Jouer au Rugby en Australie? L’expérience de Simon Berruyer

Depuis quelques années, la part des étrangers en Top 14 et en Pro D2 n’a fait que croître avec les conséquences que l’on sait sur l’équipe de France et l’éclosion des jeunes espoirs. Mais ce que l’on sait moins c’est que ce scénario est semblable en Fédérale 1! Alors pourquoi les Français ne tentent-ils pas plus eux aussi l’aventure dans le Sud? C’est pourtant l’expérience qu’a décidé de vivre Simon Berruyer (@simonberruyer), demi de mêlée ayant évolué plus de 7 ans en fédérale 1, avec le club d’Associates basé à Swanbourne dans la banlieue de Perth en Australie. La Premier Grade est la principale compétition de Western Australia dont Associates est tenant du titre après avoir remporté l’édition 2012, son huitième titre. Ce championnat est en progression fulgurante depuis la création de la Western Force en 2006 et la mise en place d’un vrai programme de formation régional par John Mitchell et Richard Graham il y a quelques années. Aujourd’hui les jeunes joueurs locaux n’ont plus à traverser le pays pour jouer à Brisbane ou Sydney afin de progresser ce qui représente un vrai plus pour installer le Rugby à XV dans une région où le footy est le sport roi. Le rugby local bénéficie beaucoup de l’excellente santé financière de la ville de Perth et de tout l’état d’Australie Occidentale grâce à l’extraction et l’exportation de matières premières. La communauté Sud Africaine (voire Zimbabwéenne) à Perth est également très importante et en croissance, important avec elle sa passion pour le Rugby à XV.

  • Quel a été ton parcours avant de rejoindre l’Australie et Perth?

Après avoir été champion de France juniors Balandrades avec Bievre St Geoirs (Isère) j’ai été contacté par le club voisin de Beaurepaire qui évoluait alors en Fédérale 1. J’ai fait mes premiers matchs en 1ère à 19 ans, 3 ans plus tard je suis parti à Aubenas où je suis resté 2 ans puis j’ai été contacté par Chateaurenard où je suis resté là aussi 2 saisons. Apres plus de 80 matchs et 7 années passées en Fédérale 1 j’avais envie d’un nouveau challenge, de découvrir un autre rugby…

  • Comment as tu été contacté pour rejoindre Associates?

Michael Walker Fitton, un deuxième ligne anglais qui évoluait avec moi à Chateaurenard cette saison m’avait parlé de son année rugbystique avec les “Associates” de Perth. Il était motivé pour y retourner et a donc appelé le coach. Mais malheureusement pour lui il ne cherchait pas de 2ème ligne mais l’entraîneur recherchait un 9 puncheur. Il m’a demandé si j’était intéressé et j’ai donc envoyé mon CV vidéo. Mon profil leur convenait et 1 semaine plus tard j’étais dans l’avion!

  • Comment s’est passée l’adaptation à ton nouveau club? Quel est le niveau par rapport à ce que tu as connu auparavant?

L’adaptation s’est super bien passée, l’équipe avait déjà joué 5 matchs de championnat quand je suis arrivé mais tout le monde a été aux petits soins avec moi et les coachs, les joueurs et l’équipe dirigeante ont vraiment rendu mon intégration facile et je les en remercie!

C’est vraiment difficile de comparer le niveau avec la France. En Fed 1 l’enjeu tue trop souvent le jeu, combat et stratégie sont les maîtres mots. En Australie tu te retrouves 1h30 avant le match, tout le monde est là pour faire son maximum sans arrière pensée. La vitesse de jeu est largement supérieure à la Fed 1 et techniquement les Australiens sont vraiment en avance sur nous. Le jeu est beaucoup plus aéré et est vraiment plus plaisant à jouer et à regarder.

  • Quelles sont à tes yeux les différences principales entre l’approche du rugby (préparation, jeu, administratif, santé) en Australie et en France?

En France les heures d’entrainement passées à parler stratégie, vidéo, et défense sont ici consacrées aux “skills” et au développement physique du joueur. La préparation est beaucoup plus individualisée et les joueurs sont responsabilisés sur leurs efforts à fournir. En France des qu’on peut faire un peut moins d’efforts que le voisin on le fait, ici chacun fait sa part du boulot avec le sourire. Niveau administratif là encore les dirigeants on été supers. J’ai simplement envoyé mes papiers d’assurance, visa et de libération de mon club en Français et tout était prêt à mon arrivée. Je n’avais plus qu’à jouer! Quant à la santé une armada de kiné est présente à tous les entraînements et matchs ce qui est vraiment agréable.

  • Les clubs de Perth, et en particulier le tien, ont-ils beaucoup de contacts avec la Western Force?

Chaque joueur de la Western Force est affilié a un club de Premier Grade, et s’il n’est pas dans le groupe pour le match de Super Rugby du week end, il joue avec son club. Chez nous 5 joueurs sont régulièrement avec la Force et jouent pour les Associates lorsqu’ils ne sont pas dans les 23 pour le week end. De nombreuses stars sont passées par la Premier Grade, l’année dernière Napolioni Nalaga (aujourd’hui Clermontois) évoluait pour l’équipe de Cottelsoe. Dane Haylett Petty, Nathan Sharpe, James O’Connor, Digby Ioane, Scott Stanifoth et bien d’autres joueurs son eux aussi passé par la Premier Grade.

Mon club étant champion sortant il est plutôt prisé et j’évolue donc avec des joueurs d’un très bon niveau. Plusieurs joueurs on d’ailleurs évolué dans les rangs de Hawke’s Bay en ITM Cup où j’ai vu que Régis Lespinas aspirait à jouer cette saison. Certains sont capés avec l’Angleterre A ou moins de 20 ans, d’autres on participé à une Coupe du Monde pour les Tonga, les Samoa ou les Fidji. L’équipe est vraiment cosmopolite ce qui est vraiment super enrichissant!

  • Comment se sont passés tes matchs depuis ton arrivée? Es-tu titulaire?

Quand je suis arrivé j’ai mis un peu de temps à m’adapter et, même si je m’en sors en anglais, sur le terrain et plus particulièrement en 9, la barrière de la langue s’est faite sentir. Après 2 matchs avec la second grade (soit leur équipe réserve) j’ai intégré la first grade. Après 2 matchs où j’étais le remplacent de Mick Snowden (le 3eme demi de mêlée de la Western Force), le coach m’a titularisé suite a mes bonnes performances. Je me sens de mieux en mieux et j’ai énormément progressé au fil des matchs. Ce rugby rapide fait d’initiatives et physiquement beaucoup plus exigeant me convient a merveille.

NB: Michael “Mick” Snowden a signé avec la Western Force en début de saison en tant que membre de l’extended playing squad. Considéré comme le 3e demi de mêlée de la franchise derrière Alby Mathewson (All Black) et Brett Sheehan (Wallaby), il a participé à plusieurs rencontres de Super Rugby suite à la blessure de ce dernier. Vainqueur du Shute Shield (compétition inférieure majeure en Australie à Sydney) en 2011 avec Eastwood, il s’incline en finale la saison suivante face à Sydney University. Membre de la sélection des NSW Country (il est originaire de Tamworth), il était titulaire pour cette sélection face aux Lions Britanniques le 11 juin dernier.

  • Aimerais-tu continuer l’expérience à Perth voire ailleurs en Australie où souhaites tu rentrer en France?

La saison se termine mi Août ici je souhaite donc rentrer dans l’hexagone mais le fait que je ne puisse pas rentrer en France avant la fin du championnat rebute un peu les clubs. Je trouve ça vraiment dommage quand on sait que Août est consacré à la préparation physique en Fédérale 1 et que à la sortie d’une saison comme celle là je serai vraiment prêt immédiatement.

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On

Trackbacks

  1. […] Emilien (@Emilien_Mary) en Afrique du Sud et Simon (@simonberruyer) en Australie, découvrez un nouveau parcours très intéressant pour tout rugbyman français souhaitant tenter […]