Les Wallabies doivent se faire violence

Le scénario n’est pas idéal pour les Wallabies à l’approche de ce quart de finale de très haut niveau contre les Springboks. Après leur victoire contre les All Blacks lors du dernier match des Tri Nations, ils s’étaient vu propulser grands favoris de cette Coupe du Monde 2011. Après une entame réussie dès la seconde mi-temps face à l’Italie, les Australiens se sont effondrés contre l’Irlande et se sont mis tout seul dans cette situation difficile alors que la route vers la finale était tracée! Ecrasés en mêlées, imprécis au pied, dépassés dans le jeu au sol, les Wallabies se sont donc logiquement inclinés face à des Irlandais qu’ils avaient surement pris de haut. Les hommes de Robbie Deans ont ensuite plus fait parler d’eux à cause de la cascade de blessures qu’ils ont connu plus que par leurs victoires sur les Russes et les Américains!

Retour de Digby Ioane

Pour ce match couperet face aux Springboks, le manager Néo-Zélandais des Australiens a décidé d’aligner son équipe-type pré-Mondial, à savoir celle qui a battu les All Blacks à Brisbane pour le dernier tour des Tri Nations (le seul changement concerne O’Connor, suspendu et remplacé par Fainga’a lors de ce match). Radike Samo retrouve donc son poste de numéro 8 après avoir effectué l’intérim à l’aile, Dan Vickerman fait son retour dans l’équipe à la place de Nathan Sharpe qui se voit décaler sur le banc mais c’est surtout Digby Ioane, l’ailier star blessé à un pouce contre l’Italie qui revient pour cette rencontre à la place de Drew Mitchell, forfait sur blessure. On pensait également que Berrick Barnes serait titulaire, en partie pour sa qualité de jeu au pied, mais Pat McCabe (dont les doutes subsistent sur l’état de son épaule) lui a été préféré pour sa défense et sa complémentarité avec Adam Ashley-Cooper. Equipe complète à retrouver en bas de l’article.

J’en profite pour vous indiquer que la Société Générale, par le biais du jeu concours “Par Amour du Rugby”, vous propose de gagner le ballon de cette rencontre! N’hésitez pas à vous rendre sur cette page pour participer!

Une mêlée défaillante

Un Ben Alexander revanchard

Ca n’est pas une surprise, la mêlée Australienne est certainement la plus faible des huit nations finalistes. On le sait tous, “No Scrum No Win”, mais malgré la volonté affichée de sortir rapidement le ballon pour écarter le jeu, la première ligne des Wallabies ne résiste pas souvent à l’impact et recule, voire même s’effondre. Malheureusement pour eux, quand Ben Alexander est en forme, c’est Sekope Kepu qui craque et inversement. Cependant face aux Irlandais, le taulier Stephen Moore était absent, Tatafu Polota-Nau occupant le poste de talonneur. Malgré ses grandes qualités, de retour d’une longue blessure, il n’avait pas soutenu la comparaison avec Rory Best. Au final, les Australiens ont été pénalisés à cinq reprises sur une mêlée face aux hommes de Declan Kidney! Face aux Springboks, ils auront face à eux un attelage tout aussi puissant mais qu’ils connaissent par cœur. Gurthro Steenkamp et Ben Alexander se connaissent très bien et le pilier des Brumbies n’aura pas la même surprise que face à Cian Healy. Il faudra également compter sur Stephen Moore, titulaire cette fois ci, et sur l’esprit de revanche des piliers moqués dans la presse. Il en était de même au mois de novembre dernier et face aux Bleus, la première ligne des green and gold n’avait pas été si ridicule! Mais même si David Nucifora, team manager des Wallabies, à déclaré «Nous n’avons pas de problèmes avec notre mêlée face aux Irlandais. Notre mêlée a été bonne cette année. Nous avons récemment mis sous pression puis dominés les All Blacks et les Springboks. Nous avons manqué d’implication et nous n’avons pas su nous adapter.», les Australiens vont devoir mettre les bouchées double pour franchir l’obstacle Sud Africain.

Quid de la puissance?

David Pocock très attendu

Pourtant considéré comme une pièce maitresse des Wallabies, Berrick Barnes a été placé sur le banc et remplacé par Pat McCabe à cause de son manque de puissance. Car contre les Springboks, les Australiens devront répondre présent dans le combat comme en défense pour résister à une pression qui devrait être équivalente voire supérieure à celle infligée par les coéquipiers de Brian O’Driscoll. Mais face aux Irlandais, David Pocock était blessé et son absence a été flagrante! Gary Gold, l’entraîneur adjoint des Boks, ne s’est donc pas trompé en déclarant que le vainqueur du combat entre Heinrich Brussow et David Pocock dans la zone plaqueur-plaqué influerais fortement sur la victoire du son équipe. De plus, on aurait pu penser que l’absence de Bakkies Botha serait un plus pour les Wallabies, mais la très grande forme de Danie Rossouw depuis le début du tournoi infirme cette idée. En ce qui concerne la défense, le retour de Digby Ioane est important pour suppléer Quade Cooper sur les phases défensives. Comme indiqué plus haut dans cette article, Adam Ashley Cooper ainsi que Pat McCabe ont plus été alignés pour leur défense et leur complémentarité que pour leurs qualités d’attaquants. En fonction de la physionomie de la rencontre, Anthony Fainga’a (défense) ou Berrick Barnes (attaque) devraient entrer en jeu au centre.

Face à l’Irlande, les Australiens avaient été privés de ballon par des irlandais préférant jouer au près plutôt que de se séparer au pied du ballon. La donne sera différente face à des Springboks qui ne sortent que très rarement premier au pourcentage de possession de balle et utilisent le pied de Morné Steyn pour gagner du terrain dans la moitié adverse. Un atout pour les coéquipiers de James Horwill.

Quade Cooper, un génie alternatif

Quade Cooper

Il y a encore quelques semaines, Quade Cooper passait pour un des meilleurs joueurs de la planète rugby grâce à ses skills extraordinaires malgré une défense hasardeuse. Depuis le début du mondial, en mettant de côté les attaques stupides qu’il subit de la part de Néo-Zélandais vexés, il semble marquer le coup et ses choix, hier encore brillants, sont aujourd’hui plus que décriés. Je sais qu’en France on sacrifie très vite un titulaire pour une passe ratée, mais Quade Cooper continue de faire l’unanimité en Australie, et tant mieux. Il devra cependant apprendre à jouer plus collectif et cesser d’envoyer des patates chaudes ou des offloads aléatoires à ses coéquipiers. Il est certain que les Wallabies aiment jouer vite mais s’ils ont la possession du ballon, ils peuvent se permettre de prendre le temps de construire plus de jeu pour franchir la très solide défense Sud-Africaine. Cooper étant la rampe de lancement de cette attaque, il se doit d’être plus patient et réfléchi. En est-il capable?

Une attaque imprévisible

James O'Connor vise le 100%

Les Australiens ont eu très peur d’être démunis aux ailes avec les blessures successives de Digby Ioane (pouce), James O’Connor (dos) et Drew Mitchell (cuisse). Mais si l’ailier des Waratahs a été renvoyé sur Sydney et remplacé par son coéquipier Lachlan Turner, Ioane et O’Connor sont de retour en forme pour tenir leur rang. Le carré (ou losange) magique, Cooper-Ioane-O’Connor-Beale est donc aligné pour la seconde fois du Mondial, ce qui promet de nombreuses relances de la part des arrières des Wallabies. Malgré le froid et le vent de Wellington, Genia, O’Connor, Cooper et Beale ont énormément travaillé leur jeu au pied avec Braam Van Straaten (ancien international Sud Africain) laissant présager une utilisation plus importante des coups de pieds tactiques et pourquoi pas des tentatives de drops si le rideau défensive des Boks s’avère blindé!

Malgré les cinq succès des Wallabies lors de leur six précédents affrontements avec les Springboks (dont deux cette saison), Robbie Deans est bien conscient que la donne est totalement différente en Coupe du Monde et qu’il ne sert à rien de se baser sur le confort de ses victoires passées! Un excès de confiance pourrait être dangereux au cours d’une rencontre où les enjeux et l’intensité sont décuplés. On espère qu’il a bien passé le message à James Horwill et ses coéquipiers!

1. Sekope Kepu (NSW Waratahs) – 2. Stephen Moore (ACT Brumbies) – 3. Ben Alexander (ACT Brumbies) – 4. Dan Vickerman (NSW Waratahs) – 5. James Horwill (Queensland Reds) – 6. Rocky Elsom (ACT Brumbies -> NSW Waratahs) – 7. David Pocock (Western Force) – 8. Radike Samo (Queensland Reds) – 9. Will Genia (Queensland Reds) – 10. Quade Cooper (Queensland Reds) – 11. Digby Ioane (Queensland Reds) – 12. Pat McCabe (ACT Brumbies) – 13. Adam Ashley-Cooper (ACT Brumbies -> NSW Waratahs) – 14. James O’Connor (Western Force -> Melbourne Rebels) – 15. Kurtley Beale (NSW Waratahs -> Melbourne Rebels) – 16. Tatafu Polota Nau (NSW Waratahs) – 17. James Slipper (Queensland Reds) – 18. Nathan Sharpe (Western Force) – 19. Ben McCalman (Western Force) – 20. Luke Burgess (NSW Waratahs -> Toulouse) – 21. Berrick Barnes (NSW Waratahs) – 22. Anthony Fainga’a (Queensland Reds)

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On
0 comments