aux Bleus en novembre dernier, et l’on sait que cette rencontre reste le mètre étalon de beaucoup de gens ici! Nick Phipps, entré en jeu à la place de Genia, a encore énormément de travail à accomplir pour pouvoir se hisser au niveau de ses coéquipiers, sa passe étant tellement lente… Il doit tarder à Robbie Deans que Luke Burgess revienne de blessure. Du côté des avants, je me suis demandé toute la semaine comment le coach kiwi des Australiens avait pu se passer de Nathan Sharpe, taulier de la seconde ligne depuis des années. Mais la performance de Rob Simmons, associée à son coéquipier chez les Reds James Horwill a été exceptionnelle, dans les airs aussi bien que dans le combat au sol. Cette complémentarité est un atout indéniable alors qu’il y a encore quelques années, les médiocres Mark Chisholm et Dean Mumm étaient titulaires. David Pocock est toujours aussi impressionnant dans son rôle de plaqueur gratteur et Rocky Elsom, n’ayant pourtant qu’une rencontre au compteur en Super Rugby, semble retrouver petit à petit son niveau de 2010. Mention spéciale à Sekope Kepu, trop souvent blessé lors des tournées depuis 2009 qui sur les deux dernières rencontres a prouvé qu’il pouvait faire oublier Benn Robinson (dont je ne suis absolument pas fan), comme ce fut déjà le cas lors du Super 15. Il a tenu son rôle en mêlée fermée et a effectué quelques placages défensifs destructeurs au bon moment. Son évolution est à suivre.

Morne Steyn critiqué

C’est vrai qu’il est très facile de taper en priorité sur l’ouvreur d’une équipe vaincue, mais une nouvelle fois les limites de Morné Steyn ont été exposées au grand jour. Il est certes l’un des meilleurs buteurs du monde mais ses lacunes dans l’animation offensive sont criantes. Associé à un demi de mêlée emprunté comme l’était Ruan Pienaar samedi, le résultat ne peut qu’être très moyen. Malheureusement même si beaucoup de voix s’élèvent en Afrique du Sud pour que le prodige Pat Lambie soit titularisé en 10, il y a de fortes chances que le conservateur Peter de Villiers ne change pas son équipe type datant de 2009. Derrière, Juan de Jongh a été plutôt moyen, Lwazi Mvovo et Gio Aplon dangereux par moments mais Bjorn Basson et Wynand Olivier ont rendu une copie catastrophique. Devant, les absences de Pierre Spies, Beast Mtawarira et Bismarck du Plessis se sont faites sentir, ainsi que l’agressivité d’un Botha ou d’un Burger à moindre mesure. Ashley Johnson a cependant été assez intéressant et j’aimerais le revoir au sein d’une équipe plus compétitive. John Smit semble par contre à bout! Le futur parisien Gerhard Mostert a été rappelé en renfort pour palier à l’éventuel forfait de Flip van der Merwe, touché aux côtes. Les Springboks affronteront le week end prochain des All Blacks en très grande forme, larges vainqueurs des Fidji vendredi dernier, et l’addition pourrait être encore plus salée pour eux!


Résumé de la rencontre en vidéo


Retour sur l’après match Australie-Samoa

Alesana Tuilagi

Je me suis bien régalé la semaine dernière en lisant la presse “spécialisée” et ses analyses d’avant match entre Wallabies et Springboks. Si les Sud Africains ont surtout été critiqués pour leur avalanche de vrais/faux blessés, les Australiens ont eu droit à plus de considérations et à des raccourcis intéressés. Donc pendant que les surcotés Wallabies sombraient face aux valeureux guerriers Samoans, nos petits Bleus s’achetaient un état d’esprit à Chambon sur Lignon en faisant du rafting et du VTT. Il faut bien entendu essayer de convaincre le lecteur que les Bleus ont une chance de gagner le Mondial pour vendre du papier quitte à fournir des informations hasardeuses. C’était d’ailleurs la raison principale de la création de ce blog il y a deux ans… essayer de fournir des informations correctes sur le rugby de l’hémisphère sud, Google Traduction n’étant pas assez efficace pour nos journalistes hexagonaux.

Nick Phipps... trop lent

Alors oui les Wallabies ont perdu face aux îles Samoa mais y avait-il vraiment des raisons de s’inquiéter de cette défaite? Aucune! Pour avoir vécu en Australie, je sais que la presse rugbystique n’y connait pas la demi-mesure, n’ayant pas l’habitude comme nous de la défaite (sauf contre les All Blacks). Je me souviens qu’après avoir battu Japonais et Canadiens en 2007, ils se voyaient déjà gagner la Coupe du Monde malgré un jeu terriblement pauvre qu’ils ne semblaient (ou voulaient) voir. Cette fois ci, la défaite contre les Islanders est devenue une des plus grande honte de l’histoire des Wallabies! Rien que ça! Et la presse française s’est contentée de traduire bêtement… Quelques échanges avec des blogueurs australiens m’ont permis de voir que nous étions sur la même longueur d’onde après ce match… aucune information objective n’est à en tirer! Les Wallabies n’ont certes pas respecté leurs adversaires, mais les médias aussies non plus, affirmant même ne pas connaître les joueurs alors que la grosse majorité a déjà évolué en Super Rugby, ITM Cup ainsi qu’en Europe. Nous n’avons plus affaire à des mélanésiens en tong venus passé un week end à Sydney! Mais pour cela il faudrait que Greg Gowden, Rupert Guinness, Peter Fitzsimmons et autres anciens internationaux sortis du chapeau voient plus loin que les rivages de leur île!

Matt Giteau, à Toulon plus vite que prévu?

Les joueurs Samoans s’entrainent ensemble depuis près d’un mois et on participé à la Pacific Nations Cup 2011. Au passage, cette compétition ayant été remportée par le Japon, beaucoup ont affirmé que les nippons pourraient jouer les troubles fêtes en Nouvelle Zélande. Il ne faut pas rêver! Un simple coup d’œil aux compos des équipes montre que les trois îles du Pacifique ont procédé à une large revue d’effectif pendant ce tournoi ce qui ne favorise pas la continuité dans les résultats! L’équipe une a cependant été alignée à Sydney, comptant également l’apport de Kahn Fotuali’i des Crusaders. Les Australiens ont eux largement fait tourner, reposant les Reds et leurs principaux joueurs, et ne s’étaient entraînés en commun que quatre jours avant le match. Matt Giteau, sur la pente descendante depuis deux ans, s’est vu titulariser en 10 pour être ensuite éjecté de l’équipe de départ la semaine suivante. Bien que défendu par beaucoup grâce à son “expérience”, Robbie Deans a l’intelligence de le juger sur ses performances actuelles plutôt que sur ses exploits passés! Mais bon il va bientôt devenir une star de notre Top 14, le “meilleur championnat du monde”, alors il faut ménager son image. On a également pu se rendre compte que Nick Phipps n’avait pas (encore) le niveau international et qu’il devra faire attention dès l’an prochain car du côté des Brumbies une grosse compétition aura lieu entre les rookies Ian Prior et Nic White laissant présager une lutte intense pour devenir le dauphin de Will Genia. Beaucoup d’autres débutants ont aussi été lancés face aux Samoa expliquant les nombreuses fautes de jeu et erreurs défensives dues à l’absence d’automatismes. Nous sommes les premiers à nous trouver des excuses après chaque défaites des Bleus, même les plus humiliantes, alors ayons la décence de reconnaitre celles de nos adversaires, surtout quand elles sont si flagrantes. Mais encore faut-il maitriser son sujet!

Je pense que nous allons prochainement lire dans la presse que tout est désormais rentré dans l’ordre grâce à cette victoire face aux Springboks pour le premier tour des Tri Nations. Toujours cette promptitude à retourner sa veste comme au lendemain de la défaite des Bleus face à l’Italie en mars dernier!

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On
3 comments
Thomas
Thomas

Analyste financier ? Et bien pour ton job et pour ta passion la langue de shakespeare et importante mais dans ta trosième langues je te dirai que je donne à ton blog un excellent rating mais malheureusement la branche dans laquelle tu officies et peu dévelloppé ce qui freine ton net sales et par conséquent ton ROCE j'espère que liverugby n'est pas trop déprimer par ton faible ROE sinon mes prévisions sont à la hausse car en 2011 tes marchés sont porteur de bien plus d'espérance que ceux du nord...Alors investissons dans SudRugby ! Car adrien a un coup d'avance ! bien résumé ? (étudiant Scrumhalf pour qui le modèle EBO fait encore mal au yeux)

Thomas
Thomas

Merci pour ce blog cher "south lover" j'ai moi même beaucoup de mal à comprendre la cécité de nos journaliste hexagonaux, car pour moi les championnats du sud me passionnent bien plus que le top 14. Je suis littéralement subjugué car l'intensité des rencontres du SuperRugby et du tri nations. Petite questions est tu un journaliste ? Car tes articles sont très complets et je ne me lasse pas de les lire. Merci particulièrement pour ton explications des championnats australiens car il étaient pour moi un épais brouillard. Bonne continuation

adrien
adrien

Merci beaucoup! Ça me fait très plaisir! Non je ne suis pas journaliste... juste un analyste financier passionné et saoulé des erreurs des soit disant spécialistes!