Wallabies: La fin de l’ère Robbie Deans

Depuis sa nomination en 2008 après une année 2007 catastrophique en tous points pour le rugby Australien, Robbie Deans a effectué des choix difficiles mais que se sont avérés payants, comme se séparer de cadres comme Stirling Mortlock, George Smith, Phil Waugh, Lote Tuqiri ou Matt Giteau pour lancer des jeunes joueurs. Aujourd’hui David Pocock, Kurtley Beale, Will Genia, James O’Connor ou Quade Cooper se sont imposés comme des références à leur poste dans le rugby mondial. Son travail avec les Wallabies jusqu’à la Coupe du Monde ne peut pas être critiqué car il a su renouveler un groupe qui était sur la pente descendante. Seul Richie McCaw, avec la facilité du titre de champion du monde en poche, peut l’ouvrir pour déclarer que Deans n’était pas un grand coach auparavant.

Wallabies Coach Australia

Robbie Deans est plus que jamais sur la selette

Mais malheureusement il semble avoir désormais perdu son talent pour dénicher des joueurs prometteurs et les promouvoir au plus haut niveau. Il est vrai que la saison en cours a vu un nombre incalculable de Wallabies (ou potentiels Wallabies) se blesser gravement, ce qui ne peut servir d’excuse tant les choix du sélectionneur ont souvent été déroutant. Malgré les bons résultats des Reds et des Brumbies lors du Super Rugby 2012, il a préféré faire confiance aux joueurs des Waratahs voire de la Force ou des Rebels comme socle de son équipe. Ces trois équipes ont pourtant été très faibles lors du tournoi!

On peut se poser la question, suite à la performance calamiteuse de Nick Phipps face à la France, pourquoi Nic White, le demi de mêlée des Brumbies, n’a pas eu sa chance? Libéré par Robbie Deans au mois de juin après avoir appris qu’il n’était que le 4e choix du coach, il en a profité pour se faire opérer et est donc aujourd’hui indisponible. Mais se passer du 9 des Brumbies au jeu d’attaque très intéressant pour la lenteur d’un Nick Phipps était un mauvais choix. Même Ian Prior, le dauphin de White à Canberra, serait un meilleur choix que le demi de mêlée des Rebels.

D’autres joueurs ont également confirmé face au XV de France leur niveau moyen affiché depuis le début de la saison internationale voire le Super Rugby, comme Sekope Kepu, Kane Douglas, David Dennis ou Nick Cummins. Mais pourquoi Dan Palmer, membre d’une des premières lignes les plus solide du pays avec Ben Alexander et Stephen Moore aux Brumbies, ne fait pas partie du groupe? Où sont Scott Fardy et Ben Mowen, les tauliers du pack de Canberra lors de la saison dernière? Idem concernant les deux seconde lignes des Rebels, Hugh Pyle et Cadeyrn Neville, plébiscités par les fans mais oubliés par les sélectionneurs. Il semble que Robbie Deans et ses adjoints aient du mal à sélectionner les joueurs ne faisant pas partie du sérail ou des franchises influentes en Australie!

Le problème se pose également à l’aile où Digby Ioane et Drew Mitchell ont longtemps été blessés. Nick Cummins, dont les seules caractéristiques sont d’être musclé et d’utiliser sa puisse pour courir tout droit comme beaucoup d’ailiers stupides des années 2000, n’apporte rien à l’équipe nationale! Il est pourtant présent alors que le meilleur marqueur Australien du Super Rugby 2012 Dom Shipperley est resté à Brisbane, tout comme son coéquipier bourré de skills Luke Morahan. Jesse Mogg, une des révélations du dernier Super XV avec les Brumbies possède également de nombreux skills depuis son passage en équipe nationale à VII et a le mérite d’avoir un très bon jeu au pied. Lui aussi est inexplicablement absent des différents groupes sélectionnés par Robbie Deans. Je ne dis pas qu’avec ces joueurs les Australiens auraient fait beaucoup mieux, mais Deans aurait pu éviter au moins un de ses deux échecs, à savoir la fin du beau jeu d’attaque des Wallabies ainsi que l’absence de progrès dans leur pack et surtout leur mêlée.

Queensland Reds Wallabies

Ewen McKenzie en première ligne pour remplacer Robbie Deans

La volonté de Robbie Deans de former un groupe en vue d’affronter les Lions Britanniques & Irlandais en juin prochain est louable mais contrairement aux Néo Zélandais en 2005 ou aux Sud Africains en 2009, les Australiens apparaissent comme des proies faciles à battre pour la sélection de Warren Gatland. Leur jeu actuel est insipide et téléphoné, les joueurs échouant souvent à trouver les bonnes solutions pour gêner l’équipe adverse. Mais comme l’a déclaré Stirling Mortlock ce matin, il est peut être trop tard pour que l’ARU se sépare de Robbie Deans, la tournée des Lions ayant lieu en plein Super Rugby et les derniers matchs de préparation pour les Australiens ayant lieu en ce moment même! Certes les franchises auront certainement pour consigne de reposer les internationaux et de les mettre à disposition pour les nombreux stages de préparation mais rien de remplace l’expérience acquise en match. Mais deux évènements jouent contre le technicien Néo Zélandais. Premièrement John O’Neill, son plus fidèle soutien, a démissionné de la présidence de l’ARU le mois dernier et un audit en cours cherche a nettoyé toutes traces de son passage. Deuxièmement, Ewen McKenzie vient de laisser sa place d’entraîneur des Reds à Richard Graham et occupe désormais le poste “Berbiziesque” de Director of Coaching. Sa bonne connaissance du jeu et de joueurs Australiens ainsi que sa disponibilité quasi immédiate pourraient lui permettre de remplacer efficacement Robbie Deans si son contrat était rompu. Une chose est sûre, quoi qu’il arrive, son contrat ne sera pas prolongé au delà de l’année 2013!

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On
3 comments
castaignède le joueur
castaignède le joueur

Robbie Deans n'est pas responsable de tout, mais comme partout où un pb existe, il a sa part de responsabilité. Ce qui n'est pas de sa faute: - la litanie de blessés est la faute de préparateurs physiques totalement incompétents, qui ont trouvé leur diplôme dans une pochette surprise. C'est obligé que ce soit ça!! La loi des séries n'existe pas, la loi des nuls si. Déjà je m'étonnais des nombreuses blessures de joueurs australiens durant le SR (Waratahs surtout), mais là cela dépasse l'entendement!! Il est évident que l'on tire trop sur les corps lors des préparations, que l'on prépare mal les joueurs aux prochaines échéances. - la faiblesse en conquête, en mêlée principalement, n'est pas le fait de Deans. Les australiens étaient déjà des télétubbies en 2007 (les fameux Dunning et Shepherdson). Ils se font démonter face aux gros packs depuis 6 ans sans que cela change. Le problème est multiple: coach de la mêlée wallaby, formation des piliers dans les provinces, pas d'attrait pour la mêlée. Ce qui est de sa faute: - les choix de joueur à certains postes. Prendre des gars comme Cummins, Phipps, Dennis, il n'était pas obligé. Malgré les blessures de cadres, il y avait d'autres joueurs disponibles comme tu l'as souligné (Mowen, Morahan, Prior, Kingi). - le placement des joueurs. McCabe tue le jeu en 12, il faudrait peut-être le décaler à un autre poste pour profiter de sa puissance mais en permettant au jeu d'être plus aéré. AAC ne doit pas jouer ailier, c'est le sous-utiliser, il faut le mettre en 13 ou en 15. Alexander devrait peut-être jouer pilier gauche, comme aux Brumbies. Je suppose que Deans va garder le poste pour la tournée des Lions, car comme tu le dis, il n'y aura pas de match de préparation avant les 3 tests. Et je pense qu'en ayant les meilleurs joueurs rétablis, bien choisis et à leur poste, tout cela peut repartir comme en 40!! A mon sens, voilà à quoi devrait ressembler la véritable équipe d'Australie: AAC-Shipperley-Tapuai-O'Connor-Ioane-Beale-Genia-Palu-Pocock-Higginbotham-Horwill-Neville-Palmer-Moore-Alexander. + Mitchell, McCabe, Tomane, Morahan, Horne chez les trois-quarts + Barnes, Cooper, White, Kingi chez les 1/2 + McCalman, Mowen, Hooper, Gill, Samo en 3L + Fardy, Simmons, Pyle, Douglas, Timani en 2L + Polota-Nau, Fainga'a, Robinson, Kepu, Slipper en 1L

DG
DG

"on sort un peu du cadre journalistique" Oups, je viens de bondir sur ma chaise. Je pense au contraire que cet article est typiquement un exemple de ce qu'on devrait pouvoir lire dans les journaux, du fait de la richesse de son contenu et de sa qualité. Merci (un lecteur fidèle)

Shepard
Shepard

Super article, j'aime beaucoup, on sort un peu du cadre journalistique. Deans devrait titulariser Paddy Ryan des Tahs qui est un très bon scrummager. Idem pour Dan Palmer, valeur sûre de la 1ère ligne des Brumbies. Il faudrait aussi essayer Alexander à gauche. A droite, il n'a jamais vraiment convaincu. Ces piliers pourraient casser un peu l'image du pilier wallaby qui se fait enfoncer à chaque mêlée. Je trouve vraiment dommage de se passer des services d'un joueur comme Morahan, un très bon arrière, légèrement sous-évalué à mon sens. Les Brumbies ont également de supers joueurs. Tu mentionnes Nick White, Scott Fardy ou encore Ben Mowen à juste titre. Au poste de 8, les Wallabies doivent composer avec un Wycliff en verre, pas à son vrai niveau. Inadmissible qu'un mec comme Mowen, que je trouve très bon, soit ignoré de la sorte. La seule satisfaction de la saison pour les Wallabies, c'est Michael Hooper. Juste énorme. Les aussies ont 3 opensides de classe mondiale avec Pocock, Hooper et Gill. Deans fait des choix vraiment bizarres mais il est loin d'être le seul. Tu pourrais faire exactement le même article sur Meyer. Ses sélections sont incompréhensibles. Avec Meyer, c'est encore plus frustrant vu qu'il favorise une province, les Bulls en l'occurence. C'est très très frustrant, en fait. Même Hansen fait des choix très discutables mais bon, les Blacks gagnent. Et l'opposition très faible ne permet de révéler au grand jour la contestabilité de ces décisions.

Trackbacks

  1. […] l’impact positif du technicien Néo Zélandais sur le rugby Australien dès sa prise de poste mais il a semble t’il perdu les pédales depuis l’an dernier. D’autres choix de Deans sont également surprenants comme les absences de Jesse Mogg, Ben […]