Quade Cooper, l’erreur de Robbie Deans

Ayant résidé en Australie il y a quelques années, vous connaissez certainement mon attachement pour les Wallabies. Après une période noire où se sont succédés Eddie Jones et John Connolly à la tête des Green and Gold, j’étais plutôt satisfait que l’ARU nomme un entraîneur étranger de renom, Robbie Deans, alors manager à succès des Crusaders. Lors de ses premières années il a eu le courage de se séparer de cadres vieillissants et plus au niveau comme Matt Giteau, George Smith ou Lote Tuqiri et de lancer des jeunes espoirs. Emmenés par les Pocock, Beale, Cooper, Genia ou O’Connor, les Wallabies atteignent leur pic lors du Rugby Championship qu’ils remportent en 2011 après de très belles performances en 2009 et 2010.

Quade Cooper Queensland Reds Robbie Deans Wallabies Lions Britanniques Irlandais

Quade Cooper et Robbie Deans ont semble t'il rompu toute communication depuis que le sélectionneur des Wallabies ne l'a pas sélectionné pour affronter les Lions Britanniques & Irlandais

Cependant leur niveau s’effondre dès le début du Mondial 2011 avec une défaite face à l’Irlande en poules puis face aux All Blacks en demi et c’est essentiellement le niveau de jeu de Quade Cooper qui alimente les conversations. Conspué par des kiwis aussi intelligents que le public de Nantes avec Delon Armitage, il manque complètement sa Coupe du Monde et ne s’attire pas la sympathie du public avec son attitude arrogante. De plus il se blesse gravement lors du match pour la 3ème place et sera absent plus de six mois.

Son retour avec les Reds est difficile, Cooper ne semblant pas retrouver les skills qui ont fait sa réputation et son impact sur le jeu d’attaque est également non conforme à ses standards. D’abord oublié par Deans pour les tests de juin, il refait surface dans le groupe des Wallabies lors du Rugby Championship mais n’est pas performant et se blesse… Sorti du groupe, il se lâche dans la presse en critiquant l’entraîneur kiwi, le style de jeu qu’il souhaite mettre en place et dénonçant l’environnement “toxique” qui entoure la sélection Australienne. La fin d’année sera également délicate pour Cooper qui, en conflit avec l’ARU, annonce son départ du rugby à XV pour la boxe sous l’influence de son agent, le très controversé Khoder Nasser. Heureusement pour le rugby Australien, tout se passe très bien pour lui dans son fief de Brisbane avec son mentor Ewen McKenzie et finalement Cooper prolonge avec les Reds au moins pour l’exercice 2013.

Ses performances avec les Reds sont excellentes depuis le début de saison et son association avec Will Genia est de nouveau performante. Seul vrai ouvreur de talent en Australie, il est pourtant non sélectionné par Robbie Deans sous le prétexte fumeux d’être mauvais en défense… Ce qui n’est pas une découverte. Trois centres ont été appelés pour postuler au poste de numéro 10, James O’Connor, Christian Lealiifano et Berrick Barnes. Des choix logiques pour faire partie du groupe mais pas pour porter le maillot floqué du 10. Il est inconcevable que les Wallabies se privent de leur meilleur ouvreur et surtout d’une des meilleure charnière de la planète. Le choix de Robbie Deans est avant tout personnel et il sera difficile pour lui d’assumer en cas de déroute face aux Lions. On ne peut pas négliger l’impact positif du technicien Néo Zélandais sur le rugby Australien dès sa prise de poste mais il a semble t’il perdu les pédales depuis l’an dernier. D’autres choix de Deans sont également surprenants comme les absences de Jesse Mogg, Ben Tapuai, Hugh Pyle ou Nic White. La probable sélection de Luke Burgess, insipide depuis deux ans à Toulouse mais propulsé en sélection nationale grâce à sa réputation commence également à faire parler d’elle.

Réponse en juin face aux Lions Britanniques et Irlandais pour savoir si Robbie Deans a eu raison. Ewen McKenzie est en tout cas dans les starting block pour prendre sa succession et il y a fort à parier que Cooper reviendra en odeur de sainteté à ce moment là. En attendant, un peu d’humour en provenance d’Australie!

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On
3 comments
Martin
Martin

L'article est pas mal mais je trouve ça un peu sévère de juger Giteau comme un "cadre vieillissant plus au niveau", surtout il y a 5 ans au moment où il a commencé à se faire dégager de l'équipe. Et puis quand on voit ce qu'on se farcit à la place... Franchement Horne et Fainga'a c'est pas le rugby qui me fait rêver. Après, pour le sujet principal de l'article, Deans a raison de soulever son problème de défense de Cooper. Et, si ça passe en Super 15, c'est pas forcément le cas au niveau international. L'autre problème c'est que demi d'ouverture, c'est un poste où il faut plus de rigueur qu'on veut bien le dire. Et si on peut y ajouter de la créativité derrière c'est bien. Mais il faut pas oublier la rigueur. On a vu ce que ça a pu donner avec Michalak par exemple. Moi je pense que le bon compromis serait... ce cadre vieillissant de Matt Giteau

adrien
adrien

Il a des lacunes défensives c'est une certitude mais pas une nouveauté. Se passer du meilleur ouvreur pour privilégier un autre joueur qui n'est pas ouvreur est une erreur. On verra comment Cooper s'en sort demain face aux Lions pour se faire un avis mais je pense toujours que Deans se trompe.

ceusette
ceusette

Excellent article. Quand ça va mal, ce sont souvent les 10 qui prennent tout. C'était malheureusement prévisible... En plus, les Wallabies vont devoir compter sur l'absence de Beale... Pas très bon pour eux, alors qu'à l'image de Cooper, les conférences australiennes ont l'air d'avoir repris du poil de la bête. Rubystiquement, la non sélection de Quade Cooper n'est pas compréhensible. Genia n'est pas aussi bon avec les autres ouvreurs (même si les joueurs en question sont loin d'être mauvais). Au fait, lors du Mondial, les journalistes français avaient beaucoup apprécié le professionnalisme de Quade Cooper, qui ne s'était pas dérobé à leurs questions, même lors des défaites. Il avait au contraire essayé de répondre patiemment et gentiment à toutes leurs questions... Pas si arrogant alors... Ce n'est donc pas un mauvais gars ! Sans doute, un peu jeune, impulsif, excentrique, mais bon, cela fait aussi partie de son talent. Apparemment, McKenzie a su s'y prendre avec lui. C'est vraiment dommage, car Deans est loin d'être une bille non plus... Du gâchis!

Trackbacks

  1. […] déjà parlé dans un précédent article de l’absence de Quade Cooper dans ce groupe, une vendetta de Robbie Deans qu’il tente de justifier par les carences défensives de […]