Modification réglementaire importante du rugby Sud Africain

logo SpringboksBernard le Roux, Rory Kockott, Scott Spedding, CJ Stander, WP Nel, Josh Strauss ou Brad Barritt… une petite liste d’internationaux Européens pourtant nés en Afrique du Sud. Le recrutement de Sud Africains au sein des clubs Européens étant plus important chaque année aussi bien au sein des équipes premières que des espoirs, la tendance pourrait bien augmenter les prochaines saisons tant que la règle des trois ans de résidence n’est pas modifiée. Pour éviter cela et garder la main sur ses meilleurs joueurs expatriés n’ayant pas encore porté le maillot des Springboks, la fédération Sud Africaine a effectué une petite modification réglementaire qui s’avère toutefois importante.

Ça n’est pas une surprise, un joueur ayant déjà porté le maillot d’une sélection nationale ne peut pas porter celui d’un autre pays. Le fameux loophole du rugby à VII existe bien mais World Rugby semble vouloir gérer au cas par cas les dossiers pour éviter les dérives. Ce loophole a pour le moment bénéficié à quelques joueurs bloqués par une sélection au sein de la “second best team” d’une équipe nationale, en générale celle de Sevens. C’est le cas de Tim Nanai Williams qui a pu représenter les Samoa lors de la dernière Coupe du Monde tout en ayant porté le maillot des All Blacks Sevens entre 2008 et 2009.

La fédération Sud Africaine a donc décidé de modifier sa “second best team” auprès de World Rugby en remplaçant les Blitzbokke (la sélection nationale de Rugby à VII) par les Baby Boks (l’équipe nationale des -20 ans). Une décision rétroactive qui s’applique à tous les joueurs ayant porté le maillot des Baby Boks depuis 2012. Cela peut paraître anecdotique mais ce changement de règle peut avoir un impact important sur le futur des sélections nationales Européennes. Les Montpellierains Jacques du Plessis, Wiaan Liebenberg et Paul Willemse ainsi que le Bordelais Steven Kitshoff sont donc désormais non sélectionnables avec le XV de France par exemple. CJ Stander restera le dernier Baby Bok à avoir représenté une autre équipe nationale, l’Irlande.

Maintenant qu’une carrière internationale sous une autre couleur que les Springboks leur est impossible, ces joueurs vont-ils rentrer au pays? Il serait en tout cas intéressant de voir la Nouvelle Zélande imiter l’Afrique du Sud sur ce terrain!

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On
1 comments