L’après Coupe du Monde – Des bleus et des bosses

Richie McCaw n’avait plus joué au rugby depuis la victoire de la Nouvelle-Zélande face à la France en finale de la Coupe du Monde. Après avoir traîné durant toute la compétition une vieille blessure au pied, le capitaine des All Blacks et des Crusaders avait été écarté du terrain jusqu’à ce dimanche, où il a fait son retour à la compétition en sortant du banc face aux Waratahs. Bien que son remplaçant et potentiel successeur Matt Todd soit très performant, Todd Blackadder (Crusaders) et Steve Hansen (All Blacks) doivent espérer que ce repos forcé lui aura été bénéfique. Richie McCaw n’a en tout cas rien perdu de son leadership, et c’était bien lui qui désignait les poteaux, même sans le brassard, ce week-end.

Richie McCaw face à Rocky Elsom, autre grand blessé, de retour face aux Waratahs après 6 mois d'absence - Crédits: Getty Images

L’autre figure de proue des All Blacks, Dan Carter avait dû déclarer forfait dès les poules, et aura vécu le succès de son équipe des tribunes. Il a repris récemment la compétition avec les Crusaders, décalé pour le moment en 12 avec l’éclosion de Tom Taylor. Il ne goûte guère ce retour en arrière pour lui, comme en témoigne sa sortie dans la presse récemment. Les années de Coupe du Monde sont toujours difficiles pour les organismes, et l’ouvreur néo-zélandais en a fait durement les frais, comme en témoignent ses difficultés au but depuis son retour. Rappelons que Dan Carter s’était justement blessé alors qu’il bottait à l’entraînement.

Au poste d’ouvreur, ses successeurs en noir à la Coupe du Monde, Colin Slade et Aaron Cruden, auront également subi des blessures respectivement en quarts et en finale. Si Aaron Cruden se porte actuellement très bien avec l’équipe des Chiefs, Colin Slade a lui été de nouveau durement touché avec sa nouvelle franchise des Highlanders. Sa carrière semble belle et bien compromise à cause de blessures à répétition (chez les Blacks en tout cas), et la nouvelle génération avec Beauden Barrett (Hurricanes), Gareth Anscombe (Blues) et donc en tête de file, Cruden, risque fort de lui passer devant.

Quade Cooper Queensland Reds Wallabies

Quade Cooper dont on attend toujours le retour

Autre n°10 pour qui la Coupe du Monde aura été un calvaire avec des prestations décevantes et une grave blessure à la clé, Quade Cooper est toujours éloigné des terrains. Vainqueur l’an dernier du Super Rugby avec les Reds et du Tri-Nations, il manque cruellement pour diriger le jeu de son équipe cette année. Les Australiens ont de plus subi une cascade de blessures au poste d’ouvreur, Mike Harris et Ben Lucas ayant été touchés, et Sam Lane blessé la semaine dernière, ce qui explique en partie leur début de saison difficile. Les ouvreurs, cibles favorites de la 3e ligne adverse (souvenons nous de McCaw sur Morgan Parra), sont parmi les premières victimes d’un jeu de plus en plus physique, avec un rythme dément encore accentué les années de Coupe du Monde.

Jacques Burger Saracens Namibie Welwitschias

Jacques Burger a énormément manqué aux Saracens

Les ouvreurs ne sont cependant pas les seuls à subir des arrêts forcés au stand. Nominé parmi les 5 meilleurs joueurs de la Coupe du Monde par l’IRB, celui qui fut sans doute le meilleur néo-zélandais, Jérôme Kaino (Blues), a été mis sur le flanc pour six mois. Grosse perte pour des Blues en grande difficulté, il ne reverra pas le Super Rugby avant longtemps ayant signé au Japon pour la saison prochaine. Également nominés, le Namibien Jacques Burger (Saracens) est blessé pour 9 mois, tandis que Jamie Roberts (Cardiff) écope de 6 mois. Heureusement les deux autres nominés ont connu des fortunes plus heureuses. Israel Dagg revenait justement d’une grosse blessure pour participer à la Coupe du Monde, où il a brillé (5 essais) comme en ce début de Super Rugby (4 essais). On lui souhaite en tout cas de ne pas connaître le même sort que son homologue français en finale, Maxime Médard blessé pour 6 à 9 mois lors du tournoi. Le 5e nominé était Sean O’Brien, qui malheureusement pour l’ASM était bien présent avec le Leinster ce dimanche.

Piri Weepu All Blacks Auckland Blues Wellington Hurricanes

Piri Weepu, empâté et en méforme

Si la Coupe du Monde n’est ainsi pas forcément synonyme de blessure ou de saison ratée, il faut admettre qu’elle alourdit considérablement le calendrier, modifie en profondeur la préparation, et par conséquent augmente les risques physiques pour les joueurs. D’un point de vue collectif, ce n’est sans doute pas un hasard si les Crusaders et les Reds, finalistes du Super Rugby l’an passé et dont les joueurs ont joué au minimum une demi-finale, ont vécu un début de saison compliqué. Les Blues, au fond du trou, comptent aussi dans leurs rangs de nombreux champions du monde, qui ne sont pas à leur top : Kaino blessé donc, Woodcock, Mealamu, Nonu, Toeava, blessés, de retour de blessure ou de vacances forcées, Weepu vraiment empâté, Boric et Williams en petite forme, malgré les propos étonnamment élogieux de Hansen à propos de ce dernier.

Refrain bien connu du monde du rugby, la surcharge du calendrier est un sujet qui va nécessairement revenir sur la table. Or, le Tri-Nations va être élargi avec l’arrivée de l’Argentine. Les tournées, indispensables financièrement pour les fédérations sudistes, vont être maintenues pour le moment. La SANZAR a refusé d’élargir à 16 équipes la compétition avec l’entrée de la nouvelle province sud-africaine des Southern Kings, mais l’heure n’est visiblement pas à une réduction du nombre de matchs en Super Rugby. Si les médecins, parfois le staff et les joueurs, s’accordent à penser que le rythme actuel n’est pas viable pour la santé des joueurs, dans les faits, les dirigeants ou les financiers ne semblent pas prêts à faire marche arrière. Cela induit nécessairement une préparation physique de plus en plus poussée, ce qui bien entendu peut être très positif. Mais cela induit également des risques non négligeables, avec des joueurs qui tirent trop sur la corde, une multiplication des blessures, des carrière brisées, voir dans le pire des cas, un recours accru au dopage.

Author: Nico

Share This Post On