Reds – Cure de jouvence dans le Queensland

Les Queensland Reds sont dans une situation que beaucoup de clubs ou sélections nationales craignent, la fin de cycle! On peut toutefois considérer que cette fin d’une ère est déjà actée et que la franchise de Brisbane a activé sa phase de reconstruction. Après avoir remporté son premier titre en 2011 et participé à plusieurs play off sous la houlette d’Ewen McKenzie, les Reds sont depuis rentrés dans le rang avec deux modestes 13e places consécutives en 2014 et 2015. Espérer voir le Queensland atteindre les phases finales cette année reste toutefois utopique mais 2016 devrait être une année intéressante et d’espoir pour le public du Suncorp Stadium mais également pour Michael Cheika et l’avenir de la sélection Australienne.

Kane Douglas Rob Simmons Queensland Reds

Associés sous le maillot des Wallabies, Kane Douglas et Rob Simmons vont prolonger leur association sous le maillot des Queensland Reds

Leur saison 2015

Après un Super Rugby 2014 raté, les Reds espéraient rebondir en 2015 avec un pack plus puissant et une ambition de jeu digne du Queensland fantasque de 2011. Malheureusement, malgré le recrutement d’avants censés renforcer un pack en déficit flagrant de puissance, les hommes de Richard Graham ont terminé à la 13e place du tournoi avec seulement 4 victoires au compteur. Des résultats décevants qui ont failli coûter son poste à Graham en cours de saison, une attitude pourtant rare en rugby.

Outre les nombreuses blessures, un sujet récurrent à Brisbane laissant supposer une préparation physique insuffisante, les cadres ont majoritairement été en deçà au niveau sportif ou en terme d’exemplarité. Je pense en particulier au duo Genia Cooper très médiocre dans la performance individuelle ou à James Horwill et ses cartons rouges. Le recrutement a été relativement raté, les têtes de gondoles n’apportant pas autant qu’espéré, en particulier Karmichael Hunt qui a bien trouvé une ligne blanche mais malheureusement pas celle de l’en-but adverse.

Les départs

James Horwill Queensland Reds Super Rugby

L’ancien capitaine James Horwill a vécu une saison cauchemar en 2015.

L’exode post Coupe du Monde s’est bien fait sentir à Brisbane où de nombreux cadres ont quitté le dynamique Queensland pour une Europe en crise. Will Genia, ex meilleur demi de mêlée du Monde perdu depuis 2014, semble se refaire petit à petit une santé du côté de la Porte d’Auteuil. Leader discret, son départ est un coup dur avec une relève qui tarde à se montrer. Son alter ego de la charnière Quade Cooper sera lui moins regretté, sauf de la part du responsable sponsoring et marketing. En perte de vitesse depuis le Mondial… 2011, il a rejoint la rade dans l’optique d’organiser un combat de boxe face à son ami SBW. Car sur les terrains du Top 14, le joueur préféré des Youtubeurs montre ce que les aficionados du Super Rugby savaient déjà, à savoir des performances très décevantes ponctuées de coups d’éclats. Ayant échoué dans son objectif de retrouver la sélection nationale, James O’Connor est retourné sur la rade. L’ancien capitaine James Horwill, écarté des Wallabies et visiblement proche du burn out a rejoint Londres et les Harlequins.

James Hanson Reds Queensland Super Rugby

James Hanson est parti se relancer à Melbourne. Mauvaise affaire pour les Reds

Au rang des départs discrets mais qui pourraient faire mal aux Reds, le All Black Adam Thomson s’est envolé vers le sud du pays en s’engageant avec les Rebels. Ce flanker complet, leader naturel et grand professionnel va manquer tout comme le talonneur James Hanson qui a également signé à Melbourne. Lassé de partager le centre de la première ligne avec Saia Fainga’a, il recherchait la confiance d’un coach et une place de titulaire. Le polyvalent centre Ben Tapuai était dans une mauvaise passe depuis deux saisons et cherchera à se relancer du côté de la Western Force tout comme le flanker Ed Quirk, blessé toute la saison dernière, qui a rejoint la nouvelle franchise Japonaise des Sun Wolves. Moins utilisés ces derniers temps, le gratteur Beau Robinson a rejoint Horwill aux Quins et Lachie Turner était sur la rade comme joker pendant le mondial. Plusieurs jeunes et joueurs d’appoints ont quitté la province pour l’Europe et parfois un Top 14 toujours avide de sudistes moyens (Tom Murday, Marco Kotze…). Sam Johnson cherchera ainsi à devenir un énième international Ecossais à n’être pas né sur la terre de William Wallace.

Le recrutement, composé de quelques grands noms et de belles satisfactions en National Rugby Championship, sera détaillé au fil de l’analyse des postes. Un NRC qui s’avère être une vraie pépinière de jeunes talents et dont Brisbane City vient de remporter haut la main les deux uniques éditions. Le Queensland est toujours l’un des grands formateurs de rugbymen (quinzistes et treizistes) au même titre que le New South Wales.

Vous pouvez retrouver ici le détail des transferts.

Le staff

Matt O'Connor Queensland Reds

L’ancien entraîneur de Leicester et du Leinster Matt O’Connor désormais en charge des avants

Alors que son licenciement a été l’arlésienne de la fin de saison dernière ainsi que de l’intersaison, Richard Graham occupe toujours son poste de head coach pour sa dernière année de contrat! Mais il est désormais étroitement surveillé et son champ d’action a fortement diminué. Dan Herbert LE CATALAN a été nommé au poste de General Manager pour superviser le recrutement ainsi que la stratégie de l’équipe. Nick Stiles a été promu adjoint après ses deux succès avec Brisbane City en NRC. Son nom a circulé pour prendre en main la province tout comme celui de Matt O’Connor, ancien entraîneur des Leicester Tigers puis du Leinster, qui arrive en tant que simple entraîneur des avants… Le futur proche devrait proposer d’autres perspectives à ces deux excellents coachs.

Brad Thorn Super Rugby Queensland Reds

Brad Thorn débute sa carrière d’entraîneur chez les Reds

John Connolly, arrivé l’an passé pour “aider” Richard Graham conserve un vague poste de consultant pour aider la province dans son développement. La légende All Black Brad Thorn retourne à Brisbane (après plusieurs saisons à XIII aux Broncos) et sera en charge des avants… espoirs. Là aussi, son poste devrait rapidement évoluer étant donné qu’il n’existe pas d’équipe espoir dans le Super Rugby Australien. Pour prévenir les blessures, Damian Marsh quitte les Brumbies pour revenir à Brisbane en charge de la préparation physique et l’ancien Wallaby Cameron Lillicrap occupera le poste de kiné.

L’équipe poste par poste

Andrew Ready Reds Super Rugby

Andrew Ready doit se montrer avant l’arrivée de Stephen Moore

Longtemps talonneur titulaire et indéboulonnable des Reds, Saia Fainga’a a subi de plein fouet la concurrence de James Hanson ces dernières saisons. Assez décevant, il part tout de même une nouvelle fois pour une saison dans la peau du numéro 1 en restant l’un des joueurs ayant le plus de bouteille dans le pack. Son back up sera Andrew Ready, excellent avec Brisbane City en NRC, qui bénéficiera enfin de temps de jeu pour progresser. En cas de blessure, Matthew Mafi pourrait rejoindre le groupe. Qu’ils en profitent avant le retour de Stephen Moore à Brisbane en 2017!

James Slipper Queensland Reds Super Rugby

James Slipper est toujours le taulier de la 1ère ligne des Reds

A gauche de la mêlée on retrouvera James Slipper qui a connu une saison particulière. Avec 74 sélections à seulement 26 ans, son début de carrière a été exceptionnel. Cependant l’arrivée de Michael Cheika la tête des Wallabies l’a vu être relégué sur le banc au profit de Scott Sio. Si sa mobilité est un atout, sa tenue en mêlée est discutable et il doit progresser. Il sera théoriquement secondé par Ben Daley qui a trop souvent fréquenté l’infirmerie ces trois dernières saisons. Il est certes le plus expérimenté mais les jeunes Sef Fa’agase (polyvalent mais essentiellement gaucher) et Pettowa Paraka sont en embuscade après avoir bien progressé en étant titulaires en NRC. Côté droit, Greg Holmes a vécu une seconde jeunesse en étant rappelé avec les Wallabies après huit années d’absence. Pourtant sa présence semblait logique depuis plusieurs saisons en tant que back up de Sekope Kepu, le rugby Australien ayant enfin ouvert les yeux sur les lacunes de Ben Alexander. Après 12 années de loyauté envers les Reds, il rejoindra l’Angleterre et Exeter la saison prochaine. Comme en 2015, il alternera avec Sam Talakai qui doit se positionner comme le futur titulaire au poste des 2017. Avec six titularisations l’an passé ainsi qu’une place de leader du front row avec Brisbane City, il est en progression constante. Enfin la star YouTube Taniela Tupou alias “The Tongar Thor”, âgé seulement de 19 ans, aura l’occasion de montrer ce dont il est capable après quelques sorties remarquées au niveau club avec les Brothers Old Boys.

Cadeyrn Neville Super Rugby Queensland Reds

Cadeyrn Neville, enfin Wallaby en 2016 ?

Le criant manque de puissance ces deux dernières années a obligé les Reds à se renforcer, essentiellement en seconde ligne. En recrutant Kane Douglas, exilé depuis fin 2014 en Irlande, la franchise du Queensland a frappé un grand coup! Malheureusement, ce dernier s’étant gravement blessé en finale de la dernière Coupe du Monde, il manquera la préparation d’avant saison ainsi que le début du Super Rugby. Son arrivée à Brisbane permettra à Richard Graham d’aligner la seconde ligne des Wallabies, Rob Simmons étant au club depuis 2009. Là où Douglas apportera sa puissance et sa technique dans le jeu au sol, Simmons sera surtout l’atout numéro 1 de l’équipe en touche. Mais ces deux seconde ligne complets ne peuvent pas simplement être réduits à ces qualités. En embuscade derrière ces deux tauliers, on retrouve un transfuge des Melbourne Rebels, Cadeyrn Neville, souvent proche des Wallabies mais toujours en attente de sa première cape. Passé par l’aviron de haut niveau avant de devenir rugbyman, c’est un renfort physique de choix pour les Reds mais également une belle satisfaction pour la fédération Australienne d’avoir conservé ce joueur au pays contrairement par exemple à Hugh Pyle (grand espoir qui a rejoint le Stade Français en 2014). Proche d’intégrer les Rebels en 2012 puis la Western Force en 2013, Ben Matwijow a du attendre un coup de pouce Néo Zélandais pour enfin débuter en Super Rugby. Après avoir fait ses gammes avec Northern Suburbs à Sydney, il est titulaire avec les NSW Country Eagles en NRC en 2014 avant d’être recruté par Canterbury pour l’ITM Cup 2015. En participant à toutes les rencontres dont la finale remportée face à Auckland, il s’est rappelé au bon souvenir de ses compatriotes et a été recruté pour remplacé un Douglas blessé en début de saison. Enfin le jeune Lukhan Tui, 19 ans, est l’un des espoirs les plus prometteurs du pays à son poste. Il quitte Randwick et le New South Wales pour tenter sa chance dans le Queensland.

Liam Gill cherchera à gagner les faveurs de Michael Cheika après avoir quitter le groupe des Wallabies en 2014.

Liam Gill cherchera à gagner les faveurs de Michael Cheika après avoir quitter le groupe des Wallabies en 2014.

En troisième ligne le staff devra faire confiance aux espoirs dont le nom circule depuis quelques saisons. Le poste de blindside flanker reste tout de même préoccupant avec trois joueurs de moins de 22 ans en lice. Curtis Browning a participé à 14 rencontres de Super Rugby depuis 2013 et possède logiquement l’ascendant sur ses deux coéquipiers/concurrents. Il était en tout cas parti pour être titulaire l’an passé avant d’être stoppé par une blessure importante mettant un terme à sa saison. Polyvalent au sein du backrow, Adam Korczyk devrait être son back up, le joueur natif d’Auckland ayant marqué les esprits dès ses premiers pas en pro en 2014. Enfin Lolo Fakaosilea (également 8), un des neveux de Jonah Lomu, peine à se démarquer malgré sa belle réputation chez les juniors du Queensland. La faute à deux blessures l’ayant empêché de participer aux NRC 2014 et 2015. Côté ouvert, c’est bien évidemment Liam Gill qui cherchera à s’attirer les faveurs de Michael Cheika qui l’a écarté des Wallabies. Excellent plaqueur gratteur, il est indispensable au dispositif des Reds même s’il ne soutient pas la comparaison avec Michael Hooper ou David Pocock. Michael Gunn possède un jeu similaire et progresse rapidement. Un joueur à suivre. Titulaire depuis 2012 au poste de numéro huit, Jake Schatz semble une nouvelle fois solidement installé à l’arrière de la mêlée. S’il n’a plus connu les joies d’une sélection internationale depuis fin 2014, une belle saison pourrait lui permettre de retrouver les Green & Gold. Il sera en concurrence avec l’international Japonais Hendrik Tui, très attendu l’an passé mais malheureusement absent quasiment toute la première moitié de 2015 à cause d’une fracture de la jambe. Un 8 puissant qui vient de clôturer une saison exceptionnelle avec les Brave Blossoms.

Nick Frisby Super Rugby Queensland Reds

Nick Frisby aura la lourde tâche de faire oublier Will Genia

Avec le départ de Will Genia pour Paris, c’est Nick Frisby qui s’empare logiquement du poste de numéro 1 à la mêlée, lui qui officie comme numéro 2 depuis 2012. Il s’est déjà illustré en Super Rugby pendant les blessures de Genia (voire de Cooper en étant replacé à l’ouverture) et n’a jamais déçu. Mais il n’a jamais crevé l’écran non plus malgré une excellente technique de passe, la pression sur ses épaules pour remplacer Genia sera donc énorme. La nouvelle place de second se jouera entre Scott Gale, qui fait partie du groupe pro depuis 2014 avec à son actif quelques match de SR, et James Tuttle. Avantage à ce dernier qui, après une saison 2015 prometteuse (titulaire aussi bien en NRC avec Queensland Country qu’avec les -20 ans Australiens) ne demande qu’à découvrir le très haut niveau.

Jake McIntyre Reds Super Rugby

Jake McIntyre possède une occasion rêvée de montrer son talent à l’ouverture des Reds

Second chantier pour le staff des Reds au niveau de la charnière, remplacer Quade Cooper. On ne peut pas dire que le fantasque ouvreur soit une perte aussi importante que celle de Genia compte tenu de ses nombreuses absences sur blessure et de ses performances alternatives. Après avoir été l’ouvreur des Australian Schoolboys (2011-12) puis des u20 Australiens (2013-14), Jake McIntyre s’est imposé comme le 10 titulaire de Brisbane City, club ayant remporté les deux éditions du NRC. Sa progression aux commandes de l’attaque des Reds est logique, lui qui a débuté en Super Rugby la saison passée. C’est également un excellent buteur. Pour le seconder on attend beaucoup de Duncan Paia’aua, recrue surprise l’an passée mais qui n’a pu participer qu’à une rencontre à cause d’une blessure. Ouvreur des u20 promotion 2015, il doit désormais confirmer sa réputation car Sam Greene compte bien lui aussi tirer son épingle du jeu. Il a en effet décalé Paia’aua au poste de premier centre avec Queensland Country et possède l’avantage d’être un très bon buteur. La classe biberon s’est en tout cas emparée de la charnière.

Samu Kerevi Reds Super Rugby

Samu Kerevi est en bonne voie pour devenir Wallaby cette année.

Au centre Samu Kerevi a été l’une des seules satisfactions des Reds la saison dernière au point d’être proche d’intégrer les Wallabies. La première vraie star issue du NRC devrait logiquement être installée au poste de premier centre alors que les Australiens ont souvent privilégié un “second ouvreur” en 12. Kerevi est perçu comme un inside centre dans le style de Ma’a Nonu, et possède une forte marge de progression. A ses côtés Karmichael Hunt souhaitera faire oublier sa saison 2015 cauchemardesque. Plusieurs démêlés judiciaires ont gâché l’année de celui que l’on voyait rejoindre directement les Wallabies après son transfert du footy. Si ses qualités de joueur sont indéniables, il doit désormais se racheter, faire profil bas et s’imposer aux Reds après un NRC prometteur. Anthony Fainga’a est toujours là et, à défaut d’être exceptionnel, il reste toujours propre. Recrue surprise l’an dernier à seulement 17 ans, Campbell Magnay attaque son second Super Rugby. Il a participé à 6 rencontres ce qui fait de lui l’un des jeunes les plus prometteurs d’Australie. Membre de la sélection u20 l’an passé, il en sera une nouvelle fois l’un des cadres en 2016. Il excelle en offload et son physique impressionnant à son poste (1m95 pour quasi 100kg) fait de lui une menace sérieuse en attaque. Enfin Lagi Setu complète la liste des centres de la franchise. Pas grand chose à dire sur ce transfuge du XIII qui n’a que 3 matchs à XV dans les jambes. Après deux ans de coupure pour effectuer une mission pour les mormons, il a eu des difficultés à faire son retour en NRL. Comme souvent avec les anciens treizistes, ça passe ou ça casse.

Eto Nabuli Queensland Reds

Pari gagnant pour les Reds en recrutant le treiziste Fidjien Eto Nabuli?

Recruté à seulement 17 ans par les Reds en 2012, Chris Feauai Sautia a connu un début de carrière fulgurant jusqu’en 2013 (devenant même international) avant de marquer le pas suite à plusieurs graves blessures. Titulaire l’an passé, alternant entre le centre et l’aile, il devra améliorer ses sorties pour retrouver le niveau de ses débuts. Sur l’autre aile nous devrions retrouver Chris Kuridrani, excellent en NRC, mais encore un peu juste pour le Super Rugby. Cette année sera peut être celle de la confirmation pour le frère de Nemani Nadolo. A moins que la surprise ne vienne de Junior Laloifi, international à VII qui s’est surtout illustré en inscrivant 14 essais en 9 rencontre avec Brisbane City. Le treiziste Fidjien Eto Nabuli arrive de NRL où il a évolué une saison inscrivant 7 essais en 13 rencontres. Il traînait auparavant ses crampons au sein du championnat treiziste du New South Wales. A 27, c’est là aussi un pari, certes moins risqué que pour Setu. Enfin à seulement 18 ans, le utility back Izaia Perese signe son premier contrat pro après avoir participé à 3 rencontres de NRC pour 2 essais. Un joueur à suivre pour l’avenir.

Ayumu Goromaru Queensland Reds Yamaha

La star nippone Ayumu Goromaru va découvrir le Super Rugby

L’une des sensations de l’intersaison est bien entendu le recrutement de l’international Japonais Ayumu Goromaru, l’une des stars du dernier Mondial. Bientôt âgé de 30 ans, c’est son premier défi hors du Japon. C’est également un excellent buteur, un atout de poids compte tenu du manque d’expérience des jeunes ouvreurs pouvant également buter. Il ne souffrira en tout cas pas de la concurrence avec JJ Taulagi, décevant depuis deux ans à Brisbane et dont plusieurs supporters ne comprennent pas le maintien dans le groupe pro.

Vous retrouverez ici les stats ainsi que les portraits des joueurs.

Notre pronostic

Cette saison 2016 sera celle de l’apprentissage pour de nombreux jeunes joueurs avec un staff qui, bien que Richard Graham ait obtenu du sursis, devrait être modifié dès la saison prochaine. Avec plus de puissance devant et plus de fougue derrière avec plusieurs grosses satisfactions du dernier NRC remporté par Brisbane City, les Reds pourraient offrir quelques surprises et proposer un jeu alléchant. La page du titre 2011 est désormais définitivement tournée avec les départs de Genia, Cooper voire Horwill, les joueurs peuvent donc désormais regarder devant sans qu’on se voir rappeler leur glorieux passé proche.

L’équipe type probable

1. James Slipper (cap) – 2. Saia Fainga’a – 3. Greg Holmes – 4. Kane Douglas – 5. Rob Simmons – 6. Curtis Browning – 7. Liam Gill – 8. Jake Schatz – 9. Nick Frisby – 10. Jake McIntyre – 11. Chris Feauai Sautia – 12. Samu Kerevi – 13. Karmichael Hunt – 14. Christopher Kuridrani – 15. Ayumu Goromaru

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On
1 comments
Antoine Sudrugby
Antoine Sudrugby

Il est quand même impressionnant de noter l'apport du NRC en seulement deux saisons. C'est profitable à tout le rugby australien et en premier lieu les franchises qui profite d'un renouvellement permanent. Et au moins les jeunes joueurs et les joueurs moyens continuent à jouer, comme en ITM Cup. Les Kerevi, McIntyre ou Nabuli sont les meilleurs exemples et peuvent devenir les prochains leaders de demain des Reds. Enfin bref, à long terme ça va vraiment densifier le niveau du rugby aussie qui était déjà pas mal.