Highlanders – Un titre à garder !

Outsiders l’an dernier, les Highlanders ont surpris tout le monde en gagnant le titre devant les Hurricanes en finale. Avec un rugby flamboyant toute la saison mais parfois irrégulier, l’équipe de Jamie Joseph a frappé les esprits. La franchise devrait encore être au rendez-vous cette année mais elle a cette fois-ci un titre à conserver.

Aaron Smith Highlanders Super Rugby

La joie des coéquipiers d’Aaron Smith après la victoire en finale contre les Hurricanes 21 à 14. Crédits : Zimbio

Leur saison 2015

Un braquage parfait. Les Highlanders ont parcouru toute la saison avec le statut d’outsiders qui leur collait à la peau, derrière des Waratahs, des Chiefs et des Hurricanes favoris. Et c’est finalement eux qui ont gagné le titre, 24-14 contre les Hurricanes, à Wellington. Un exploit d’un match certes, contre une équipe des Hurricanes quasi imbattable mais à force de dire que les Highlanders étaient des outsiders, on a oublié de se rendre compte que c’était une équipe magnifique. Et finalement une équipe – aussi – taillée pour le titre.

Car, qui mieux que les Highlanders ont su montrer un rugby cohérent, équilibré et une organisation collective aussi bien huilée ? Personne en fait. Les Hurricanes et autres Waratahs étaient évidemment cohérents dans leur jeu, bien organisés mais comptaient sur beaucoup plus d’individualités. On ne le dira jamais assez : les Landers comptaient au début de la saison seulement trois All Blacks dans leur XV de départ, donc aucun dans le pack. Stat qui à côté du réservoir d’internationaux de l’effectif des Crusaders ou des Hurricanes est impressionnante. Le secret de la franchise aura été de savoir créer un rugby exigeant, équilibré – jamais dans l’excès – avec des joueurs moyens en Super Rugby et des All Blacks en devenir (Naholo, Sopoaga, E. Dixon, Coltman, Buckman). Et on saluera ici le travail exceptionnel du staff, et notamment de Jamie Joseph, élu entraîneur de l’année. Le seul reproche que l’on pourra faire aux Highlanders est de ne pas avoir atteint le niveau des Hurricanes voire des Waratahs en termes de volume de jeu. Les Highlanders n’étaient pas non plus imbattables : ils ont perdu 5 fois en 16 matchs.

Les transferts

Luke Whitelock Highlanders Super Rugby

Luke Whitelock, bonne recrue venue des Crusaders.

Un recrutement intelligent du côté de Dunedin. Pour remplacer Nasi Manu, la franchise a recruté deux n°8 talentueux avec Luke Whitelock (Crusaders) et Liam Squire (Chiefs). Deux jeunes centres talentueux ont aussi été recrutés : Rob Thomspon (Canterbury) et Matt Faddes (Otago). Ce sont deux joueurs très performants en ITM Cup et qui devraient bien s’insérer dans le squad des champions en titre. Idem pour Sio Tomkinson (Otago) qui à 19 ans est un grand espoir au poste. En première-ligne, Greg Pleasants-Tate (Auckland) et Siosiua Halanukonuka (Tasman) apporteront de la profondeur de banc.

Nasi Manu Highlanders Super Rugby

Nasi Manu, parti à Edimbourg.

La seule perte dommageable est celle du co-capitaine Nasi Manu, en partance pour Edimbourg. Il restera l’un des joueurs emblématiques de la franchise. John Hardie est lui-aussi parti pour l’Écosse, avec qui il a disputé la Coupe du monde. Il reste remplaçable. Shaun Treeby n’a pas été retenu dans le groupe après une grave blessure en septembre. Idem pour Kane Hames qui bien que très performant il y a deux ans s’est fait concurrencé à son poste. Kurt Baker a lui rejoint les All Blacks Sevens pour préparer les JO. Des joueurs moyens comme Trent Renata (Mogliano), Ma’afu Fia (Ospreys) ou Joe Latta (Gloucester) sont tous partis vers l’Europe. Dans l’ensemble l’équilibre dans le squad reste là.

Retrouvez ici l’ensemble des transferts.

Le staff

Jamie Jospeh Highlanders Super Rugby

Jamie Joseph, entraîneur très respecté désormais.

Le staff reste le même que l’an dernier. On ne saluera jamais assez le travail fourni par l’équipe autour de Jamie Joseph. Le staff a depuis trois ans transformé une équipe outsider, à fort potentiel en une véritable machine à gagner, le dernier titre étant l’apogée du travail. La cohésion d’équipe et l’ambiance qui y règnent font des Highlanders un modèle de développement en interne, unique au monde. Joseph est en ce moment reconnu par ses paires comme l’un des meilleurs entraîneurs au monde. A côté de lui il peut compter sur des techniciens comme Tony Brown. Adjoint de Joseph, c’est un enfant du pays, anciennement coach d’Otago. Scott McLeod (adjoint) et Jon Preston (spécialiste des skills) ont durablement apporté depuis leur arrivée en 2013. Enfin Clarke Dermody est en charge de la mêlée et Ben Herring vient d’être recruté chez Otago pour s’occuper de la défense.

L’équipe poste par poste

Josh Hohneck Highlanders Super Rugby

Josh Hohneck, pilier droit très performant.

La cohésion d’équipe et l’équilibre du squad commence en première-ligne. Pas forcément performants sur le papier, le staff a su se doter de redoutables piliers, s’intégrant parfaitement au jeu produit par les Landers. On retrouve à droite Josh Hohneck. Il s’est imposé comme l’un des meilleurs piliers de la compétition. Il est complet et reste très mobile et peut aussi jouer à gauche. Dans un style un peu plus puissant, Brendon Edmonds était titulaire à droite l’an dernier. Le sud-africain Ross Geldenhuys est un bon remplaçant qui offre de la puissance en fin de match, à droite de la mêlée. Idem pour le Tongien Siosiua Halanukonuka, qui sort d’une bonne saison avec Tasman, et qui apportera de la profondeur de banc. A gauche, le jeune Dan Lienert-Brown (23 ans) devrait avoir de plus en plus de temps de jeu et Joseph devrait lui faire confiance pour être titulaire à maintes reprises, devant Edmonds. Derrière lui, Craig Millar est un pilier d’Otago qui apportera de la profondeur de banc, lui-aussi.

Liam Coltman Highlanders Super Rugby

Liam Coltman peine à franchir la marche pour devenir All Black

En talonneur, la place de titulaire devrait alterner entre Ash Dixon et Liam Coltman. Ils se sont partagés chacun la moitié du temps de jeu au poste. Ils évoluent globalement dans le même style et restent complets. Coltman est peut-être plus intéressant balle en main et au contest. Le roulement leur permet de toujours avoir un talonneur en forme, ce qui est crucial à ce poste et encore une fois on peut souligner le bon travail du staff dans l’articulation du temps de jeu. Greg Plesants-Tate est lui un jeune talonneur de 24 ans qui n’est plus réellement un espoir. Il reste ceci dit un bon joueur d’ITM Cup qui a le niveau d’un remplaçant en Super Rugby. Il apportera en fin de match et parfois en titulaire.

Joe Wheeler Highlanders Super Rugby

Joe Wheeler, capitaine de touche et taulier du pack.

En deuxième-ligne, la franchise compte toujours sur Joe Wheeler. Capitaine de touche, utile en attaque et solide en défense, il est un des leaders du pack. C’est aussi un leader de vestiaire qui assure la bonne humeur dans l’équipe. On retrouvera à ses côtés le jeune Tom Franklin. A 25 ans, il doit confirmer sa progression et commencer à s’imposer comme un maillon fort du pack. Il est très mobile et a une grande activité sur le pré. Alex Ainley est aussi une bonne option dans le second row. Il est plus massif que Franklin et reste très présent dans les tâches d’avant. L’ancien Hurricane Mark Reddish prendra part dans les roulements d’effectif. Il s’inscrit dans le même style qu’Ainley. Enfin le jeune Jackson Hemopo (22 ans) essaiera de gagner du temps de jeu. Il est très performant en ITM Cup avec Otago.

Elliot Dixon Highlanders Super Rugby

Elliot Dixon, potentiel All Black.

En troisième-ligne, le squad compte de nombreux joueurs de niveau similaire qui sont tous au meilleur moment de leur carrière. Côté fermé on retrouvera Elliot Dixon, homme du match de la dernière finale et auteur d’un essai décisif. Avec le départ de Messam pour les JO et le vieillissement de Kaino, il a potentiellement une place à prendre dans le squad des All Blacks d’ici la tournée des Lions en 2017. Dixon peut jouer aux trois postes du backrow, où il offre systématiquement son punch et son accélération balle en main. En n°7, Joseph devrait faire confiance à Shane Christie. Spécialiste du poste, c’est un redoutable chasseur, un bon gratteur et qui reste parmi les meilleurs plaqueurs du Super Rugby en termes de stats ces dernières années. Dans le même style, James Lentjes offrira de la profondeur de banc. Il est très performant avec Otago en ITM Cup mais reste assez discret avec les Landers. A 25 ans il peut encore progresser. En n°8, le double recrutement de Luke Whitelock et de Liam Squire est censé combler le départ de Nasi Manu de la franchise. Les deux joueurs devraient se partager le poste. Whitelock est performant en touche, bon techniquement et pose bien le jeu. Squire est lui davantage un ball runner et est bien meilleur dans la dimension physique. Joseph devrait alterner mais l’expérience – minime certes – d’All Black parle pour Whitelock. Gareth Evans a lui bien progresser depuis deux ans et apporte beaucoup de profondeur de banc aux trois postes du backrow. Il évolue dans le même style que Dixon. Enfin Dan Pryor est plutôt un remplaçant de choix, exemplaire avec sa province Northland. Il peut jouer sur les deux flancs de la mêlée.

Fumiaki Tanaka Highlanders Super Rugby

Nouvelle saison à Dunedin pour le Japonais Fumiaki Tanaka

En demi de mêlée, on retrouvera Aaron Smith à la baguette. Meilleur demi de mêlée du monde depuis trois/quatre ans désormais, il a pris grandement part au titre l’an dernier. C’est un leader exemplaire, conducteur des avants et qui dynamise énormément le jeu derrière. Josh Renton le secondera. C’est à 21 ans un grand espoir au poste, comme Mitchell Drummond ou Brad Weber par exemple. Il devrait avoir plus de temps de jeu cette année. Le Japonais Fumiaki Tanaka est une nouvelle fois présent dans le squad. C’est un joueur de classe mondiale, très bon remplaçant mais il est probable que Joseph donne davantage de responsabilités à l’espoir du pays Renton.

Lima Sopoaga Highlanders Super Rugby

Lima Sopoaga, dans la forme de sa vie actuellement.

A l’ouverture on retrouvera Lima Sopoaga. Sopoaga a peut-être réalisé sa meilleure saison l’an passé. Très complet et alternant très bien le jeu, Sopoaga a parfois accouché de prestations quasi parfaites. Il sait faire jouer autour de lui, peut aussi prendre le jeu à son avantage, se complète admirablement bien avec Smith et bute mieux que quiconque (meilleur réalisateur du championnat). Il sera encore à suivre cette année. Marty Banks est sa doublure. Banks a l’avantage d’être très bon au pied et sait apporter en fin de match, comme lors de la dernière finale d’ailleurs. S’il n’a peut-être pas la trempe d’un titulaire, c’est une bonne doublure. Hayden Parker est le troisième ouvreur. Lui-aussi est excellent au pied mais manque de folie en attaque. Il reste correct en remplaçant.

Rob Thompson Super Rugby Highlanders

Rob Thompson devrait avoir du temps de jeu cette année.

Au centre, les Highlanders comptent toujours Malakai Fekitoa. Pépite du rugby kiwi, Fekitoa a confirmé l’an dernier son éclosion. Il est toujours aussi performant en un-contre-un, intelligent en défense et fort physiquement. Il peut encore gagner en jouabilité collective. Il se doit de faire une bonne saison pour être titulaire avec les All Blacks d’ici la tournée des Lions. Son associé en premier centre aurait dû être Richard Buckman. Mais Buckman s’est malheureusement blessé à l’épaule en match de préparation contre le Racing 92 et loupera toute la saison. La franchise va peut-être chercher à recruter un nouveau centre. En attendant, plusieurs options se profilent. Rob Thompson (24 ans) pourrait débuter en premier centre. Le joueur de Canterbury est néophyte en Super Rugby mais reste un grand potentiel. Il sait faire jouer autour de lui, anime bien et sait défier la défense adverse. Le jeune Teihoriangi Walden (22 ans) a lui-aussi du potentiel. Il évolue dans un style différent, celui du centre puissant, bon défenseur mais restant assez discret. Il s’inscrit finalement dans la lignée de Shaun Treeby, titulaire plusieurs années à ce poste. Il devrait avoir la carrure pour le poste, bien qu’inexpérimenté. Une toute autre option existe ceci-dit : faire déplacer Fekitoa en premier centre. Il l’a déjà fait mais Joseph préfère l’utiliser comme outside centre, davantage comme joueur d’espace. Mais dans ce cas cela laisse la place à un joueur plus expérimenté : Jason Emery. Également ailier, Emery combine vitesse et vision du jeu. Il défend bien et peut donc former une paire assez complémentaire avec le jeune All Black. Recruté chez Otago, Matt Fades est la dernière option. Plus longiligne et joueur à VII également, il offre de grandes courses et un jeu après-contact excellents. L’espoir Patelesio Tomkinson (19 ans) peut lui jouer les deux positions et cherchera à gagner du temps de jeu avant la Coupe du monde des -20ans. Le staff a donc le choix, à voir pour quoi ils vont opter.

Waisake Naholo Highlanders Super Rugby

Waisake Naholo a préféré rester en NZ plutôt que de signer à Clermont

Aux ailes, beaucoup plus de certitude. On retrouvera la grande révélation de l’an dernier : Waisake Naholo. Meilleur marqueur d’essais (13 essais), Naholo est d’autant un finisseur qu’un relanceur hors-pair. Peu atteignent son niveau en un-contre-un et il reste quand même excellent dans ses skills, ses choix tactiques et en défense. Naholo est tout simplement un phénomène. Sur l’aile opposée, Pat Osborne sera de la partie. Moins médiatisé, Osborne reste aussi redoutable, notamment par ses fulgurances et sa panoplie de jeu après-contact. Ryan Tongia est une autre option sur l’aile, qui peut apporter de la profondeur de banc. Idem pour les centres Emery et Faddes.

Ben Smith All Blacks Highlanders

Ben Smith, le Mr Propre des arrières

Enfin à l’arrière, on retrouvera l’inévitable Ben Smith. Ben Smith sort d’une saison exceptionnelle, tant avec les Landers qu’avec les Blacks. Il apporte ses skills, sa vision du jeu et sa propreté inégalés. Lui-aussi a la saison internationale en vue : il doit s’inscrire comme un des tauliers des All Blacks d’ici la tournée des Lions. Pour le suppléer, Marty Banks reste la meilleure option. Faddes et Parker peuvent éventuellement le faire aussi.

Découvrez ici l’effectif détaillé en images.

Notre pronostic

En tant que tenant du titre, la saison se profile bien. Les Highlanders ont conservé leurs meilleurs joueurs (exception faite de Manu), gardent le staff identique, le moral est au beau fixe et la dynamique reste celle du titre. Mais la franchise fait face à une situation qu’elle n’a jamais connue : celle de devoir conserver son titre. Ces trois dernières années, les Landers ont toujours eu ce statut d’outsiders, qui finalement met plutôt à l’aise : vous gagnez, tout le monde voit ça comme un exploit, une surprise, vous perdez, on considère que c’est dommage, simplement. Cette année c’est bien différent, les Highlanders ont un poids sur leurs épaules, le poids du titre. Les joueurs seront d’entrée sous pression, Jamie Joseph veut bien faire pour sa dernière année (il partira coacher le Japon à la place d’Eddie Jones) et les autres franchises voudront la peau de l’équipe. En bref, les Highlanders passent du statut de chasseurs à celui de chassés. Statut très compliqué à tenir : il est plus facile de remporter un titre une fois que de le garder l’année d’après. On verra donc si les Highlanders ne sont que de vulgaires outsiders, ou s’ils sont bien plus, une franchise et des joueurs qui marquent leur époque.

L’équipe type probable

1. Brendon Edmonds – 2. Liam Coltman – 3. Josh Hohneck – 4. Tom Franklin – 5. Joe Wheeler – 6. Elliot Dixon – 7. Shane Christie (co-cap) – 8. Luke Whitelock – 9. Aaron Smith – 10. Lima Sopoaga – 11. Pat Osborne – 12. Teihoriangi Walden – 13. Malakai Fekitoa – 14. Waisake Naholo – 15. Ben Smith (co-cap)

Author: Antoine

Dépressif pendant plusieurs années. A sombré non pas dans la drogue, mais dans le Top 14 de longs vendredis soir, notamment à travers les prestations d’une équipe jouant en blanc et rouge (ou ciel et blanc je sais pas trop ; ah, on me souffle dans l’oreillette que c’est pareil de toute façon) dirigée par un type au nom d’effaceur et qui a toujours fait des chemises trop chères pour moi. Tout semblait perdu, je n’étais plus que l’ombre de moi-même, rêvant parfois d’un « David Marty Tribute » sur Youtube. Et un beau jour, mon adolescence de pré-Directioner fut sauvée de justesse par le rugby, le vrai, celui d’en bas (pas d’Agen hein). Richie, Bismarck et Quade sont devenus mes héros, le Super Rugby mon fantasme. P.S : tente de temps à autres de pondre des papiers sur un blog constitué d’un futur chauve étant grand admiratif de Sony Bill Williams et d’un stagiaire argentin alcoolique souvent habillé en poncho.

Share This Post On
4 comments
bcmdmarie
bcmdmarie

p'tite question, Matt Giteau n'est-il pas le seul joueur de l'histoire à avoir perdu 2 finales de coupe du monde?

umaori
umaori

Bonsoir Antoine,


Supporter du Castres Olympique et lecteur fidèle de votre site car passionné par ce formidable laboratoire qu'est le rugby du Sud. Je voue une admiration pour les Blacks. et le rugby NZ dans son ensemble. Justement un NZ évoluant dans cette surprenante équipe des Highlanders est pressenti l'an prochain au CO. Il s'agit de Shaun Treeby.

Qu'en penser ? Bonne recrue défensive ? Offensive ?


Bien cordialement,


Laurent

Antoine Sudrugby
Antoine Sudrugby

@umaori Salut Laurent. Treeby me semble une bonne recrue pour le CO (même si je persiste à croire qu'il vaut mieux former des jeunes français que de recruter des joueurs néo-zeds moyens sur la pente descendante). 

Treeby a clairement comme point fort la défense. Il est très solide et loupe rarement ses duels. Et de ce point de vue-là il est très régulier. Par contre c'est un joueur qui offre peu d'options en attaque, en tout cas il reste dans le registre de la percussion. C'est un 12 qui pose le jeu, qui commet peu de fautes et qui fait des bonnes passes mais il n'a jamais été créateur. C'était globalement son rôle aux Highlanders, titulaire ces deux dernières années avec Fekitoa, qu'il complétait bien. Ca peut constituer un 12 idéal pour le n°10 aussi, dans le sens où il pose le jeu. En fait, entouré de Sopoaga et de Fekitoa, Treeby s'insérait bien dans l'effectif et dans l'équilibre général des Highlanders. Mais le staff ne l'a pas retenu cette année, il n'aurait pas été titulaire et reste sur la pente descendante. Il jouait aussi avec Wellington avec qui il était performant, dans le même registre.

Au CO il peut très bien être un "taulier" dans le sens où c'est un joueur solide, sûr et régulier mais il peut très bien souffrir de la comparaison avec un centre créateur. Donc à voir mais ça reste un joueur qui apporte peu en remplaçant. A voir donc !

umaori
umaori

@Antoine Sudrugby @umaori 


Un grand merci pour tes précisions rugbystiques. Treeby "remplacerait" Lamerat en partance pour Clermont.


Bien cordialement,


Laurent