Super Rugby – Le XV type de l’année

Super Rugby 2013 Chiefs Brumbies

Les Chiefs, vainqueurs du Super Rugby 2013 mais pas au nombre de joueurs présents dans ce XV type de l’année. Un seul champion néo-zélandais se trouve dans ce classement…

Wyatt Crockett Crusaders All Blacks1. Wyatt Crockett (Crusaders):
Comme quoi être débarrassé de toute concurrence peut vous libérer un joueur. Pendant longtemps, les Crusaders ont composé à la fois avec Wyat Corckett et à la fois avec Ben Franks à gauche de la mêlée. Ben Franks parti du côté des Hurricanes, Crockett pouvait pleinement s’exprimer et goûter aux joies d’être un titulaire indiscutable. Bingo ! Crockett a explosé cette année et est même désormais titulaire chez les Blacks. Non pas qu’il est soit devenu meilleur, il joue tout simplement plus et est reconnu à son juste niveau. Comme quoi la concurrence n’a pas que du bon…

Adriaan Strauss Springboks Cheetahs Free State2. Adriaan Strauss (Cheetahs):
Adrian Strauss s’était déjà démarqué l’an passé comme le meilleur talonneur de la planète. Il l’est encore cette année. « Faute de mieux » serions-nous tentés de dire à première vue. En effet les Mealamu, Moore, Hore et cie se font vieux, la nouvelle génération de talonneurs peine à arriver et Strauss bénéficie il faut dire des blessures à répétition de Bismarck Du Plessis, habituel n°1 chez les Boks, et bien plus encore. Quoi qu’il en soit, Strauss ne fait pas tâche au milieu des avants sud-africains, loin s’en faut. Il fut même le leader du paquet d’avant réputé des Cheetahs. Et quoi qu’on en dise, il est véritablement le meilleur talonneur au monde actuellement.

Owen Franks Canterbury Crusaders All Blacks3. Owen Franks (Crusaders):
Les années se suivent et se ressemblent pour le cadet des Franks. Fort en mêlée fermée, dissuasif au combat, mobile, Owen Franks a tout d’un bon pilier moderne. Mais le must reste sa défense. En effet Franks, en plus d’être un plaqueur solide, plaque beaucoup. Beaucoup trop même pour un pilier. C’est en quelque sorte l’alter ego de Crockett à droite des Crusaders. Ce sont souvent les premiers à plaquer sur les premier et second temps de jeu, mais pas uniquement au ras. Sa tenue dans les rucks est elle aussi excellente. Ce sera à coup sûr une des grosses forces du pack des Blacks cet été. On commence à en prendre l’habitude.

Hugh Pyle Melbourne Rebels Wallabies Australie Australia4. Hugh Pyle (Rebels):
De fil en aiguille, Hugh Pyle s’installe dans la hiérarchie des deuxièmes lignes australiens. Cela fait désormais trois saisons que Pyle s’impose comme un patron du pack des Rebels. Mais cette année, Pyle est monté en régime et se veut être l’un des tout meilleurs secondes lignes du Super Rugby aux côtés des Whitelock, Bekker, Clarke et cie. Mieux, Pyle a été l’un des grands bénéficiaires de l’éviction de Robbie Deans au profit d’Ewan McKenzie. Ce dernier a montré sa volonté de renouveler le pack australien et d’amorcer une nouvelle génération d’avants. Son nom figure désormais dans le groupe élargi des Wallabies, en attendant certainement plus. Car une place semble à prendre aux côtés de James Horwill…

Sam Whitelock Crusaders Canterbury All Blacks5. Sam Whitelock (Crusaders):
S’il y a bien un deuxième ligne qui depuis la coupe du monde 2011 éblouit de sortie en sortie c’est bien Sam Whitelock. Rien ne lui échappe. S’il ne paye pas de mine, le plus connu des Whitelock n’est pas moins très fort au contact. Il ne se trompe que rarement en défense et c’est sans doute le meilleur plaqueur des Crusaders après Matt Todd. Mais c’est surtout par son abattage et sa mobilité hors du commun qu’il se détache de la concurrence. Il se veut aussi être l’un des meilleurs contreurs en touche du Super Rugby et il n’est pas étranger à la conquête infaillible des Crusaders. Ajoutez à cela sa dextérité ballon en main et sa faculté à transformer le jeu et vous détenez là l’archétype du second ligne complet. On a souvent tendance à oublier que Sam Whitelock n’a qu’à peine 25 ans (il les aura en octobre)…

Pieter Labuschagne Free State Cheetahs Springboks Lappies6. Pieter Labuschagne (Cheetahs):
LE meilleur plaqueur de ce Super Rugby cru 2013 ! Pour sa première saison l’an passé, « Lappies » avait déjà montré de sacrées garanties. Mais c’est vraiment cette saison qu’il a explosé au grand jour. Du haut de ses stats incroyables en défense (il tourne quasiment à 16 plaquages réussis par match), Labuschagne s’impose comme le flanker sud-af de base : bon plaqueur, solide et sauteur en touche. De quoi jouer des coudes avec Marcel Coetzee, Arno Botha ou Siya Kolisi pour prendre place dans la nouvelle vague de flankers chez les Springboks. A voire au Four Nations… On note qu’il a effectué toute sa saison en n°7. Mais un repositionnement côté fermé s’imposait pour notre classement…

George Smith Wallabies Brumbies Suntory Sungoliath7. George Smith (Brumbies):
Et pour cause, George Smith se trouve justement en n°7 ! Il faut dire qu’il le mérite. Alors certes un Hooper, un Todd, un Gill ou ce même Labuschagne pouvaient sans problème se hisser au rang de meilleur openside flanker du Super Rugby. Mais l’on ne peut être qu’admiratif devant la saison exemplaire de George Smith qui à 33 ans se veut toujours être une référence à ce poste. Si ce n’est LA référence. Gratteur exceptionnel, joueur d’instinct, gros plaqueur, partout à la fois, Smith c’est la classe à l’état pur. Jusqu’à preuve du contraire, il « gratte » plus de ballons que nul autre joueur en Super Rugby (1.3 par match contre 0.64 pour Hooper ou 1.06 pour Gill). Et on en oublie souvent son rôle d’attaquant et de passeur après contact (à hauteur de 1.3 par match), choses qui font aussi ce qu’est George Smith aujourd’hui : un grand monsieur et un sportif d’exception. C’est comme si la saison blanche de Pocock était passée inaperçue…

Ben Mowen Randwick Brumbies ACT Wallabies8. Ben Mowen (Brumbies) & Capitaine:
Croyez-le ou pas, Ben Mowen n’a jamais eu de chance. D’un naturel discret, Mowen a pourtant toujours été le leader naturel des Brumbies ces dernières saisons (et avant un bon joueur aux Waratahs) et ce notamment l’an passé pour le retour des Brumbies dans la cour des grands. Il en a semble t-il fini avec cette réputation de joueur sous-estimé. Robbie Deans himself (!) est même allé jusqu’à le sélectionner avec les Wallabies face aux Lions. Il pourrait d’ailleurs s’y imposer, que ce soit en n°6 ou en n°8. Normal, Mowen est un joueur exemplaire : excellent sauteur en touche (c’est le meilleur du championnat), bon plaqueur et formidable attaquant, Mowen est admiré de tous. C’est en plus un bon capitaine, d’où cette nomination dans notre XV type.

Will Genia Queensland Reds Wallabies Brisbane9. Will Genia (Reds):
Une chose est sûre, on voit tout de suite si Will Genia se trouve sur le terrain ou pas. Il a manqué le début du Super Rugby, il est revenu comme si de rien n’était. Et tout de suite le jeu des Reds n’a pas été le même. En plus d’être un joueur individuellement incroyable, Genia épate par sa gestion du jeu hors pair, sa passe fluide et sa grande lucidité. Il ne se trompe que rarement. Au fil des ans, Genia ne se détériore pas et il est clairement le meilleur demi de mêlée au monde actuellement étant donné la méforme d’Aaron Smith ces derniers temps. A n’en douter l’un des joueurs les plus indéboulonnables du circuit mondial.

Aaron Cruden Chiefs All Blacks10. Aaron Cruden (Chiefs):
Chaque année encore, Cruden confirme tout le bien que l’on pense de lui depuis la coupe du monde 2011. S’il n’est pas encore le demi d’ouverture attitré des All Blacks (Dan Carter oblige), il n’en est pas loin. Ce n’est pas un hasard si Cruden est le seul Chief à prendre place dans ce XV type de l’année. Nul autre joueur que Cruden n’impulse de cette façon une dynamique de jeu aux champions 2013. Le jeu des Chiefs, c’est lui et d’abord lui. Des meneurs d’hommes de cette trempe, on en compte que sur les doigts d’une main aujourd’hui. Sans leur gourou Cruden, les Chiefs n’en seraient pas où ils en sont aujourd’hui, doubles champions en titre.

Henry Speight Brumbies Wallabies11. Henry Speight (Brumbies):
Israel Folau, Frank Halai, Peter Betham sont tous des joueurs individuels incroyables, capables de (presque) tout sur un terrain. Mais personne d’autre n’arrive à se fondre dans un effectif aussi bien qu’Henry Speight, tout en gardant ses qualités individuelles qui lui sont propres. Un bon ailier c’est aussi ça : être au service des autres et Speight l’est sans doute plus que Folau et cie, rois des statistiques. De toute manière, l’ailier des Brumbies sort d’une saison d’enfer. On note une régularité sans faille durant toute la saison à un poste où il est difficile de l’obtenir. Il sera en plus désormais éligible sous le maillot des Wallabies à partir de la tournée de novembre…

Christian Lealiifano Brumbies Wallabies12. Christian Leali’ifano (Brumbies):
Cela fait désormais quelques temps que Christian Lealiifano joue en Super Rugby, et ce le plus souvent dans le XV de départ des Brumbies. Mais c’est de loin sa meilleure saison ! Une saison qui lui a valu sa première sélection chez les Wallabies. Davantage passeur que franchiseur, Lealiifano brille en premier centre par sa gestion et sa lecture du jeu. Le métier d’un ancien ouvreur me direz-vous. Lealiifano est qui plus est le buteur attitré à Canberra et il le fait bien (c’est le troisième meilleur réalisateur de la saison régulière avec 183 points inscrits). Sa complémentarité avec Tevita Kuridrani fait de la paire de centre des Brumbies l’une des meilleures du Super Rugby.

Rene Ranger Auckland Blues All Blacks Montpellier13. Rene Ranger (Blues):
On savait déjà à l’aube de la reprise du Super Rugby que Rene Ranger allait être un des cadres des lignes arrières des Blues, si ce n’est LE cadre, le patron. Mais de là à imaginer la saison qu’il nous a offerte… Rene Ranger, c’est le peps à l’état pur (le « panache » comme dirait Gérard Holtz…), capable de battre n’importe quel défenseur le tout grâce à un bon équilibre entre vitesse, appuies et puissance. Rene « Danger » a été l’une des grandes terreurs des défenses cette année, et ce notamment en début de saison. Ranger s’est même affirmé comme un gros gratteur, peut-être meilleur même que Luke Braid. Un joueur que l’on aura l’occasion de retrouver en Top 14. Dommage…

14. Willie le Roux (Cheetahs):
Sans doute LA grande révélation de ce Super Rugby en Afrique du Sud avec JJ Engelbrecht. Le Roux possède toutes les qualités d’un grand ailier. Il est à l’aise sous les ballons hauts, bon au pied et surtout excellent relanceur. Il fait parti de ceux qui ont redonné des couleurs à l’attaque des Cheetahs, désormais l’une des toutes meilleures de ce Super Rugby. On le retrouvera très vite avec les Boks lors du Four-Nations où visiblement il semble s’être détaché pour une place de titulaire à l’arrière.

Jesse Mogg Wallabies ACT Brumbies15. Jesse Mogg (Brumbies):
Le jeu au pied défensif est un secteur de jeu que l’on a souvent tendance à sous-estimer dans le rugby moderne. Ce n’en est pas moins un domaine clef, pouvant être décisif dans une rencontre. On n’y perçoit pas forcément tout le travail effectué. Un bon arrière doit assurément posséder un jeu au pied long, précis et intelligent. C’est le cas de tous les grands arrières. Jesse Mogg fait parti de ceux-là. Et c’est justement pour ses qualités au pied que nous avons préféré Mogg à un Piutau, franchiseur né et attaquant redoutable. Deux arrières d’exception, deux profils différents. Et justement Mogg – par la justesse de son jeu pied notamment – semble posséder un profil plus complet et donc meilleur. Surtout que Mogg n’est pas maladroit balle en main et quand il s’agit de relancer, bien au contraire. Piutau prendra place sur le banc…

Banc : 16. Scott Sio (Brumbies) – 17. Coenie Oosthuizen (Cheetahs) – 18. Stephen Moore (Brumbies) – 19. Heinrich Brüssow (Cheetahs) – 20. Nic White (Brumbies) – 21. Kyle Godwin (Western Force) – 22. Charles Piutau (Blues)

Petite remarque : on s’aperçoit que dans ce XV type du Super Rugby 2013, les deux premiers du classement à l’issue de la saison régulière à savoir les Chiefs et les Bulls ne comptent à eux deux qu’un seul joueur en la personne d’Aaron Cruden pour les Chiefs. Etonnant? Pas tant que ça. En effet, Chiefs et Bulls semblent davantage posséder un effectif champion qu’un effectif de champions, tout particulièrement pour les Néo-Zeds. Le jeu que les Chiefs ont pratiqué (et qu’ils pratiquaient déjà l’an passé) semble être le fruit d’une osmose collective avec à son origine une volonté réelle de produire « son » rugby. Francis Delteral peut paraître pompeux à citer du De Gaulle à l’antenne (« La passion du risque, c’est l’essence de la stratégie. ») mais sa remarque est ô combien pertinente. Les Chiefs fonctionnent comme cela, ils entreprennent beaucoup de choses, prennent des initiatives et produisent du jeu en volume, c’est le « risque ». La stratégie mise en place par Dave Rennie et son staff, la capacité des joueurs à se reconnaître dans ce choix de jeu et la volonté coûte que coûte de produire « son » rugby, c’est cette « passion ». Le jeu des Chiefs est bel et bien marqué par cette « passion du risque », cette envie de jouer purement et simplement. Et c’est ce qui fait tout le succès des Chiefs aujourd’hui. Certes il faut de bons joueurs pour mettre en place ce jeu mais en aucun cas ces individualités surpassent le collectif et le sens du collectif qu’émanent de cette équipe. Et Aaron Cruden en est le parfait chef d’orchestre. Il possède d’ailleurs cette « passion du risque » dans son jeu, ses skills, ses prises de décisions. Ce n’est pas un hasard. Le titre 2013 aura sans doute récompensé le système le mieux huilé du Super Rugby et non une constellation d’individualités. Un collectif champion et non un collectif de champions. Une bonne nouvelle en somme.

Author: Antoine

Dépressif pendant plusieurs années. A sombré non pas dans la drogue, mais dans le Top 14 de longs vendredis soir, notamment à travers les prestations d’une équipe jouant en blanc et rouge (ou ciel et blanc je sais pas trop ; ah, on me souffle dans l’oreillette que c’est pareil de toute façon) dirigée par un type au nom d’effaceur et qui a toujours fait des chemises trop chères pour moi. Tout semblait perdu, je n’étais plus que l’ombre de moi-même, rêvant parfois d’un « David Marty Tribute » sur Youtube. Et un beau jour, mon adolescence de pré-Directioner fut sauvée de justesse par le rugby, le vrai, celui d’en bas (pas d’Agen hein). Richie, Bismarck et Quade sont devenus mes héros, le Super Rugby mon fantasme. P.S : tente de temps à autres de pondre des papiers sur un blog constitué d’un futur chauve étant grand admiratif de Sony Bill Williams et d’un stagiaire argentin alcoolique souvent habillé en poncho.

Share This Post On
4 comments
Martin
Martin

Pour reprendre le poste de Bertrand, je ne suis pas d'accord avec son jugement sur Le Roux, mais j'approuve son excitation devant Engelbrecht. Après, en 10, je trouve Cruden absolument ébouriffant et il est depuis deux ans le meilleur DO de la planète, devant Carter, Wilko... sans compter qu'il est plus spectaculaire !

Antoine
Antoine

... oups petit bémol ! Je disais que ça me chiffonais de mettre Labuschagne en 6 ouais. Mais bon Lappies reste meilleur que Brussow donc bon. C'était compliqué de pas mettre Smith... Adrien était pour mettre Brussow côté fermé et Labuschagne côté ouvert. J'avais vraiment un fort pour Smith j'ai donc fait un mix. Mais Brussow revient effectivement en grande forme après sa blessure. Physique marrant ? Un physique de gros gratteur au fond non ? Pocock, Armitage, Smith ont tous à peu près le même physique que Brussow : compact. Et Gill et Hooper restent petits, ils font moins d'1m90, tous. Messam, on peut pas lui reprocher grand chose c'est clair. 7) J'étais parti sur Hooper au départ (qui a d'ailleurs été nommé meilleur joueur par la fédé aussie devant... Smith) mais bon tout bien réfléchi Smith est vraiment plus complet et un cran au-dessus que ce soit au niveau des stats que de l'impression générale. Potgieter il est rigolo à bouger partout mais bon, il reste assez limité non ? Todd et Cane sont tout deux passés un cran au-dessus, surtout Todd. Mais bon Hooper, Smith et Labuschagne restent au-dessus. Pour cette année en tout cas. 8) Je suis clairement d'accord avec toi, Read est vraiment un ton au-dessus de Mowen MAIS Mowen a fait une meilleure année de Super Rugby, beaucoup plus accomplie rien que dans son rôle de leader. Il est dans une meilleure forme au fond. Mais on le verra avec les Blacks pendant le Four Nations, Read va mettre tout le monde d'accord. Il a été un peu blessé aussi. Read marche en mode Diesel un peu comme quelques joueurs en Super Rugby qui sont étonnamment moins bons avec leur franchise qu'en équipe nationale. Peu de joueurs peuvent se permettrent cela... 9) / 10) Oui j'ai failli mettre Carter qui a vraiment été énorme sur la fin. Mais bon pour les raisons que tu cites, Cruden parraissait meilleur. Il est très très régulier, il ne se trompe que rarement. 11) / 12) D'accord avec toi sur Kyle Godwin, c'est pour ça que je l'ai mis sur le banc. Le blog Green and Gold rugby a publié des stats sur le poste de premier centre en Australie et Godwin est clairement au-dessus... 13) D'accord avec toi sur JJ Engelbrecht et AAC. Deux centres qui se ressemblent d'ailleurs dans leur style. 14) Le Roux ça restait le péché mignon d'Adrien même si bon je voyais pas grand monde à part lui, on était d'accord sur ce poste. Halai est quand même plus à l'aise en 11 et c'est là où il joue essentiellement. 15) J'ai mis Mogg pour les raisons que j'ai citées (et Adrien était pour aussi) mais mon coeur balançait pour Piutau, qui a été juste énorme... D'ailleurs la SANZAR lui a adréssé le titre de meilleur joueur du Super Rugby dans ses récompenses officieuses. J'aime beaucoup Ben Smith aussi, une grande classe dans son jeu. Merci à toi ;-)

Antoine
Antoine

Donc moi c'est Antoine le rédacteur de ce papier mais c'est bien Adrien qui dirige le blog et qui l'a crée. On est plusieurs dans la rédaction ;-) 1) Crockett pas excitant ? Vraiment ? Si c'est vrai qu'il est moins fringuant, moins "moderne" que Sio, je pense qu'il reste "excitant" au niveau de son abbatage énorme. Après ballon en main, Sio est clairement meilleur c'est clair. 2) Qui mettrais-tu alors à la place de Moore alors ? Ca reste un bon leader de jeu quand même. 3) Tameifuna est vraiment inpressionnant mais il a longtemps été barré par Manu voire Afeaki (Tameifuna peut jouer des deux côtés il me semble) quand même en début de saison. Pas si serein que ça ! 4) / 5) Ouais Rettalick c'est clair qu'il tient vraiment la route, il n'y pas plus régulier que lui. Faudrait qu'il confirme chez les Blacks et qu'il se détache de Romano pour une place de titulaire. Adrien voulait mettre Clarke à la place de Whitelock avec Pyle (on a fait un mix entre nos deux XV types). Ca se comprend. Peu de différences entre tous ces grands deuxièmes lignes. Complétmement d'accord avec toi pour De Jager. 6) Oui ça m'a

Bertrand
Bertrand

Bonjour à toi, Je suis ton blog depuis un moment et je te remercie pour tous ces articles bien écrits et bien documentés. Une période de chômage me laisse beaucoup de temps poiur regarder les matchs et j'ai beaucoup suivi le Super 15 cette saison. Quelques remarques sur ton équipe type: 1) Crockett est fort mais pas excitant pour un sou. Ben Franks est très fort mais fait vraiment trop de fautes. Oosthuizen a de gros gros problèmes en mélée fermée (voir play-offs). J'aurais mis Scott Sio (que tu as mis sur le banc) qui représente un vrai avenir pour la mélée des Wallabies (il a seulement 21 ans). Fort en mélée malgré son âge, belle activité balle en main et gros défenseur. 2) Comme tu l'as dit, Strauss vainqueur faute de concurrence. Rien d'exceptionnel (même si bon joueur balle en main) mais solide. J'aime bien Deon Fourie des Stormers, mais il a beaucoup joué Flanker cette année donc ne concoure pas dans cette catégorie. Par contre, Stephen Moore que tu as mis sur le banc, je suis désolé mais je peux pas. Trop lent, trop de fautes et pas si puissant que ça. 3) OK pour Owen Franks. J'aime bien les piliers qui plaquent et qui courrent donc d'accord. Ben Tameifuna a pris aussi une grosse dimension en fin de saison (énorme finale). Il faut voir s'il tient la distance et s'il confirme mais il m'a impressionné. 4) Sam Whitelock sans hésitation. Rien à ajouter sur ton commentaire. 5) Que dire sur Hugh Pyle. ESPNScrum l'a aussi mis dans son équipe-type mais pour moi, c'est juste impossible. Je le trouve vraiment pas assez puissant pour un grand 2ème ligne international. J'aurais mis Brodie Retallick, qui après un coup de moins bien en milieu de saison, fait une fin tonitruante. Sa demie et sa finale sont hallucinantes. Petie pièce pour l'avenir sur de Jager des Cheetahs qui m'a vraiment impressioné. 6) Désolé mais pour moi Labuschagne reste 7. Messam fait encore une grosse saison en 6. Si on préfère un profil gratteur, Brussow fait aussi une fin de saison hallucinante même si son physique atypique me fait toujours autant marrer. 7) Depuis le temps que je dis à mes potes que Labuschagne est énorme, il est enfin reconnu à sa juste valeur.(espn l'a mis aussi dans son équipe). Smith a pas assez joué d'après moi pour mériter cette sélection même s'il reste un de mes joueurs préférs (pas de faiblesses, que des qualités). Hooper et Potgieter des Bulls méritent une petite mention aussi. 8) Pour moi, Read reste indétronable. Mowen est bon mais pas assez puissant à mon gout. Il a été très performant contre les Lions mais en jouant 6. Trop limité en puissance pour un 8. Read est le leader des Crusaders et des All-Blacks et mérite sa place ici. Sans blessure, Higginbottam pouvait postuler aussi 9) Bon ben là je crois qu'il y a consensus. Pas de débat 10) Pas fan de Cruden mais il mérite sa place ici. Pour Carter comme pour George Smith, il n'a pas assez joué même si sa fin de saison est énorme. D'ailleurs j'attends de voir le Four Nations avec impatience. Petite remarque en parallèle, j'ai vu que tu aimais bien Toomua (sur l'article de la sélection Aussie). A part sa défense, je ne le trouve pas du tout impressionant. 11) Enfin un amateur de Speight. J'aime beaucoup ce joeur aussi pour toutes les raisons que tu as citées. A sa place on trouve aussi ce monstre de Savea qui a beaucoup amélioré ses points faibles (la défense pour ne citer que ça). Gros finisseur et une menace permanente. Tu cites Folau comme contender mais il a plutôt joué à l'arrière chez les Tahs cette saison (avec Crawford et Betham aux ailes). Lui aussi a une telle marge de progression qu'il semble n'avoir aucune limite. 12) Lealifano est extremement propre (et bon buteur). Pas un génie, pas un monstre physique mais un bon défenseur et un très bon sens du jeu. Kyle Godwin est aussi très très fort. Son problème est de jouer à la Force qui est pas le meilleur endroit pour briller. Pas de 12 dominants mais pas mal de bons joueurs à ce poste (petite pensée pour Jean de Villiers). 13) Ranger est sans aucun doute le centre le plus spectaculaire. Ma préférence va pourtant à JJ Engelbrecht des Bulls qui a pris une énorme dimension cette année. Je sais, c'est un petit péché mignon mais j'assume. Grand fan de AAC aussi mais il a de gros prétendants cette année (Kuridrani le premie, même pour une place chez les Green and Gold) 14) Pas fan de Le Roux du tout. Il a marché sur l'eau en début de saison mais en a beaucoup trop fait à la fin. Ses multiples petits coups de pied par dessus n'ont plus fonctionnés et son jeu en a perdu de son efficacité. Je mettrais bien Folau en 14, ou un bon Frank Halai très solide. 15) Je sais que tu ne vas pas être d'accord mais pas de Mogg pour moi. Ses lacunes défensives sont rédhibitoires pour moi. Il n'aime pas défendre et ça se voit parfois. Même défaut pour Dagg qui en plus a raté son début de saison. J'aime beaucoup Ben Smith qui a battu la France presque à lui tout seul (en jouant ailier). Bonne soirée, Bertrand

Trackbacks

  1. […] mais son concurrent pour une place de titulaire. Mieux, Cruden est devenu le meilleur ouvreur du Super Rugby et même du monde… A regarder de près, la limite entre le statut de remplaçant et de […]

  2. […] blessures (on se souvient du choc contre Jonathan Davies en tout début de la série des Lions). Sudrugby l’a élu meilleur premier centre du Super Rugby et Leali’ifano s’est imposé comme une valeur sûre au niveau international. C’est par sa […]