Bulls vs Lions – Au cœur du Jukskei derby

Avec le système de Province et un territoire gigantesque, la probabilité qu’une rencontre entre deux équipes sud-africaines devienne un derby est faible. Heureusement moins de 40 minutes séparent la capitale politique, Pretoria de la capitale économique Johannesburg. Hier les Bulls ont rendu la monnaie de leur pièce aux Lions avec une victoire au cordeau lors du deuxième match du Jukskei Derby. Début avril j’ai eu la chance d’assister au match aller entre les deux franchises, retour donc sur l’ambiance du derby.

Le stade est à moitié plein et un bon tiers du public soutient les Blue Bulls

Le stade est à moitié plein et un bon tiers du public soutient les Blue Bulls

Deux franchises à l’image de leurs villes

Le match entre les Golden Lions et les Blue Bulls est une opposition de style entre deux villes diamétralement différentes. Si Pretoria est une ville diplomatique avec des rues propres et des bâtiments administratifs aux influences européennes, on peut considérer les Blue Bulls comme à l’image de leur quartier général. Historiquement c’est le plus beau palmarès sud-africain en Super Rugby puisque la franchise est la seule du pays avoir remporté la compétition et par trois fois (2007, 2009 et 2010). Les Blou Bulle (en Afrikaans) trônent encore à la tête du championnat et sont une valeur sure au fil des ans avec en son sein de nombreux Springboks : Victor Matfield, Adrian Strauss, Trevor Nyakane, Pierre Spies, Flip Van der Merwe, Francois Hougaard ou encore Jan Serfontein.

Pretoria : Une ville administrative où les rues sont propres

Pretoria : Une ville administrative où les rues sont propres

Bien que Johannesburg soit le poumon économique de l’Afrique du Sud et la ville la plus riche du continent il faut se rendre en banlieue pour trouver la trace de toutes ces richesses. Construite sur un filon d’or gigantesque il y a 150 ans, c’est encore aujourd’hui une ville de pionner où les Africains viennent réaliser leurs rêves de succès. Très cosmopolite, elle est divisée en quartiers aux ambiances diverses pas tous fréquentables mais qui donnent à la ville un charme particulier que la jeunesse sud-africaine commence à reconnaître et revendiquer. Les Golden Lions sont un peu comme le centre-ville de Johannesburg, on les trouve attachant mais on voit surtout du potentiel pour le futur. La franchise a remporté en 1993 le Super 10 à la sortie de l’Apartheid, cependant rien depuis l’instauration de la SANZAR.

Johannesburg : Une ville encombrée par les marchands et les embouteillages

Johannesburg : Une ville encombrée par les marchands et les embouteillages

Sur le terrain un match âpre pour un finish en trombe

Jesse Kriel Super Rugby Bulls

Jesse Kriel (Bulls)

La rencontre fut âpre, c’est le moins qu’on puisse dire. Les Blue Bulls jouaient sans certains cadres, Matfield étant blessé et Pollard qui devait commencer la rencontre est finalement aussi mis au repos. On retrouvera cependant une première ligne internationale avec Strauss, Nyakane et Dean Greyling, le capitaine Pierre Spies en numéro 8 et François Hougaard qui évoluera à l’aile. Débutent donc des jeunes tels que Jesse Kriel en 15 (sélectionné dans le squad de préparation pour la Coupe du Monde) ou Hanro Liebenberg qui est l’actuel capitaine des Baby Boks. En face c’est la mobilisation générale derrière l’emblématique capitaine Warren Whiteley, les Lions sont une équipe au jeu alléchant mais qui a montré des failles notamment lorsqu’elle reçoit. Ce derby doit servir de match référence à la maison pour confirmer l’excellente campagne.

La majorité du match se résuma à des mêlées et des pénalités, heureusement que final était plus haletant.

La majorité du match se résuma à des mêlées et des pénalités, heureusement que final était plus haletant.

La première mi-temps se résume à un combat d’avant et à de l’occupation de terrain notamment à cause de la pluie qui s’abat sur Ellis Park dès les premières minutes. Elton Jantjies ouvre les hostilités au pied avec deux pénalités et Jacques-Louis Potgieter après deux échecs convertit finalement la domination de ses avants par 9 points marqués. A la mi-temps 9-6 pour les Bulls.

Armand van der Merwe Super Rugby Lion

Armand van der Merwe (Lions)

La seconde mi-temps s’installe sur le même rythme jusqu’à l’entrée des remplaçants pour les Lions qui vont insuffler un nouvel élan, je pense notamment au jeune talonneur Armand “Akker” van der Merwe et au demi de mêlée François “Faf” de Klerk. Le match se résumant à des pénalités, le score est de 15-15 dans les 10 dernières minutes. Potgieter avait jusque-là répondu à tous les points marqués par E. Jantjies et à 3 minutes de la fin les Blue Bulls obtiennent une pénalité au 30 mètres des poteaux. Jacques Louis Potgieter ne se fait pas prier et rajoute 3 points déterminant pour sceller le score. C’était sans compter avec le cœur des Lions qui vont dans les 2 minutes qui restent réussir à récupérer le coup d’envoi et envoyer le jeune et virevoltant Van der Merwe (16), qui vient de faire une rentrée remarquée, dernière la ligne d’en-but.

Dans le stade une ambiance familiale

La foule a forcément apprécié ce scénario haletant dans le money-time bien que la rencontre n’ait pas offert beaucoup de jeu. L’enceinte de l’Ellis Park est un stade magnifique qui offre une très bonne acoustique. Malheureusement le stade se situe en plein centre-ville de Johannesburg et les environs du stade ne sont pas aménagés pour accueillir une telle foule, le quartier n’étant pas aussi le plus accueillant de la ville beaucoup de supporters resteront à la maison. Heureusement les fans des Blue Bulls ont fait le déplacement puisqu’ils constituent un bon tiers du public. L’ambiance est donc familiale et bon enfant, les groupes sont souvent composés à la fois de supporters des Lions et des Bulls qui agiteront leurs drapeaux au gré des pénalités marquées.

Ellis Park nommé actuellement Emirates Airlines Park est une enceinte moderne qui souffre de son emplacement en ville

Ellis Park nommé actuellement Emirates Airlines Park est une enceinte moderne qui souffre de son emplacement en ville

On notera deux éléments qui ont animé le stade, à l’issue de l’échauffement un supporter s’introduit sur le terrain en slip avec un masque du décrié Jacob Zuma, le président actuel. Après s’être amusé des stadiers, l’individu est finalement contrôlé au sol puis éjecté du terrain. Cependant le speaker le rappelle sur le terrain et lui demande de révéler son identité. On découvre alors le coup-monté de Leon Schuster, le Rémi Gaillard local. Ensuite durant la deuxième période, le manager du stade à du vouloir réchauffer l’ambiance mouillée du stade en proposant trois karaokés. La foule a donc repris Queen ou Oasis en regardant le match se dérouler.

Leon Schuster, humoriste sud-africain hilarant qui s’amuse à piéger les gens caméra caché. Ce jour-là ce sont les stadiers qui ont été ridiculisé.

Leon Schuster, humoriste sud-africain hilarant qui s’amuse à piéger les gens caméra caché. Ce jour-là ce sont les stadiers qui ont été ridiculisé.

La presse sud-africaine a donc reconnu le courage des Lions qui malgré peut-être l’effectif le plus faible d’Afrique du Sud en termes de joueurs internationaux rattrape un mauvais début de saison avec 2 défaites à domicile contre les Hurricanes et les Stormers. Cependant les 3 victoires obtenues à l’extérieur durant leur tournée en Australasie contre les Blues, les Rebels et les Reds, constituent l’une des meilleures campagnes à l’extérieur de l’Afrique du Sud. Au point qu’hier ils talonnaient les Blue Bulls au classement, pointant tous deux à 6 victoires contre 4 défaites. Le travail du coach Johann Ackermann est reconnu puisque 3 de ses joueurs (Lionel Mapoe, Faf de Klerk, Robbie Coetzee) participeront pour la première fois aux camps des Springboks alors que Warren Whiteley et Elton Jantjies essayeront obtenir une 3ème cape internationale.

Même lorsque le jeu reprend, les supporters continuent de chanter le karaoke

Même lorsque le jeu reprend, les supporters continuent de chanter le karaoke

Hier encore les Lions ont marqué un essai dans les dernières minutes, mais cette fois-ci l’écart était trop conséquent et les Blue Bulls ont remporté 35 à 33 une 7 ème victoire qui les place en tête du championnat sud-africain.

Author: Emilien

A la base le Super Rugby, c’est le premier match de rugby que je regarde le samedi matin sur Canal Plus. Des gaillards qui offrent une intensité telle de jeu, qu’on ne peut pas s’étonner de l’écart avec notre rugby européen. Dans le cadre de mes études, je suis actuellement à Durban où je joue pour un club de mon université (UKZN) et où je commence à comprendre pourquoi l’Afrique du Sud est le premier pays exportateur de rugbymen.

Share This Post On
0 comments

Trackbacks

  1. […] Bulls vs Lions – Au cœur du Jukskei derby […]