Bulls – Die Grosse Machine !

En regardant l’effectif des Bulls ainsi que leur jeu depuis plusieurs saisons, le premier mot venant en tête est puissance! Des académies de Pretoria et du Limpopo jusqu’aux équipes engagées en Currie Cup et (feu) Vodacom Cup en passant par les Tuks de la University of Pretoria, le style est standardisé, basé sur une grosse conquête, une mêlée et une touche solide, une défense agressive et un buteur régulier. Mais depuis deux saisons nous découvrons également des taureaux capables de mettre du rythme et d’enchaîner des temps de jeu avec des trois quarts habiles et véloces. Plus épargnée que l’an passé en terme de départs, la franchise de Pretoria pourra compter sur un nouveau staff technique pour rattraper leurs deux dernières saisons délicates.

Blue Bulls Super Rugby Sprinboks Handre Pollard

Handré Pollard est devenu, à seulement 21 ans, l’un des leaders des Bulls

Leur saison 2015

Cette saison de pré Coupe du Monde s’annonçait sous de meilleurs hospices pour les Blue Bulls avec les recrutements forts intéressants d’Adriaan Strauss, Lappies Labuschagne et Trevor Nyakane. Malheureusement sur le terrain, les hommes de Frans Ludeke n’ont finalement pointé qu’à la 9e place au classement général avec 38 points, la 3e de la poule Sud Africaine derrière les Stormers (45 pts) et les étonnants Lions (42 pts). Avec 10 points de bonus (dont 4 offensifs), les Bulls n’ont jamais été loin lors de leurs déroutes, mais ont manqué de réalisme et semble t-il d’envie. A la tête de la province depuis 2008, la méthode Ludeke commençait à lasser des joueurs en quête de changement. Les dirigeants ont donc négocié la fin anticipée de son contrat (il lui restait une saison) ainsi que celle de son adjoint Pieter Rossouw pour donner les clés du camions à un nouveau staff mené par Nollis Marais. Ce dernier a d’ailleurs obtenu des performances plus qu’encourageantes lors de la dernière Currie Cup malgré l’absence de nombreux Springboks.

La saison dernière a été celle de la confirmation pour Handré Pollard, jeune débutant avec les Bulls en 2014 après avoir écarté la (faible) concurrence de Louis Fouché et Jacques Louis Potgieter, se payant même le luxe d’obtenir sa première cape de Springbok en fin d’année. A seulement 20 ans au début du tournoi 2015, il s’est installé à l’ouverture aussi bien à Pretoria qu’en équipe nationale. L’autre belle satisfaction de 2015 est l’éclosion de l’arrière Jesse Kriel qui s’est installé au centre de l’attaque des Springboks suite aux blessures du capitaine Jean de Villiers. Les Bulls forment désormais des trois quarts de talent! Repositionné à l’aile, Francois Hougaard a inscrit 7 essais lors de la compétition.

Les transferts

Jacques du Plessis Montpellier Bulls

Le départ de Jacques du Plessis pour Montpellier est certainement le plus douloureux pour les Bulls

Comme bien souvent en Super Rugby les années post Coupe du Monde les départs sont légions et ce constat n’a pas épargné les Bulls. Cependant la province s’en sort bien mieux qu’à l’intersaison 2013-14 et a également recruté intelligemment. Au rayon des départs marquants on retrouve le capitaine Pierre Spies qui a rejoint l’armada Sud Africaine de Montpellier via le Japon. Enfin épargné par les blessures, il n’a pas réussi à retrouver son niveau d’il y a 3 ou 4 saisons et a donc moins pesé sur son équipe au contraire d’un Jacques du Plessis, impressionnant au poste de flanker, qui a lui aussi rejoint l’Hérault, sentant que la transformation souhaitée dans le rugby Sud Africain lui porterait préjudice. A seulement 22 ans son avenir international pourrait s’écrire en bleu. Déçu d’avoir manqué le wagon des Springboks, JJ Engelbrecht s’est envolé pour le Pays de Galles via le Japon mais pourrait faire son retour la saison prochaine. Attention tout de même à Jesse Kriel qui suite à ce départ devrait être repositionné en 13. Le départ de Victor Matfield était acté depuis son retour sur les terrains et ne devrait pas trop impacter le groupe. Malgré une dernière pige du côté de Northampton, il pourrait intégrer le staff technique des Bulls prochainement. Son coéquipier de la deuxième ligne Flip van der Merwe a lui signé en Auvergne après plusieurs saisons gâchées par les blessures. Les Bulls avaient appris à faire sans eux en seconde ligne. On note enfin plusieurs départs de joueurs souhaitant se relancer comme Jurgen Visser et Jacques Engelbrecht (Kings), Wiaan Liebenberg (Montpellier HR), William Small Smith (Cheetahs), Nardus van der Walt (Pumas), Jacques Louis Potgieter (Lyon OU) ou Hencus van Wyk (Munakata Sanix Blues). L’expérimenté ailier Akona Ndungane ainsi que le pilier Morné Mellett ont pris leur retraite, le dernier suite à une grave blessure.

Luther Banks Obi Blue Bulls Super Rugby

Né au Nigéria, Luther Obi est l’un des espoirs du pays à l’aile

Au rayon des arrivées, on note tout d’abord plusieurs promotions depuis les Blue Bulls d’espoirs à suivre de près, en particulier Jamba Ulengo, Warrick Gelant, RG Snyman voire Dayan van der Westhuizen. Mais c’est chez les Kings de l’Eastern Province que les Bulls ont recruté deux joueurs très intéressants, le pilier gauche Lizo Gqboka et l’ailier Luther Obi. Non payés par la province de Cheeky Watson, les deux joueurs ont été laissés libres et les Bulls ont sauté sur l’occasion de renforcer leur groupe avec deux des meilleurs prospects d’Afrique du Sud ayant également l’avantage de rentrer dans les critères de la transformation souhaitée du rugby Sud Africain. Formé aux Bulls avant de rejoindre les Cheetahs, l’ouvreur Francois Brummer est prêté par les Pumas pour apporter plus de profondeur en 10, Pollard étant indisponible en début de saison. Enfin le flanker Nick de Jager tente un retour au pays après deux saisons en tant que remplaçant chez les Saracens. Il va devoir cravacher pour s’imposer en Super Rugby.

Vous pouvez retrouver ici le détail des transferts.

Le staff

Nollis Marais Blue Bulls Super Rugby

Après avoir coaché toutes les équipes jeunes de la franchise, Nollis Marais est enfin à la tête des Bulls

Dans une interview par la Boucherie Ovalie, l’entraîneur adjoint du Stade Français Adrien Buononato déclarait que ne pas avoir joué à haut niveau n’était pas un frein pour devenir un grand entraîneur, citant l’exemple d’Heyneke Meyer ou Daniel Hourcade. Si les présidents Français aiment s’entourer d’un coach de renom (en tant que joueur) pour reporter la faute en cas d’échec, ça n’est pas le cas à Pretoria où la promotion du staff est ascendante au travers des différentes strates de la province des Bulls. Là où un président d’un club du Top 14 aurait nommé Victor Matfield entraîneur, celui des Bulls à fait confiance à Nollis Marais, nommé head coach à la place de Frans Ludeke. Marais a pris en main les Bulls lors de la dernière Currie Cup après s’être occupé ces deux dernières saisons de l’équipe engagée en Vodacom Cup ainsi que des espoirs -21 ans depuis 2011. Il était également entraîneur des University of Pretoria Tuks entre 2010 et 2013 après des débuts comme adjoint avec le club local des Naka Bulls puis à la tête du lycée Hoërskool Overkruin de Pretoria. Il connait donc parfaitement les joueurs formant l’ossature du squad des Bulls, joueurs qu’il a forcément entraîné chez les jeunes. Son adjoint en charge des avants sera Anton Leonard, vainqueur du Super Rugby 2007 avec les Bulls en tant que joueur et qui a fait ses classes comme coach chez les Griquas puis les SWD Eagles avant de revenir à Pretoria. Les arrières seront eux dirigés par David Manuel, lui aussi ancien joueur des Bulls qui était déjà en charge des backs pour l’équipe engagée en Currie Cup et auparavant auprès des Tuks. Nouvelle promotion interne! Pine Pienaar conserve son poste de spécialiste de la défense auprès de l’intégralité des équipes de la franchise alors que l’ancien talonneur du Stade Toulousain Gary Botha est devenu logiquement spécialiste de la mêlée.

L’équipe poste par poste

Adriaan Strauss Super Rugby Blue Bulls

Adriaan Strauss hérite du brassard de capitaine

Pour sa seconde saison chez les Bulls, le talonneur Adriaan Strauss a été nommé capitaine succédant ainsi à Pierre Spies, c’est dire l’importance qu’à ce joueur expérimenté au sein du groupe. Il s’est affirmé ces deux dernières saisons comme rien de moins qu’un des meilleurs talonneurs de la planète, seulement bloqué en équipe nationale par Bismarck du Plessis! Un talon complet, très mobile et bon lanceur, qui s’avère être également un excellent leader (de pack comme d’équipe). On se souvient de la belle saison des Cheetahs lors du Super Rugby 2013 le révélant comme un concurrent sérieux pour du Plessis. Comme l’an passé il sera secondé par Callie Visagie, habitué à suppléer Strauss en cours de match ou lors des repos imposés par la fédération Sud Africaine pour ses internationaux. A moins que le retour en grâce de Bandise Maku, titulaire tout au long de la dernière Currie Cup, vienne remettre en cause cette hiérarchie. Longtemps considéré comme l’un des grands espoirs du pays (1 cape comme Bok), il n’a jamais confirmé, la faute à des blessures nombreuses et des choix de carrière hasardeux. Il s’est de nouveau blessé en pré saison et pourrait manquer les premiers matchs du tournoi. En cas d’hécatombe au poste, Jaco Visagie voire Corniel Els sont en réserve.

Lizo Gqoboka Springboks Blue Bulls Super Rugby

Un destin international est prédit pour Lizo Gqoboka

Du côté des piliers, Trevor Nyakane part titulaire à gauche même si les circonstances l’ont vu être aligné à droite à plusieurs reprises la saison dernière. Mais c’est bien au poste de loosehead prop qu’il est le meilleur. Membre régulier des Springboks, il a bien progressé en mêlée fermée mais va surtout apporter son explosivité dans le jeu de mouvement recherché par le staff. Mais ce dernier sera sous pression avec le recrutement de Lizo Gqoboka en provenance des Eastern Province Kings. S’il n’a pour le moment aucune expérience en Super Rugby, Gqoboka a participé à plusieurs rassemblements chez les Boks après plusieurs belles performances. Un joueur à suivre de près, ce transfert devant lui permettre d’être mis en avant au plus niveau comme l’espère Nollis Marais, persuadé d’avoir recruté un diamant qui intégrera les Springboks dès cette année. Longtemps taulier du poste, Dean Greyling devrait prendre du recul et se rapprocher du coaching. Mais attention, cela devait déjà être le cas l’an passé et il a pourtant participé à 13 rencontres. Très convoité en Europe et en particulier à Toulon, Marcel van der Merwe devrait être titulaire à droite où il a petit à petit délogé le patron depuis 2008, Werner Kruger. Même si le taulier est toujours là, van der Merwe, formé à l’école du Free State, est très bon en mêlée fermée et a progressé dans le jeu au point d’intégrer le groupe des Springboks en 2014. Le vieux briscard Kruger a laissé sa place depuis l’an passé mais pourra toujours apporter son expérience. Il devra toutefois se méfier de Dayan van der Westhuizen, jeune tighthead prop de 21 ans qui progresse très rapidement. Chez les jeunes, il faudra suivre également le gaucher Pierre Schoeman (titulaire en Currie Cup) et les droitiers Nqoba Mxoli et Entienne Swanepoel (transfuge de la Western Province).

Marvin Orie Blue Bulls Super Rugby

La saison de la confirmation pour Marvin Orie ?

Victor Matfield, Bakkies Botha, Flip van der Merwe, Juandre Kruger ou Danie Rossouw sont autant de secondes lignes à avoir quitté les Bulls successivement ces dernières années. Reconstruire derrière ces joueurs n’est pas chose aisée d’autant que les petits nouveaux comme Jacques du Plessis ou Paul Willemse ne restent pas assez longtemps au sein de la province. Le seul cadre de l’équipe en deuxième ligne est aujourd’hui Grant Hattingh, arrivé des Lions début 2013, un des nombreux Sud Africains à être engagé en Super Rugby et en Top League au Japon (avec les Kubota Spears). Un joueur très important en touche mais également gros plaqueur même s’il a tendance à se mettre à la faute dans les rucks. Marvin Orie n’a plus foulé les pelouses du Super Rugby depuis ses débuts en 2014. Deux petites rencontres pour celui qui s’est imposé avec autorité comme titulaire pendant toute la dernière Currie Cup et qui a été sacré champion du Monde junior en 2012. Nollis Marais souhaitera certainement prolonger l’expérience avec ce joueur puissant qui a porté le brassard de capitaine lors du premier match amical face aux Cheetahs à Harare au Zimbabwe. Plusieurs jeunes joueurs vont pouvoir booster leur temps de jeu l’an prochain comme Nicolaas Janse van Rensburg (21 ans), RG Snyman (21 ans) voire Jason Jenkins (20 ans). Irné Herbst, Jannes Kirsten et Le Roux Roets font également partie du groupe étendu.

Arno Botha Supe Rugby Blue Bulls

Une bonne saison pour retrouver les Springboks, objectif d’Arno Botha

Le départ de Pierre Spies peut sembler être un coup dur mais les Bulls ont appris à faire sans lui ces dernières années, le néo Montpellierain ayant très souvent été absent suite à ses blessures aux biceps. Mis à part Deon Stegmann, solidement attaché à son maillot numéro 6, les troisièmes lignes des Bulls s’illustrent surtout par leur polyvalence. Si sa carrière internationale a été de courte durée, Stegmann a toujours été un atout important pour les Blue Bulls, aussi bien grâce à ses qualités de flanker que pour son leadership et son expérience. Très mobile, infatigable plaqueur, il représente parfaitement l’état d’esprit des joueurs de Pretoria, rugueux, très volontaires et ne se ménageant pas sur le terrain. Côté openside on devrait retrouver Lappies Labuschagne, capitaine de l’équipe en Currie Cup, assez décevant l’an passé pour sa première année à Pretoria après deux gros Super Rugby pour les Cheetahs. Un joueur adroit et coureur qui a sa place au sein d’un backrow puissant mais qui sait se rendre disponible en attaque. Enfin Arno Botha devrait succéder à Spies comme numéro 8 titulaire, lui qui semble enfin débarrassé des nombreux pépins physiques ayant interrompu un début de carrière fulgurant. Il a travaillé pour étoffer son profil de plaqueur gratteur proche d’un Stegmann et s’illustre désormais en touche et grâce à ses ballons portés. Capitaine des espoirs Sud Africains l’an passé, Hanro Liebenberg devrait obtenir plus de temps de jeu après ses débuts en 2015. Le frère de l’héraultais Wiaan s’est régulièrement illustré en marquant de nombreux essais mais aussi par sa puissance. Il a manqué la majorité de la dernière Currie Cup après s’être blessé aux intestins en cours de match. Le jeune Roelof Smit ainsi que le transfuge des Saracens Nick de Jager restent deux options pour les postes de flankers mais la jeunesse de Pretoria pousse derrière et l’on pourrait peut être assister aux débuts en Super Rugby de Clyde Davids, Freddy Ngoza voire Ruan Steenkamp.

Rudy Paige Blue Bulls Super Rugby

Le néo international Rudy Paige doit désormais faire taire les critiques

Deux internationaux se partageront le poste de demi de mêlée. On s’attendait à voir Piet van Zyl s’installer tranquillement avec le maillot numéro 9 après son transfert des Cheetahs, mais c’est finalement Rudy Paige qui s’en est emparé, se payant même le luxe de devenir Springbok et de participer à la dernière Coupe du Monde (ses détracteurs pensent toutefois que sa place est due aux quotas au sein du rugby Sud Africain). van Zyl est un joueur très complet possédant toutes les qualités du poste, bon éjecteur avec un jeu au pied intéressant. Cependant Paige, gros défenseur, est un 9 très rapide et explosif autour des rucks ainsi qu’un bon animateur, un profil offrant plus de complémentarité avec Handré Pollard. Alors qu’il a rejoint les Blitzbokke pour participer aux JO de Rio et aux différents tournois de rugby à VII des World Series, Francois Hougaard devrait tout de même être disponible pour 8 rencontres des Bulls. Bien qu’étant principalement 9, il a exclusivement été utilisé à l’aile lors du tournoi 2015 inscrivant 7 essais. Le jeune Ivan van Zyl sera également disponible en cas de blessures comme ce fut le cas lors de la dernière Currie Cup où Paige (Springboks) et Piet van Zyl (blessure) étaient absents.

Tian Schoeman Super Rugby Blue Bulls

Tian Schoeman sera un excellent back up pour Handré Pollard

Pas de surprise à l’ouverture où le patron s’appelle Handré Pollard. Ce joueur, gros animateur, attaque énormément la ligne ce qui permet à son équipe de mettre beaucoup de vitesse et de créer de nombreuses brèches dans les défenses. Il est certain que la réussite du jeu des Bulls cette saison passera une nouvelle fois par de grosses performances de son maître a jouer. C’est aussi un excellent buteur, possédant un jeu au pied de déplacement à la hauteur des grands 10 Sud Africains. Son back up sera Tian Schoeman qui a brillamment officié comme ouvreur titulaire des Blue Bulls lors de la dernière Currie Cup. Lui aussi excelle dans le jeu au pied et en tant que buteur, n’hésitant pas à s’infiltrer en attaquant les défenses adverses. Enfin Francois Brummer est prêté par les Pumas pour renforcer le groupe. Il possède une petite expérience du Super Rugby avec les Bulls puis les Cheetahs mais reste avant tout un bon joueur de Currie Cup. Joshua Stander sera disponible si besoin.

Jan Serfontein Super Rugby Blue Bulls

Jan Serfontein est désormais l’un de plus expérimentés des lignes arrières

Au centre le départ de JJ Engelbrecht, titulaire ces quatre dernières saisons, sera difficile à encaisser car, même s’il a perdu sa place en équipe nationale, il n’est restait pas moins un rouage essentiel de l’attaque des Bulls. Doté de grosses qualités d’appuis et de vitesse, Jan Serfontein est lui toujours présent et il pourra jouer avec Pollard proche de la défense et tenter beaucoup de duels. Il est aussi un très gros défenseur, très agressif sur l’homme. Le départ d’Engelbrecht devrait permettre le repositionnement de Jesse Kriel en tant qu’outside centre, son poste cette saison avec les Springboks. Considéré à l’instar de Pollard comme l’un des plus talentueux de sa génération, il a été nommé meilleur joueur des Bulls l’an passé. Sa vitesse et ses skills en font un danger permanent pour les défenses adverses. L’association de ces deux joueurs correspond parfaitement aux intentions de jeu de la franchise grâce à leur disponibilité dans la continuité du jeu. L’an passé nous avions nommé Burger Odendaal dans notre XV des meilleurs débutants en Super Rugby après ses belles performances en remplacement d’un Serfontein blessé. Il a ensuite confirmé tout son talent en Currie Cup associé à Dries Swanepoel et peut désormais être considéré sérieusement comme titulaire si Kriel restait à l’arrière. S’il est très bon pour trouver des espaces et percer les rideaux adverses, il doit toutefois progresser dans la finition. Swanepoel, ancien coéquipier de Serfontein avec les schoolboys des Boks, a malheureusement enchainé les blessures et n’a pas connu la même réussite que son collègue. Désormais de retour après une belle Currie Cup, il peut espérer participer à plusieurs rencontres cette saison et enchainer les essais. Dan Kriel (frère jumeau de Jesse) et JT Jackson font partie du groupe étendu.

Jamba Ulengo Super Rugby Blue Bulls

11 essais lors de la dernière Currie Cup pour Jamba Ulengo

Attention aux radars sur les ailes où la recrue Luther Obi sera en concurrence avec le Blitzbokke Jamba Ulengo qui part avec un coup d’avance, ayant terminé meilleur marqueur de la dernière Currie Cup avec 11 essais. Joueurs très rapides, leur pointe de vitesse et leurs skills seront des atouts en bout de ligne, sur des contres voire lors d’un jeu au pied derrière les défenses. Né au Nigéria, Obi a été formé aux Lions avant d’exploser chez les Leopards et de tenter l’aventure des Kings à Port Elizabeth. Non payé pendant plusieurs mois, il fait son retour dans le Gauteng. De l’autre coté on retrouve Bjorn Basson, un habitué de la maison au profil similaire, un joueur très propre, longiligne et très rapide, gros finisseur qui faute d’avoir participé au Mondial en Angleterre est parti jouer pour Honda Heat au Japon. Travis Ismael essaiera de grappiller un peu plus de temps de jeu que l’an dernier pour montrer sa pointe de vitesse quand il en aura l’opportunité. Kefentse Mahlo et Jade Stighling sont en réserve.

Warrick Gelant Super Rugby Blue Bulls

Warrick Gelant, la nouvelle pépite des Bulls à l’arrière

Dans l’éventualité du replacement de Jesse Kriel au centre, le poste d’arrière devrait être occupé par Warrick Gelant qui s’est déjà approprié le maillot 15 en Currie Cup où il a été brillant au point d’être nominé pour le titre de meilleur joueur du tournoi (en concurrence avec Jaco Kriel et Warren Whiteley). Il fait également partie de la shortlist pour le meilleur joueur -20 ans Sud Africain (en concurrence avec ses coéquipier Jason Jenkins et Hanro Liebenberg). Passé par l’école du Sevens, Gelant sait parfaitement attaquer les espaces et se sortir de situations dangereuses. Ses skills, sa capacité à “offloader” le ballon mais aussi son rythme et sa vitesse font de lui un redoutable joueur qui ne demande qu’à exploser en 2016. Il sait également défendre correctement et possède un jeu au pied intelligent dont il n’abuse pas. Membre du squad des Blitzbokke pour 2015-16, il pourrait manquer quelques rencontres de Super Rugby. Duncan Matthews ainsi que le Namibien Divan Rossouw pourraient alors en profiter.

Vous retrouverez ici les stats ainsi que les portraits des joueurs.

Notre pronostic

Pour se projeter sur le jeu et les futurs performances des Bulls en Super Rugby, il ne faut pas simplement analyser leurs résultats lors du dernier tournoi mais également ceux obtenus lors de la dernière Currie Cup, le premier tournoi de Nollis Marais à la tête de la franchise. Ses performances lui ont permis d’être confirmé dans ses fonctions mais surtout d’être nommé à la tête de l’équipe engagée en Super Rugby. Son influence sur l’équipe a été rapidement très grande grâce à la liberté qu’il laisse aux joueurs en attaque, un changement majeur de psychologie chez les Bulls. Ce plan de jeu offensif a marché à la perfection, en particulier avec les jeunes qu’il connait très bien depuis leurs classes chez les espoirs et qui semblent impatient d’évoluer sous ses ordres en Super Rugby. Si Marais réussi à mixer la rigueur historique en conquête, touche et mêlée des avants des Bulls avec ce nouveau jeu offensif prôné également par son adjoint David Manuel, le tout saupoudré de l’excellent jeu au pied d’Handré Pollard, il pourrait bien avoir l’une des plus belles formations du tournoi 2016. Et les Springboks pourraient également bénéficier de l’éclosion des pépites Ulango, Gelant, Gqoboka, Orie, Liebenberg, Odendaal etc…

L’équipe type probable

1. Trevor Nyakane – 2. Adriaan Strauss (cap) – 3. Marcel van der Merwe – 4. Grant Hattingh – 5. Marvin Orie – 6. Deon Stegmann – 7. Lappies Labuschagne – 8. Arno Botha – 9. Rudy Paige – 10. Handré Pollard – 11. Jamba Ulengo – 12. Jan Serfontein – 13. Jesse Kriel – 14. Bjorn Basson – 15. Warrick Gelant

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On
0 comments