Hurricanes – La bonne année ?

Après s‘être penché sur les Highlanders, nous nous attaquons à une équipe ô combien similaire : les Hurricanes. Ces derniers, absents des phases finales depuis trois ans désormais ont soif de revanche après une saison 2012 bien frustrante. Tour d’horizon. (Les présentations des Blues d’Auckland et de la Western Force sont également disponibles)

Hurricanes Wellington Lions Super Rugby 2013 ITM Cup

Les Hurricanes, un effectif qui a le sens du jeu en équipe. / Crédits : zimbio.com

Leur saison 2012

Oui, 2012 aura été une saison bien frustrante. 8ème à l’issue de la phase régulière, les Hurricanes ont loupé de très peu à la qualification. Deux points, c’est ce qui leur a manqué pour figurer parmi des six. Autrement dit, trois fois rien. On fait difficilement plus frustrant. Mieux, au-delà de l’échec flagrant de la qualification, la province aura globalement manqué de réussite. Oui, de réussite car ils n’auront su concrétiser leur attaque exceptionnelle. Du haut de leurs quelques 489 points marqué, les Canes s’il vous plait se classent ni plus ni moins comme la meilleure attaque du championnat. Et ça, ça impose le respect. Ils auront éclaboussé chaque rencontre de toute leur classe avec pas moins de 30.6 marqués à chaque match. Ca change de Biarritz. Las, la faute pour beaucoup à une défense très approximative, ils auront vendangés toutes les bonnes choses entreprises. 10ème défense du championnat, les Hurricanes auront encaissés près de 27 points par match. Trop, beaucoup trop. Systématiquement, leurs stats s’élevaient à plus de 15 plaquages manqués. Un peu à l’image des Highlanders, ils ont été capables du pire comme du meilleur. Le pire – déjà – s’est tenu à une défense bringuebalante et le meilleur à une attaque débordante d’inspiration, on l’a dit. Puis à une fâcheuse habitude de conjuguer exploits (victoires contre les Sharks 42-18 ou contre les Crusaders ou les Chiefs) et désillusions (défaites contre les Cheetahs 38-47 ou contre les Crusaders 14-42). Les Canes version 2012, cela a été ça toute la saison, une équipe sur le fil du rasoir, aussi impressionnante par son jeu d’attaque que par son instabilité. Ils regretteront pendant longtemps d’avoir laissé filer la victoire chez les Cheetahs (38-47) ou de s’être inclinés de deux points face aux Highlanders…

Mark Hammett Wellington Hurricanes

Mark Hammett part pour sa troisième année à la tête des Hurricanes.

Le staff

Statuo quo à Wellington où Mark Hammett reste l’entraîneur en chef. Pour la troisième année consécutive, il sera accompagné de l’ancien All Black Alana Ierenia (comme adjoint) et de Richard Watt (comme spécialiste de la défense). On note que Jon Preston (responsable des skills) a quitté le navire pour les Highlanders à l’intersaison.

Les transferts

Si les Hurricanes avaient pris l’habitude d’être actif à l’intersaison depuis quelques temps, force est de constater que cela n’a pas été le cas cet hiver. Le staff fait confiance à un groupe jeune, prometteur sur sa lancée de 2012. L’ossature de l’équipe reste la même si ce n’est à un poste – pilier – où Ben Franks est venu renforcer le pack de Wellington. Seul transfert à noter – mais il est de taille – les autres recrues étant des joueurs venant d’ITM Cup, au nombre de sept. On peut citer Eric Sione, Blade Tompson ou Ardie Savea (frère de Julian) espoirs locaux en première, seconde et troisième lignes.

Pour ce qui est des départs, Daniel Kirkpatrick et Charlie Ngataï manquent à l’appel. La profondeur de banc en 10-12 se retrouve ainsi sérieusement amoindrie. A voir si cela aura des conséquences. Vous pouvez retrouvez l’intégralité des transferts ici

L’équipe poste par poste

Ben Franks Hurricanes Tasman Crusaders All Blacks Wellington

Ben Franks a quitté Christchurch pour Wellington

La première ligne était jusque là le grand fléau de cette équipe. Mais l’éclosion de Dane Coles au talonnage (il est devenu All Black) et l’arrivée de Ben Franks à gauche ont tout changé. Les Canes devraient compter – enfin – sur une première ligne souveraine. A droite Ben May devrait être titularisé. Eric Sione et Jeff Toomaga Allen (tous deux Baby Blacks en 2012 et 2010) tenteront de réaffirmer ce statut de n°1 confié à Ben May. Idem pour Reggie Goodes. Au talonnage, Ash Dixon et Motu Matu’u seront là pour épauler Danes Coles.

En deuxième ligne, l’attelage Jason Eaton-Jeremy Thrush qui a fort bien marché l’an dernier, sera de la partie. Ils devraient partir tous deux titulaires, tant par leur rôle de leader que par leur abattage sur le terrain. James Broadhurst – lui – sera parfois titulaire, comme l’an passé, pour soulager Eaton et Thrush. Le trio avait fort bien marché l’an dernier. Blade Thomson (Baby Black en 2010) et Mark Reddish essaieront de prendre place sur le banc.

Brad Shields Wellington Hurricanes All Blacks

Brad Shields, 21 ans, a l’avenir devant lui

En 3ème ligne, les Canes font figure d’épouvantail. C’était déjà une de leurs grandes forces l’an passé et il n’y a pas de raison que cela change. Victor Vito part comme titulaire – forcément – et même comme chef de file du pack jaune et noir. Reste à savoir quel poste il jouera. N°6 ou n°8 ? Il serait bien possible qu’il glisse à gauche de la mêlée, côté fermé. Car en n°8, un certain Brad Shields – sélectionné dans le squad des Blacks en mai dernier, sans suite – émerge et il est possible que Mark Hammett et son staff lui fassent confiance. Mais il est aussi flanker. En openside Jack Lam, chasseur ô combien redoutable, part en pôle position mais Karl Lowe, n°7 de métier, ne l’entend pas de cette oreille. Mais si Vito venait à jouer n°6, Lam offrirait ainsi une grande complémentarité. A voir. Mais vous l’avez compris les combinaisons sont multiples. Faifili Levave – loin d’être ridicule – aura aussi son mot à dire. Michael Cowan, Calum Gibbins et Ardie Savea tenteront de se faire une place dans l’effectif.

Beauden Barrett All Blacks Hurricanes Wellington Taranaki

Beauden Barrett, chef d’orchestre et buteur de cette équipe

A la mêlée, TJ Perenara, étincelant l’an passé, devait de nouveau être à la baguette. Tout cela à 21 ans s’il vous plait. Chris Smylie et Samisoni Fisilau tenteront de gratter du temps de jeu. Beauden Barrett va de nouveau user de ses talents à l’ouverture. Véritable maître à jouer des Canes l’an passé, il imposera son coup de patte et son crochet intérieur. Tusi Pisi sera sa doublure. Il pourra sans problème le suppléer et jouer – si l’occasion s’offre à lui – premier centre.

Andre Taylor Wellington Hurricanes All Blacks

Andre Taylor, autre arme offensive des Hurricanes

En premier centre justement, Tim Bateman a montré de sérieuses garanties l’an passé. A voir s’il continue sur cette voie. Conrad Smith aura un rôle fondamental à jouer, par son statut de capitaine mais aussi comme dynamiteur de la ligne de 3/4 en second centre. Opetara Peleseuma (Baby Black l’an passé), Rey Lee Lo et Alapati Leiua se disputeront une place de remplaçant et essaieront tant bien que mal à apporter de la profondeur de banc au centre. Aux ailes, il sera difficile de trouver mieux car les Canes pourront compter sur Julian Savea et sur Cory Jane. De quoi faire pâlir n’importe quelle défense. On souhaite bon courage à Richard Buckman et Matt Proctor pour faire valoir leurs qualités (Edit Adrien: Malheureusement pour les Hurricanes Cory Jane s’est gravement blessé aux ligaments du genou et pourrait manquer l’intégralité de la saison 2013. Buckman et Proctor ont donc une petite chance de briller). Enfin à l’arrière les Hurricanes comptent sur Andre Taylor, fantastique joueur bien snobé (au passage) par le staff des Blacks. Que voulez vous, c’est ça la concurrence. James Marshall sera sa doublure.

Retrouvez ici le groupe en image

Notre pronostic

Vu comme ça, l’effectif des Hurricanes paraît très complet. L’ossature d’équipe reste la même et le staff inchangé. La province de Wellington – assez surprenante l’an passé après de nombreux départs – n’a pas de raison de régresser. Bien au contraire. Les Hurricanes, trop courts l’an passé – la faute à deux points – ont les phases finales en ligne de mire. On les sait capables d’une telle performance, tant ils en ont été proches l’an passé. Mais dans une poule néo-zélandaise ultra dense et devant l’avènement annoncé (ou presque) des Highlanders, ils auront fort à faire. Prendre le dessus sur ces Highlanders qui s’annoncent être comme leurs grands rivaux sera capital Et plus que de compter sur un faux pas des Crusaders ou des Chiefs, les Canes devront viser les deux premières places de la poule. Il y aura de toute façon de la casse dans cette poule néo-zed. Reste à savoir qui comptera les dégâts.

Si la mayonnaise (re)prend et si les Canes arrivent à structurer une bonne défense, tout est possible. Mais sans défense, point de salut. De toute façon nous serrons vite fixés, le faux pas étant interdit. A voir aussi s’ils seront être meilleurs que Bulls, Sharks, Reds et autres Brumbies, équipes sensiblement de même allure. La lutte sera à n’en douter féroce et la qualification devrait se jouer à trois fois rien. Les Hurricanes – c’est presque sûr – vont tourner autour de cette sixième place, ils vont la toucher du doigt. Mais reste à savoir jusqu’à quand…

L’équipe type probable

XV d’Antoine: 1. Ben Franks – 2. Dane Coles – 3. Ben May – 4. Jason Eaton – 5. Jeremy Thrush – 6. Victor Vito – 7. Jack Lam – 8. Brad Shields – 9. TJ Perenara – 10. Beauden Barrett – 11. Julian Savea – 12. Tim Bateman – 13. Conrad Smith (cap) – 14. Cory Jane – 15. Andre Taylor

XV d’Adrien: 1. Ben Franks – 2. Dane Coles – 3. Ben May – 4. Jason Eaton – 5. Jeremy Thrush – 6. Brad Shields – 7. Jack Lam – 8. Victor Vito – 9. TJ Perenara – 10. Beauden Barrett – 11. Julian Savea – 12. Tim Bateman – 13. Conrad Smith (cap) – 14. Alapati Leiua (à cause de la blessure de Cory Jane) – 15. Andre Taylor

XV de Camille: 1. Reg Goodes – 2. Motu Matu’u – 3. Ben Franks – 4. Jeremy Thrush – 5. Jason Eaton – 6. Faifili Levave – 7. Jack Lam – 8. Victor Vito – 9. TJ Perenara – 10. Beauden Barrett – 11. Julian Savea – 12. Tim Bateman – 13. Conrad Smith (cap) – 14. Cory Jane – 15. Andre Taylor

Author: Antoine

Dépressif pendant plusieurs années. A sombré non pas dans la drogue, mais dans le Top 14 de longs vendredis soir, notamment à travers les prestations d’une équipe jouant en blanc et rouge (ou ciel et blanc je sais pas trop ; ah, on me souffle dans l’oreillette que c’est pareil de toute façon) dirigée par un type au nom d’effaceur et qui a toujours fait des chemises trop chères pour moi. Tout semblait perdu, je n’étais plus que l’ombre de moi-même, rêvant parfois d’un « David Marty Tribute » sur Youtube. Et un beau jour, mon adolescence de pré-Directioner fut sauvée de justesse par le rugby, le vrai, celui d’en bas (pas d’Agen hein). Richie, Bismarck et Quade sont devenus mes héros, le Super Rugby mon fantasme. P.S : tente de temps à autres de pondre des papiers sur un blog constitué d’un futur chauve étant grand admiratif de Sony Bill Williams et d’un stagiaire argentin alcoolique souvent habillé en poncho.

Share This Post On

Trackbacks

  1. […] les très bonnes fiches de présentation complètes de ces deux clubs par SudRugby, c’est ici pour les Hurricanes et ici pour les […]