Le XV de l’année 2012

2012 touche déjà à sa fin et l’heure est désormais aux bilans. Sudrugby vous propose son XV type de l’année, le tout 100% sudiste !

Nathan Sharpe a pris sa retraite après la victoire des Wallabies sur le Pays de Galles

Nathan Sharpe désigné comme capitaine de cette équipe type après sa dernière saison exceptionnelle comme joueur pro.

1. Rodrigo Roncero (ARG – Stade Français) / 2. Adriaan Strauss (RSA – Cheetahs) / 3. Owen Franks (NZL – Crusaders) / 4. Eben Etzebeth (RSA – Stormers) / 5. Nathan Sharpe (AUS – Force) / 6. Marcell Coetzee (RSA – Sharks) / 7. Michael Hooper (AUS – Brumbies) / 8. Kieran Read (NZL – Crusaders) / 9. Aaron Smith (NZL – Highlanders) / 10. Aaron Cruden (NZL – Chiefs) / 11. Julian Savea (NZL – Hurricanes) / 12. Jean de Villiers (RSA – Stormers) / 13. Conrad Smith (NZL – Hurricanes) / 14. Bryan Habana (RSA – Stormers) / 15. Israel Dagg (NZL – Crusaders) / 16. Tatafu Polota Nau (AUS – Waratahs) / 17. Benn Robinson (AUS – Waratahs) / 18. Sam Whitelock (NZL – Crusaders) / 19. Richie McCaw (NZL – Crusaders) / 20. Kahn Fotuali’i (SAM – Ospreys) / 21. Dan Carter (NZL – Crusaders) / 22. Kurtley Beale (AUS – Rebels)


Rodrigo Roncero Pumas Argentine Argentina Stade Français

1. Rodrigo Roncero
Pour son clap de fin, Roncero nous aura gratifiés d’une superbe saison. Il aura pendant le Four Nations été l’un des tout meilleurs Pumas et le chef de file du pack avec Pato Albacete et Juan Fernandez Lobbe. Et que dire de sa saison en club avec le Stade Français qui fut l’une des meilleures. Gros pousseur en mêlée fermée, bon plaqueur, assez mobile et surtout doté d’une roublardise sans précédent, Roncero reste une référence au poste de ces dix dernières années. Il peut désormais pleinement se consacrer à son autre métier : docteur !

Adriaan Strauss Springboks Cheetahs Free State

2. Adrian Strauss
Assez bizarrement, Adrian Strauss fait partie de ce XV de l’année. Talonneur d’exception malgré lui, Strauss n’aura pas moins signé une année fantastique, sans aucun doute sa meilleure depuis son premier contrat pro en 2006. Celui qui faisait figure de troisième voire de quatrième choix pour Heyneke Meyer en début de saison s’est finalement révélé comme un titulaire exemplaire. La saison blanche (ou presque) de Bismark du Plessis, la méforme de Chiliboy Ralepelle et la totale ignorance pour Schalk Brits lui auront permis de s’imposer dans le pack des Boks. Il faut dire aussi que si Strauss truste les standards internationaux, c’est aussi pour beaucoup dû à une concurrence très faible au poste dans les autres pays, notamment en Nouvelle-Zélande avec Hore et Mealamu loin d’être à la hauteur cette saison.

Owen Franks Canterbury Crusaders All Blacks

3. Owen Franks
On a rarement vu un pilier droit aussi efficace, aussi complet, aussi dur, bref aussi performant cette année. Solide en mêlée fermée, disponible dans le jeu courant, inflexible dans les rucks, dur au plaquage, le cadet des Franks aura réalisé une saison pleine, que ce soit avec les Blacks ou avec les Crusaders. En réfléchissant bien, il demeure l’un des joueurs les plus puissants du pack All Black. En à peine quatre saisons avec les Blacks, il approche déjà les 50 sélections. Le tout à seulement 25 ans. Si à un certain moment, on pouvait craindre le retrait de Carl Hayman, ce n’est désormais plus le cas.

Eben Etzebeth Stormers Western Province Springboks

4. Eben Etzebeth
LA révélation de l’année. Etzebeth n’a que 21 ans mais il terrorise déjà tous ces adversaires. Affichant une maturité physique impressionnante pour son âge, le deuxième-ligne a enchaîné les performances de haut niveau cette année. Mais en plus d’être puissant, Etzebeth est devenu en une année l’un des meilleurs sauteurs en touche de la planète. Il marche clairement sur les pas d’un certain Bakkies Botha… Son tempérament au combien particulier, sa rugosité dans les rucks et sa défense irréprochable font de lui le deuxième-ligne idéal pour les Boks, un an après les départs de Matflield et de Botha donc. A suivre…

Nathan Sharpe Western Force Wallabies Queensland

5. Nathan Sharpe (capitaine)
Après les blessures d’Horwill, de Simmons, Robbie Deans s’est vu obligé de rappeler Nathan Sharpe, tout jeune retraité, pour le Four Nations. Pour le bien des Wallabies, il a accepté de faire du rab. Mieux que ça, le géant chauve est devenu le papa du paquet d’avant australien et un capitaine exemplaire après les blessures de Pocock et de Genia. Combattant hors norme, stratège en touche et joueur au grand cœur, le casque bleu aura encore fait parler de lui. Sans doute l’une de ses meilleures années depuis ses débuts en 1999. Sa dernière aussi. Chapeau l’artiste !

Marcell Coetzee Natal Sharks Springboks

6. Marcell Coetzee
Issu de la nouvelle génération des Boks, Coetzee aura réalisé une année exceptionnelle, tant avec les Boks qu’avec les Sharks. D’avantage n°7 que 6, Coetzee aura su tiré profit de l’hécatombe de blessures au poste chez les Boks. C’est sûr que de ne pas avoir Henrich Brussöw, Schalk Burger ou Juan Smith sur le dos, ça aide pour s’imposer. Quoi qu’il en soit, Coetzee aura été l’un des meilleurs plaqueurs du Super Rugby et l’un des avants avançant le plus ballon en main. En bon troisième-ligne sud-af qu’il se doit, il fait preuve d’une agressivité sans pareil. Reste à peaufiner son rôle de gratteur qui lui aura valu un statut de remplaçant pendant les tests de novembre, au profit d’un François Low. A 21 ans, il a l’avenir devant lui.

ACT Brumbies NSW Waratahs Wallabies Australie

7. Michael Hooper
L’autre grande révélation de l’année. On connaissait déjà depuis quelques temps du côté des Brumbies les talents de plaqueur-gratteur de Hooper. 2012 aura été l’année de l’avènement d’un autre nouveau grand troisième ligne australien, après les George Smith, Rocky Elsom et autre Phil Waugh. Au départ, Hooper ne devait que suppléer momentanément Pocock, blessé dès le début du Four Nations. Il aura fait mieux que ça, il s’est imposé comme le meilleur n°7 du monde, au nez et à la barbe de Richie McCaw. Oui Hooper a été meilleur que McCaw, déjà pour son année bien plus remplie en terme de match (McCaw a loupé la moitié du Super XV) mais aussi car il plaque plus et porte beaucoup plus le ballon, le tout en avançant énormément (plus de 50m par match en moyenne). Hooper est en passe de devenir un très grand joueur. On attend la confirmation.

Kieran Read All Blacks Canterbury Crusaders

8. Kieran Read
Sans conteste le meilleur n°8 au monde. Spécialiste du poste, Read impressionne par sa technique extraordinaire, sa dextérité, son assurance et son activité. Le prototype même de l’avant All Black, capable de tout faire. Read aura réalisé sa meilleure saison, et de loin. A n’en douter dans le top 5 des meilleurs joueurs du Four Nations. Avec près de cinquante sélections à son actif, Read est l’un des grands tauliers des Blacks. Sans parler de son statut aux Crusaders où il aura maintes fois remplacé l’aura de McCaw, blessé. Il postule d’ailleurs pour le capitanat, chez les Saders mais aussi chez les Blacks.

Aaron Smith All Blacks Highlanders

9. Aaron Smith
Tout a commencé quand Aaron Smith a poussé Jimmy Cowan sur le banc des Highlanders. On s’est dit que le garçon devait en avoir du potentiel. Et effectivement on n’a pas été déçu. Sa passe phénoménale aussi fluide que précise, son tempérament incroyable et ses qualités d’explosivité ballon en main parlent pour lui. Dans un style relativement classique mais voulu, Steve Hansen a trouvé chez Aaron Smith les qualités idéales pour mener à bien le jeu néo-zed. Les Kiwis tiennent enfin leur demi de mêlée attitré depuis le départ de Byron Kelleher.

Aaron Cruden Chiefs All Blacks

10. Aaron Cruden
Si Dan Carter est sensé être le meilleur joueur du monde, il ne l’est que pour l’IRB. Pas en pratique. Et son statut de meilleur ouvreur du monde est lui aussi à remettre en cause. Aaron Cruden – lui – a su remettre en cause l’hégémonie de Carter chez les Blacks. En vain. Qu’importe il viendra un jour où Aaron Cruden s’imposera comme le dynamiteur du jeu néo-zed. Mais au-delà d’une place de titulaire en équipe nationale qu’il fait plus que de convoitiser, Cruden a mené un parcours exceptionnel avec les Chiefs. Si l’attaque des Chiefs s’est autant rebiffée, c’est en grande partie dû à la maestria de Cruden. En plus que d’avoir les qualités un attaquant hors-pair, Cruden en impose par sa précision dans son jeu au pied. La preuve en est par son statut de meilleur réalisateur du Super Rugby. N’en jetez plus, Cruden est bien meilleur que Carter.

Julian Savea Wellington Hurricanes All Blacks

11. Julian Savea
La nouvelle bombe des Blacks. Cette année, Savea aura percé après avoir été l’un des tout meilleurs Baby Blacks de ces cinq dernières années. Aussi impressionnant en sélection qu’avec les Hurricanes, Savea a tout pour lui : une accélération à couper le souffle, des appuis de feu, une puissance peu imitée à son poste et une défense sûre. Il marche sur les pas de son idole : Jonah Lomu. Autant finisseur que perforateur dans le jeu, Savea a scotché tout le monde cette année. Et ça ne fait que commencer. 12 essais en 9 sélections. La classe quoi.

Jean de Villiers Springboks Stormers Western Province

12. Jean de Villiers
Jean de Villiers, c’est l’assurance à l’état pur. A 31 ans et plus de 84 sélections sous le maillot des Boks, de Villiers assure, c’est le moins que l’on puisse dire. Il n’a peut être pas les qualités d’explosivité d’un Maa’ Nonu mais il est rarement battu en défense et très souvent pertinent en attaque. Mieux, Jean de Villiers s’est imposé comme le nouveau capitaine des Boks. Idem chez les Stormers. Par sa grande expérience et ses qualités de leader nées, il trouve sa place dans notre XV type.

Conrad Smith Hurricanes All Blacks

13. Conrad Smith
Le trois-quarts centre le plus classique au monde. Ou le plus moderne, c’est vous qui voyez. 2012 n’a pas échappé à la règle et Conrad Smith a de nouveau signé une saison formidable. A coup sûr l’un des tout meilleurs joueurs de l’année, tous postes confondus. Pourtant vu comme ça, Conrad Smith ne paye pas de mine. Mais comme chaque année sa défense irréprochable, son sens d’orientation du jeu incroyable mais surtout sa capacité à jouer juste en attaque font de lui le meilleur n°13 au monde. Mieux que personne d’autre, il apparaît comme le régulateur de la ligne de ¾ des Blacks et le leader de jeu avec Carter et McCaw. Et comme si cela ne suffisait pas, « the Snake » est aussi le capitaine en chef des Hurricanes.

Bryan Habana Toulon Springboks Western Province Stormers

14. Bryan Habana
Sur la pente descendante depuis plusieurs saisons, Bryan Habana n’était plus que l’ombre de lui-même. Et si le joueur continuait à être sélectionné avec les Boks, ce n’était que de par son statut de joueur emblématique. Mais cette année tout a changé et Habana est redevenu ce qu’il a été : un finisseur au combien redoutable. Il aura surtout fait ses preuves cette année, durant le Four Nations et notamment lors de la double confrontation face aux Blacks où il aura été étincelant. Le néo-Toulonnais a (presque) retrouvé son niveau de 2007, année où il avait compilé titre en Super Rugby, titre de champion du monde et titre de meilleur joueur du monde. Ça tombe à point nommé pour l’attaque des Boks…

Israel Dagg Crusaders All Blacks

15. Israel Dagg
Depuis trois ans maintenant, Dagg est la référence ultime au poste d’arrière. Cette saison est venu renforcer tout le bien que l’on pensait de lui. Pour lui aussi, 2012 a peut être été sa meilleure saison. Spécialiste du poste, Dagg impressionne dans tous les secteurs de jeu auxquels il est confronté. Ses interventions en attaque sont toujours justes, son jeu au pied puissant, sa défense peu critiquable et son aura dans les airs est incroyable. De plus, Dagg apporte sa touche de folie au jeu des Blacks. Il aurait grandement mérité une nomination au titre de meilleur joueur IRB. Comme beaucoup d’autres…

Le XV type d’Adrien

1. Rodrigo Roncero (ARG – Stade Français) / 2. Adriaan Strauss (RSA – Cheetahs) / 3. Owen Franks (NZL – Crusaders) / 4. Eben Etzebeth (RSA – Stormers) / 5. Nathan Sharpe (AUS – Force) / 6. Liam Messam (NZL – Chiefs) / 7. Michael Hooper (AUS – Brumbies) / 8. Kieran Read (NZL – Crusaders) / 9. Aaron Smith (NZL – Highlanders) / 10. Aaron Cruden (NZL – Chiefs) / 11. Julian Savea (NZL – Hurricanes) / 12. Jean de Villiers (RSA – Stormers) / 13. Conrad Smith (NZL – Hurricanes) / 14. Bryan Habana (RSA – Stormers) / 15. Israel Dagg (NZL – Crusaders) / 16. Stephen Moore (AUS – Brumbies) / 17. Census Johnston (SAM – Stade Toulousain) / 18. Patricio Albacete (ARG – Stade Toulousain) / 19. Juan Martin Fernandez Lobbe (ARG – RC Toulon) / 20. Ruan Pienaar (RSA – Ulster) / 21. Kurtley Beale (AUS – Rebels) / 22. Adam Ashley Cooper (AUS – Waratahs)

Author: Antoine

Dépressif pendant plusieurs années. A sombré non pas dans la drogue, mais dans le Top 14 de longs vendredis soir, notamment à travers les prestations d’une équipe jouant en blanc et rouge (ou ciel et blanc je sais pas trop ; ah, on me souffle dans l’oreillette que c’est pareil de toute façon) dirigée par un type au nom d’effaceur et qui a toujours fait des chemises trop chères pour moi. Tout semblait perdu, je n’étais plus que l’ombre de moi-même, rêvant parfois d’un « David Marty Tribute » sur Youtube. Et un beau jour, mon adolescence de pré-Directioner fut sauvée de justesse par le rugby, le vrai, celui d’en bas (pas d’Agen hein). Richie, Bismarck et Quade sont devenus mes héros, le Super Rugby mon fantasme. P.S : tente de temps à autres de pondre des papiers sur un blog constitué d’un futur chauve étant grand admiratif de Sony Bill Williams et d’un stagiaire argentin alcoolique souvent habillé en poncho.

Share This Post On
0 comments

Trackbacks

  1. […] Adriaan Strauss (Cheetahs): Adrian Strauss s’était déjà démarqué l’an passé comme le meilleur talonneur de la planète. Il l’est encore cette année. « Faute de mieux » serions-nous tentés de dire à première […]

  2. […] une place de titulaire. Mieux, Cruden est devenu le meilleur ouvreur du Super Rugby et même du monde… A regarder de près, la limite entre le statut de remplaçant et de titulaire se brouille. […]

  3. […] INDISPENSABLE ET INDÉTRÔNABLE. Kieran Read confirme et se bonifie d’années en années. On vous disait la saison dernière que 2012 était la meilleur saison de sa carrière, il faut croire qu’il s’est encore […]

  4. […] AARON CRUDEN (Nouvelle Zélande – Chiefs / Manawatu) On commence à s’y habituer. Déjà l’an passé, Sudrugby l’avait désigné meilleur ouvreur au monde. Force est de constater que Cruden n’a […]

  5. […] dans nos équipes types 2012 et 2013, Michael HOOPER (Australie / Waratahs, AUS) s’est fait devancer par le retour en […]