Highlanders – Des outsiders de choix ?

Après avoir traité des Blues dans cette conférence néo-zélandaise, nous nous penchons maintenant sur les Highlanders, équipe au profil particulier. Les Highlanders figurent-ils parmi les grands favoris du Super Rugby à venir ? S’annoncent-ils comme des outsiders de choix ? Ou restent-ils – finalement – une équipe de milieu de classement peu ambitieuse ? Eléments de réponse.

Andrew Hore talonneur des All Blacks et capitaine des Highlanders pour le Super Rugby 2013

Andrew Hore – nouveau capitaine de cette équipe – s’en gratte la tête, les Highlanders seront-ils parmi les six premiers en juillet prochain?

Leur saison 2012

Que l’on se le dise, les Highlanders ont été l’an dernier une équipe à part. A part déjà, par leur classement. C’est simple, les Highlanders du haut de leurs 50 points se sont retrouvés coincés, isolés entre des Hurricanes difficilement à porter de tir (57 points) et des Cheetahs pour le coup loin derrières (38 points). Parfois les Highlanders pouvaient avoir le niveau d’un quart-de-finaliste (voire plus), parfois le niveau d’une équipe au jeu pathétique. Et ils ont sans cesse alterné entre les deux, capables du pire (perdre contre les Blues ou gagner de deux points contre les Lions) comme du meilleur (gagner contre les Chiefs et les Crusaders). Un départ tambours battants – avec quatre victoire de rang, et ce notamment face aux Chiefs donc – nous laissait présumer une belle saison pour la province d’Otago. Las, les Highlanders – après avoir fait le plus dur – se sont certainement tirés une balle dans le pied. S’ils ont vite trusté les premières places, ils se sont lentement enlisés au fil des journées pour terminer à une 9ème place bien frustrante. Ils ont ainsi vu la qualification leur passer sous le nez, alors qu’ils se sont pendant longtemps accrochés à une 6ème place.

Déjà en 2011, ils avaient terminé à une amère 8ème place, dans la même position que l’an passé. Force est de constater que les Highlanders ne cessent de se heurter à la dure loi du Super Rugby, à chaque fois cadenassés par des équipes un ton au-dessus. Il ne manque à chaque fois pas grand-chose aux Highlanders, mais assez pour être systématiquement évincés des six. Cette année, les coéquipiers d’Andrew Hore espèrent bien passer un cap. Une fois pour toutes. Ce cap, ils le cherchent depuis 2002, date de la dernière participation aux phases finales. Depuis les Highlanders n’ont cessé d’évoluer dans le ventre mou du classement, entre la 7ème et la 12ème places. D’où un certain ras-le-bol que les joueurs de Dunedin essaieront de stopper, pour – enfin – ambitionner le haut de tableau.

Pour se faire, les Highlanders vont autant devoir travailler en attaque qu’en défense. En effet, leur attaque et leur défense se classent toutes deux à la 8ème place. Les Highlanders n’ont pu l’an passé s’appuyer sur une bonne défense, certes loin d’être ridicule. A performer. En attaque, les apports d’Aaron Smith, d’Hosea Gear ou encore de Tamati Ellison auront été éloquents. Il faudra continuer sur cette lancée, notamment pour ce qui est du jeu debout, un de leurs grands atouts l’an passé. Mais voilà, ils ont trop souvent laissé filer des points au pied, la faute à des buteurs en berne. Non négligeable. Surtout qu’au même moment, les Highlanders faisaient parfois preuve d’un manque de réalisme, lacune ô combien conséquente. En fait les Highlanders – que ce soit en attaque ou en défense – vont tout simplement devoir se mettre au diapason d’équipes un ton au-dessus d’elle l’an passé pour ambitionner les phases finales.

Jamie Joseph Highlanders Otago Southland Dunedin

Jamie Joseph sera comme l’an dernier aux commandes

Le staff

Jamie Joseph – entraineur en chef – a poursuivi son bail avec Highlanders. Une bonne façon de travailler dans la continuité de 2012 et ainsi d’en retenir les leçons. Mais les Highlanders se sont également attachés les services de Jon Preston (en adjoint, transféré des Hurricanes) et de Scott Macleod (lui-aussi adjoint, en provenance des Chiefs) pour pallier les départs de Simon Culhane et de Kieran Keane vers deux franchise d’ITM Cup. Kees Meeuws, encore joueur il y a deux ans et une des références de la dernière décennie au poste de pilier (bien connu des Castrais où il y a passé trois ans), sera lui le spécialiste de la mêlée. A voir si la mayonnaise prend. On note que chaque membre du staff a été All Black et ce, au moins à dix reprises. Pas rien.

Les transferts

Ma'a Nonu Blues Highlanders Huricanes All Blacks

Ma’a Nonu, le gros coup des Highlanders

Si l’on vous annonce les Highlanders comme des candidats au titre possibles, c’est notamment pour leur diverses arrivés cet été. Les Highlanders ont fait mouche pendant l’intersaison en recrutant Ma’a Nonu, Tony Woodcock et Brad Thorn. Rien que ça. Un trio venu étoffer la franchise de Dunedin à des postes clés où ces derniers pouvaient par moment manquer d’arguments. On note aussi l’arrivée de Fumiaki Tamaka, un des trois Japonais à désormais évoluer en Super Rugby. Le reste des arrivés se limite à des transferts de joueurs provenant d’ITM Cup, jeunes et prometteurs. On peut citer Huge Blake et Jason Emery, tous deux Baby Blacks l’an passé.

Mais l’intersaison n’a pas été sans frais à Dunedin. Si les départs de Jimmy Cowan, Mike Delany, Chris Noakes, de Jason Rutledge et de Doug Tietjens sont sans grande gravité, ceux de James Haskell mais surtout d’Adam Thompson posent problème. Mine de rien Adam Thompson, longtemps dans l’ombre de McCaw chez les Blacks, était sans conteste l’un des hommes forts du club. Au même titre que ce que seront certainement Nonu, Woodcock et Thorn. Vous pouvez retrouvez l’intégralité des transferts ici

L’équipe poste par poste

Jamie MacKintosh Highlanders Southland All Blacks

Jamie Mackintosh a perdu le capitanat des Highlanders

La première ligne devrait être le point d’ancrage du pack. Au talonnage, Andrew Hore, régulièrement titulaire avec les Blacks l’an passé devrait être à la pointe du combat. Il sera d’ailleurs capitaine. Tony Woodcock – recrue phare – devrait évoluer à son poste habituel de pilier gauche. Quant à Jamie Mackintosh, grand habitué de la maison Highlanders, il pourrait glisser à droite de la mêlée. A moins que Ma’afu Fia, titulaire l’an passé – à droite justement – ne lui chipe la place. Mackintosh part tout de même en pole position. Une première ligne Woodcock-Hore-Mackintosh, ça aurait de la gueule, le tout pour un rendu extrêmement solide et avec par-dessus le marché, une grande expérience. Manque peut-être un peu de punch qu’apportera la jeune relève : soit Liam Coltman, soit Brayden Mitchell au talon (tous deux Baby Blacks en 2010 et en 2009) et Ma’afu à la pile donc mais aussi Chris King et Bronson Murray.

Du solide en perspective, il y en a aussi en deuxième ligne. Exit sa pige au Japon, Brad Thorn rentre au pays et compte bien renforcer le pack de Dunedin. On lui fait confiance pour cela, malgré ses 38 printemps. Jarrad Hoeata, qui n’a souvent pas grand-chose à envier aux Ali Williams, Luke Romano et autres Brodie Rettalick, devrait être titulaire. Les deux joueurs formeront un attelage de choix, très complémentaire, Thorn étant excellent dans le domaine physique et Hoeata, davantage technique. Josh Bekhuis, titulaire l’an passé, constituera une doublure idéale pour soulager les deux titulaires. Joe Wheeler essaiera d’en faire de même, à moindre mesure.

John Hardie Highlanders

John Hardie aura la lourde tâche de faire oublier Adam Thompson

En 3ème ligne, ce n’est tout de suite pas la même histoire. En effet, la 3ème ligne se présente comme la grande faiblesse de l’effectif des Highlanders. Ils devront composer sans Thompson et Haskell partis. Loin d’être simple. Mais les Highlanders pourront compter sur John Hardie, titulaire l’an passé en n°7 mais dont le rendu restait quand même un ton en-dessous de ce que proposait Thompson. Nasi Manu lui-aussi titulaire l’an passé – en n°8 – amènera ses talents de perforateur, comme il l’a admirablement bien fait la saison dernière. Côté fermé, Hugh Blake et Elliot Dixon (respectivement Baby Blacks en 2012 et 2009) devraient se jouer la place de titulaire. Avantage peut-être Dixon, Blake étant néophyte en Super Rugby. Tim Boys et Jake Paringatai complètent le groupe.

Colin Slade Highlanders Canterbury All Blacks

Colin Slade est de retour. Une bonne nouvelle du côté de Dudedin

Avec Aaron Smith à la mêlée, les Highlanders n’ont pas de soucis à se faire, Smith étant – on peut le dire haut et fort – le meilleur demi de mêlée du monde en action. Sur sa lancée de 2012, il devrait accélérer le jeu des Highlanders comme il se doit et se montrer dangereux ballon en main à bon escient. A côté de ça, le départ de Jimmy Cowan passe presque inaperçu. Fumiaki Tamaka tentera de gratter du temps de jeu, tout comme Frae Wilson. Façon de parler. A l’ouverture, les Highlanders vont pouvoir de nouveau compter sur les talents de Colin Slade après une saison blanche l’an passé. Une aubaine pour eux, tant il a manqué un ouvreur de grande classe l’an dernier pour animer le jeu, même si Mike Delany épaulé par Chris Noakes auront relativement fait du bon boulot. Hayden Parker, Baby Black il y a deux ans devrait être la doublure de Slade. Lima Sopoaga, propulsé titulaire pour quelques matchs après la blessure de Slade la saison dernière, tentera de remettre en cause ce statut de doublure donnée à Parker.

Au centre, les Highlanders font figure d’épouvantail. Avec Ma’a Nonu en n°12 et Tamati Ellison en n°13, la province de Dunedin ne devrait pas manquer d’arguments au centre du terrain. D’ailleurs si Conrad Smith venait à se blesser (ce qu’on ne lui souhaite surtout pas !), cette paire de centre pourrait bien être celle des Blacks. Rien que ça. De plus, Shaun Treeby, très en vue l’an passé (et Baby Black en 2009) apportera de la profondeur de banc tout comme Jason Emery, lui-aussi Baby Black mais l’an passé. Phil Burleigh – titulaire avant l’avènement de Treeby – tentera de se frayer un chemin au milieu de tout ça.

Ben Smith Highlanders Otago All Blacks

Ben Smith, une arme offensive parmi tant d’autres chez les Highlanders.

Aux ailes, Hosea Gear devrait à nouveau faire valoir sa vitesse. Un atout de marque. Kade Poki, seul 3/4 titulaire des Highlanders à ne pas être All Black (eh oui), n’en démérite pas moins et sera certainement dans le XV type. Il pourra parfois être relayé par Buxton Popouali’i, comme l’an passé. Tout jeune, Declan O’Donnell tentera de se mettre en valeur. On imagine que Ben Smith devrait être placé à l’arrière. Ses interventions toujours pertinentes dans la ligne de 3/4 devraient faire les beaux jours de l’attaque des Néo-Zélandais. Tony Ensor voire Buxton Popouali’i parfois (sauf s’il joue davantage à l’aile) seront ses doublures.

Retrouvez ici le groupe en image

Notre pronostic

Les Highlanders ne peuvent cacher leurs ambitions. Leur équipe – à la fois jeune et expérimentée – semble tailler pour les phases finales, et plus si affinités. Reste à chasser les fantômes de l’an passé et à concrétiser sur le terrain cet effectif visiblement sans grande faille (mise à part la troisième ligne peut-être). Les Highlanders sont-ils capables de nous refaire le coup des Chiefs de l’an passé ? Les deux équipes, à un an d’intervalle, se ressemblent étrangement… Néanmoins, si l’on remet les choses à leur place, les Highlanders ne restent qu’une modeste équipe qui n’a jamais gagné le titre et dont la dernière participation à une phase finale remonte à 11 ans. Le défi s’annonce donc de taille. Rien n’est impossible (surtout en Super Rugby) mais quand même. Finalement, les Highlanders ne s’apparentent qu’à des outsiders. Mais des outsiders de choix. Et pour une équipe parfois sans fond de jeu l’an dernier, c’est déjà pas mal. Faire partie des six premiers semble beaucoup plus plausible et à n’en douter plus juste.

De plus les Highlanders – s’ils veulent espérer les quarts de finales – vont devoir se frotter non seulement aux Chiefs, aux Crusaders mais aussi aux Hurricanes dans la poule néo-zélandaise. Et ça, ça a le don de vous couper l’appétit. On ne passe pas de la 9ème à la 6ème place en un clin d’œil. Les Highlanders vont devoir mettre les bouchées doubles et se hisser en haut de la poule néo-zélandaise, chose loin d’être le cas l’an passé. Il sera aussi indispensable d’aller gagner en Australie et en Afrique du Sud. Mais les Highlanders ont l’air d’avoir les tripes pour. Reste à savoir jusqu’où cela ira. En fait, les Highlanders peuvent être la grande surprise de ce Super Rugby comme la grande déception. Au choix. Il n’empêche, ils ont les dents longues. Et ça se voit.

L’équipe type probable

XV d’Antoine: 1. Tony Woodcock – 2. Andrew Hore (cap) – 3. Jamie Mackintosh – 4. Jarrad Hoeata – 5. Brad Thorn – 6. Elliot Dixon – 7. John Hardie – 8. Nasi Manu – 9. Aaron Smith – 10. Colin Slade – 11. Hosera Gear (vice cap) – 12. Ma’a Nonu – 13. Tamati Ellison – 14. Kade Poki – 15. Ben Smith

XV d’Adrien: 1. Tony Woodcock – 2. Andrew Hore (cap) – 3. Chris King – 4. Jarrad Hoeata – 5. Brad Thorn – 6. Jake Paringatai – 7. John Hardie – 8. Nasi Manu – 9. Aaron Smith – 10. Colin Slade – 11. Hosera Gear (vice cap) – 12. Ma’a Nonu – 13. Tamati Ellison – 14. Kade Poki – 15. Ben Smith

XV de Camille: 1. Tony Woodcock – 2. Andrew Hore (cap) – 3. Ma’afu Fia – 4. Jarrad Hoeata – 5. Brad Thorn – 6. Jake Paringatai – 7. John Hardie – 8. Nasi Manu – 9. Aaron Smith – 10. Colin Slade – 11. Hosera Gear (vice cap) – 12. Ma’a Nonu – 13. Tamati Ellison – 14. Kade Poki – 15. Ben Smith

Author: Antoine

Dépressif pendant plusieurs années. A sombré non pas dans la drogue, mais dans le Top 14 de longs vendredis soir, notamment à travers les prestations d’une équipe jouant en blanc et rouge (ou ciel et blanc je sais pas trop ; ah, on me souffle dans l’oreillette que c’est pareil de toute façon) dirigée par un type au nom d’effaceur et qui a toujours fait des chemises trop chères pour moi. Tout semblait perdu, je n’étais plus que l’ombre de moi-même, rêvant parfois d’un « David Marty Tribute » sur Youtube. Et un beau jour, mon adolescence de pré-Directioner fut sauvée de justesse par le rugby, le vrai, celui d’en bas (pas d’Agen hein). Richie, Bismarck et Quade sont devenus mes héros, le Super Rugby mon fantasme. P.S : tente de temps à autres de pondre des papiers sur un blog constitué d’un futur chauve étant grand admiratif de Sony Bill Williams et d’un stagiaire argentin alcoolique souvent habillé en poncho.

Share This Post On
2 comments
Antoine
Antoine

C'est vrai que le changement de côté de Mackintosh reste très hypothétique. D'un autre côté peut-on passez en un an du statut de titulaire indiscutable, de leader et de capitaine à celui de doublure de Woodcock ? A voir mais je reste d'accord avec toi. Oui Thompson jouait 6 et pas 7. Mais il a été pendant toute sa carrière dans l'ombre de McCaw dans le sens où ils ont tous les deux le même profil de plaqueur-gratteur, et généralement en équipe nationale, le 6 et le 7 ont des profils différents. Voilà pourquoi j'ai mis ça. Il est vrai que si Hoeata jouait 6 (ce que je ne savais pas), ça pourrait être une bonne option, histoire d'étoffer la 3ème ligne. Et Bekhuis n'est pas le dernier des venus non plus. A voir. Tu m'apprends quelque chose pour la blessure d'Ellison. Plusieurs options se présentent, c'est clair. Ou Nonu en 13 et Treeby en 12 ? A voir aussi. Merci pour tes commentaires utiles et pertinents en tout cas. ;)

TLAM
TLAM

Quelques remarques: Je pense que Ma'afu Fia part en pole position pour jouer pilier droit. Il avait gagner sa place sur C.King l'année dernière et le changement de coté (avec succès) de J.McIntosh est pour l'instant assez hypothétique Adam Thomson ne jouait pas grand coté, que ce soit avec les Landers ou avec les Blacks, il n'est donc pas dans l'ombre de McCaw. H.Blake ne sera pas non plus un ton en dessous de Thomson puisque les 2 joueurs n'évoluent pas au même poste. Il pourrait bien que ce soit justement une bonne année pour John Hardie (spécialiste du poste), puisque tous les regards se porteront sur les jeunes flankers openside du pays. Pour le poste de numéro 6, J.Wheeler peut le faire, mais on ne peut pas négliger le retour de J.Hoeata à son poste originel. Qu'il occupe encore et toujours avec Taranaki. Ce qui laisserait à J.Joseph une seconde ligne complémentaire J.Bekhuis-B.Thorn. Il faut également noter la blessure de T.Ellison qui vient changer les cartes du milieu de terrain de cette franchise. Vu que les remplaçants sont plus des 12 (Burleigh, Treeby, Sopoaga). Il va falloir aller chercher Ben Smith, on sait que c'est une piste qui interesse pas mal de monde, ou faire confiance au jeune Jason Emery.

Trackbacks

  1. […] Highlanders – Des outsiders de choix ? […]

  2. […] haut de gamme autour du trio hyper expérimenté Thorn-Nonu-Hore. De ce succès annoncé – même Sudrugby cédait à la tentation Highlanders – il n’en resta que des coups d’éclats aussi poussifs que fugaces. Excitants sur le papier, […]