Le Zimbabwe aux portes de la Coupe du Monde 2015

Les Sables du Zimbabwe n’ont plus participé à une Coupe du Monde depuis 1991, échouant systématiquement en qualifications! Nous avons en effet pris l’habitude de voir les Welwitschias de Namibie représenter le continent Africain voire la Côte d’Ivoire à une reprise en 1995. La faute à une période difficile pour le Zimbabwe à cause des réformes économiques et sociales de l’inénarrable Robert Mugabe ayant poussé à l’exil une bonne partie de sa population blanche et ayant vu tout espoir d’investissement sur le rugby local réduit à néant. Mais il semblerait qu’une relative période de stabilité gouvernementale soit en place depuis 2008 et, sans entrer dans une analyse politique dont je ne suis pas capable, la situation parait s’améliorer pour le rugby Zimbabwéen, les expatriés étant également de plus en plus ouverts à un retour. Focus sur l’état du rugby dans l’ex Rhodésie.

Brian Mujati Racing Metro Tendai Beast Mtawarira Desmund Tutu Sharks Springboks Zimbabwe

Tendai "the Beast" Mtawarira et Brian Mujati, deux des plus célèbres Springboks originaires du Zimbabwe, encadrent l'archevêque Desmund Tutu

Quand on pense au rugby Zimbabwéen, on se remémore surtout la longue liste de grands joueurs nés au Zimbabwe mais ayant porté les couleurs d’une autre nation. Assez logiquement, les voisins Sud Africains ont offert un exil doré aux meilleurs joueurs du pays lors des années difficiles voire même auparavant. Ainsi Bobby Skinstad (42 sélections), Gary Teichmann (42 sélections) et Ray Mordt (18 sélections) ont eu l’honneur d’être nommés capitaines des Springboks, d’autres comme Tendai Mtawarira (53 sélections), Brian Mujati (12 sélections), Tonderai Chavhanga (4 sélections) ou Adrian Garvey (28 sélections) ayant également porté les couleurs de la nation arc en ciel. Des problèmes de citoyennetés ont d’ailleurs interrompu les carrières internationales pourtant prometteuses de Chavhanga et Mujati à la suite des émeutes de 2008 alors que The Beast a eu plus de chance mais n’est pas passé loin de l’inéligibilité. Mais l’Afrique du Sud n’est pas la seule nation “refuge” des expatriés Zimbabwéen, d’autres joueurs font ou ont fait le bonheur de sélections nationales étrangères. On note en premier lieu le flanker David Pocock (46 sélections) avec les Wallabies, les Ecossais David Denton (17 sélections) et Scott Gray (8 sélections), le Gallois Andy Marinos (8 sélections), l’Irlandais David Curtis (13 sélections) et plus proche de chez nous l’Américain du Biarritz Olympique Takudzwa Ngwenya (27 sélections). Enfin, last but not least, bien que né en Zambie, le grand George Gregan (139 sélections) est né de mère Zimbabwéenne et de père Australien!

Brendon Dawson Zimbabwe Sables

Brendon Dawson

L’optimisme est pourtant de rigueur au Zimbabwe où les résultats positifs sont de retour après plusieurs années de disette. L’histoire des Sables en Coupe du Monde ne se limite qu’à deux éditions 1987 (sur invitation) et 1991 (qualification simple contre le Maroc, la Tunisie et la Côte d’Ivoire) où ils étaient les seuls représentant du continent Africain suite au boycott des Springboks encore sous régime d’apartheid. Depuis ils n’ont pas réussi à se qualifier, échouant surtout lamentablement pour les éditions 2007 et 2011 où ils ont véritablement touché le fond en s’inclinant face à des nations mineures comme l’Ouganda ou le Sénégal. Avant d’être reconnu comme un état indépendant en 1980 et renommé Zimbabwe, la Rhodésie a eu l’honneur de recevoir à de multiples reprises les Lions Britanniques et Irlandais mais reste surtout l’une des rares équipes à avoir battu les All Blacks, le 27 juillet 1949 à Bulawayo sur le score de 10 à 8. Un petit exploit! Anciens internationaux, les frères Kennedy et Richard Tsimba ont eu l’honneur d’être élus membres du IRB Hall of Fame en 2011. Aujourd’hui le Zimbabwe, entraîné par un de ses grands joueurs l’ancien troisième ligne Brendon Dawson et managé par Liam Middleton (ancien entraîneur de Bristol en Angleterre) renaît de ses cendres, en partie grâce aux nombreux expatriés qui se déclarent à nouveau disponibles.

Garth Ziegler Bayonne Zimbabwe Sables Cheetahs

Garth Ziegler

En premier lieu, les joueurs cités précédemment ne sont pas les seuls expatriés à jouer au rugby, ils sont seulement devenus internationaux dans les sélections de leurs pays d’accueil. D’autres de leurs compatriotes évoluent à un niveau professionnel ou haut niveau amateur sans pouvoir prétendre à plus! Ces joueurs sont donc activement convoités depuis deux saisons par Brendon Dawson qui a pris en main la sélection en 2007 et multiplie les invitations vers l’étranger depuis deux ans pour participer à divers rassemblements voire des tournois entre nations africaines. Alors certes le Zimbabwe n’est pas en mesure de battre les équipes des Six Nations, du Rugby Championship voire des Iles du Pacifique mais pourquoi pas, à l’instar de la Namibie, talonner quelques nations Européennes plus faibles? Le nom d’Andrew Rose ne vous dit peut être rien mais il est le capitaine du Boroughmuir RCSC, actuel leader de la Scottish Premiership, la première division Ecossaise. International espoir avec le XV du chardon, il a décidé de représenter son pays de naissance et est même devenu capitaine des Sables lors des tests de novembre. On a également pu voir évoluer en équipe nationale (voire avec les Cheetahs en Sevens) l’ancien Bayonnais Garth Ziegler aujourd’hui rentré au pays après une pige en Italie, le seconde ligne Michael Passaportis licencié au Rhône Ovalie Club La Voulte-Valence en Fédérale 1 ou Kingsley Lang qui évolue habituellement avec le Jersey RFC en seconde division Anglaise. D’autres rugbymen évoluant dans des divisions inférieures ou dans des universités Anglaises se sont également greffés au groupe cette saison et ont pu participer au Namibian Tri-Nations en novembre face à la Namibie et au Kenya (seconde place après une courte défaite face aux Welwitschias).

Guy Cronje Zimbabwe Sables Golden Lions

Guy Cronje

La perspective de participer à un Mondial pourrait cependant motiver d’autres candidats qui pourraient choisir de représenter leur pays de naissance ou se souvenir d’avoir une grand mère Zimbabwéenne. C’est le cas des jumeaux de la charnière des Golden Lions Ross et Guy Cronje qui se sont déclarés disponibles mais n’ont pas encore pu porter le maillot vert des Sables à cause de problèmes de papiers mais aussi du bon parcours de leur province en Currie Cup (défaite en demi finale). Le troisième ligne Gareth Meikle est l’un des joueurs les plus prometteurs de l’académie des Natal Sharks! L’Angleterre compte également de nombreux ressortissants Zimbabwéen comme les deux troisièmes ligne d’Exeter Dave Ewers et Don Armand, le seconde ligne de Worcester Mike Williams, les frères Marco et Dante Mama évoluant respectivement à Bristol et aux London Welsh ainsi que l’ancien utility back de Northampton Anders Mogensen. Le centre des Saracens Nils Mordt, neveu de Ray Mordt, est né à Harare mais sa carrière avec l’équipe Sevens d’Angleterre lui ferme malheureusement la porte de la sélection. L’Australie pourrait également devenir un pays “fournisseur” de joueurs car les années 90 et 2000 ont vu l’émigration de nombreuses familles Zimbabwéennes à Perth, Sydney ou dans les zones agricoles du Queensland. David Pocock, arrivé à Brisbane à 14 ans, en est le parfait exemple. Deux professionnels Australiens peuvent toujours prétendre porter les couleurs de leur pays d’origine, l’ouvreur/centre Kyle Godwin et le demi de mêlée Ian Prior, tous deux à la Western Force. Si le premier possède un avenir proche avec les Wallabies, ce n’est pas forcément le cas du second. Et il se dit aussi que d’autres espoirs évoluent actuellement dans les académies du pays ou dans les premières divisions des championnats régionaux. A suivre de près!

Il doit être possible de trouver quelques rugbymen au sein d’une diaspora d’environ 5 millions en Afrique du Sud et estimée entre 200 000 et 500 000 au Royaume Uni. Forte du soutien financier et logistique de l’IRB, la fédération Zimbabwéenne a pu développer le rugby directement dans les lycées du pays comme la Prince Edward School, la Vainona High School ou le Peterhouse Group of Boarding Schools. Quelques jeunes basketteurs ou footballeurs ont d’ailleurs changé de discipline ces dernières années grâce à ces mesures. Sa population locale estimée à plus de 12 millions d’habitants pourrait peser face aux 2 millions de la Namibie, son rival direct pour la qualification. Et à l’instar du Kenya, le Zimbabwe mise aussi sur la progression de son équipe de rugby à VII, les Cheetahs, qui ont participé à la dernière Coupe du Monde en Russie ainsi qu’à l’étape de IRB Sevens World Series à Port Elizabeth. Entre le 26 juin et le 6 juillet 2014 à Antananarivo (Madagascar) se jouera l’Africa Cup Division 1A entre la Namibie, le Kenya, Madagascar et le Zimbabwe. Le vainqueur sera directeur qualifié pour le Mondial 2015 dans le groupe C pour le moment composé des All Blacks, des Pumas et des Tonga. Le second ira en repêchages!

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On
0 comments

Trackbacks

  1. […] Le Zimbabwe aux portes de la Coupe du Monde 2015 […]

  2. […] joueur formé en Western Australia de l’histoire du rugby Australien… Rien que ça! Né à Harare au Zimbabwe, il est arrivé en Australie, à Perth, à l’âge de 8 ans. Lors de l’annonce de son […]

  3. […] vous parlais il y a quelques mois du Zimbabwe qui pour la première fois depuis 1991 pourrait se qualifier pour une Coupe du Monde de Rugby. Il faudra pour cela terminer premier de l’Africa Cup 2014 organisée à Madagascar et qui […]

  4. […] arraché leur qualification lors de l’Africa Cup 2014 qu’ils ont remporté devant le Zimbabwe, le Kenya et Madagascar. Une qualification presque inespérée après les déboires financiers dont […]