Les révélations du NRC 2016

Le National Rugby Championship 2016 vient de se terminer avec le succès de Perth Spirit face aux NSW Country Eagles. S’il on pouvait légitimement avoir des doutes sur la viabilité à long terme du NRC lors de son inauguration en 2014, nous pouvons désormais considérer que ce tournoi est bien intégré dans le paysage rugbystique Australien. Le National Rugby Championship fait “le tampon” entre le Super Rugby et les compétitions régionales de clubs amateurs permettant ainsi aux jeunes joueurs de participer à un tournoi de haut niveau avant d’être lancés dans le grand bain du rugby pro. Nous pouvons également nous permettre de parler de succès car plusieurs actuels Wallabies se sont révélés par le biais du NRC avant de confirmer tous les espoirs placés en eux en Super Rugby. C’est le cas entre autres de Tom Robertson (Waratahs), Rory Arnold (Brumbies), Allan Ala’alatoa (Brumbies), Reece Hodge (Rebels), Samu Kerevi (Reds) ou Sefanaia Naivalu (Rebels). Même s’ils ne sont pas encore internationaux, les noms de Andrew Kellaway (Waratahs), Harry Scoble (Force), Jack Debreczeni (Rebels) ou Sam Talakai (Reds) figurent parmi les révélations des dernières saisons dans le Sud. Cette saison plusieurs joueurs n’ayant pas (ou peu) foulé les terrains du Super Rugby se sont illustrés. Découvrez ces joueurs dont vous entendrez certainement parler dans les prochaines années et pour qui combler le gap avec le Super Rugby devrait être une formalité.

Ned HANIGAN (2e/3e Ligne – Waratahs – NSW Country Eagles)

Ned HaniganDéjà remarqué lors de ses débuts pour les Eagles l’an passé, Ned Hanigan s’est depuis imposé comme l’un des cadres de l’équipe. Si ses mèches blondes lui permettent d’être facilement remarqué sur le terrain, c’est surtout car il semble se démultiplier et être présent sur de nombreuses actions, une mobilité rare pour un deuxième ligne. Excellent en touche, il s’est également illustré sur les ballons portés et grâce à sa défense agressive. Polyvalent 2e ligne et flanker, il a marqué 4 essais lors du tournoi avant de se blesser lors de la 7e journée, blessure le privant d’une finale bien méritée. Entré trois fois en jeu pour les Waratahs lors du Super Rugby 2016, il pourrait imiter Jed Holloway ou Jack Dempsey et s’imposer comme un des gros potentiels de la franchise du New South Wales dès la saison prochaine en profitant des départs de Dave Dennis et Sam Lousi voire Wycliff Palu.

Taniela TUPOU (Pilier Droit – Reds – Queensland Country)

Taniela TupouConnu à travers le monde grâce à la vidéo YouTube de ses exploits avec le Sacred Heart College d’Auckland, il nous manquait encore sa confirmation au niveau professionnel. Un passage bien géré par les Queensland Reds, tout d’abord via le championnat local avec les Brothers Old Boys (vainqueurs du tournoi) et désormais avec Queensland Country en NRC avec pour mentor une légende Australienne née aux Tonga, Toutai Kefu. A tout juste 20 ans, il a démontré un niveau bien supérieur à ses collègues du même age. Après trois rencontres lors du Super Rugby 2016, celui que l’on annonce tout proche des Wallabies devrait profiter du départ de Greg Holmes pour disputer à Sam Talakai le poste de pilier droit titulaire des Reds la saison prochaine. Une progression exponentielle pour le jeune Tongien qui confirme pour le moment tous les espoirs placés en lui.

Lukhan TUI (2e Ligne – Reds – Brisbane City)

Lukhan Tui2016 est aussi l’année de la confirmation pour Lukhan Tui. Après 4 rencontres en Super Rugby avec les Reds et une Coupe du Monde u20 avec l’Australie, il est devenu un cadre de Brisbane City, lauréat des deux précédents NRC. Malgré l’avant dernière place de son équipe, il s’est illustré par sa puissance et sa redoutable défense mais surtout pour sa présence en attaque. Outre ses nombreux mètres gagnés ballon en main, ses percées et sa technique rare pour un avant, il est l’auteur de 2 essai et 3 dernières passes. Peu de joueurs de son âge réussissent à exploiter un potentiel physique aussi efficacement que Tui même si sa marge de progression est encore très grande. Il doit en effet plaquer plus intelligemment et ainsi s’économiser physiquement mais aussi progresser dans le jeu aérien afin de devenir un deuxième ligne complet. Il a en tout cas plus que soutenu la comparaison avec certains de ses vis à vis bien plus expérimentés. Issu de la formation du NSW via le club de Randwick, sa relocalisation dans le Queensland est une belle réussite pour le moment.

Irae SIMONE (Centre – Waratahs – Sydney Rays)

Irae SimoneLa vraie découverte de cette saison de NRC se nomme Irae Simone! Après deux saisons en National Young Competition de la NRL avec les South Sydney Rabbitohs entre 2014 et 2015, Simone a décidé de retourner vers le rugby union où il excellait avec les schoolboys de la Mount Albert Grammar School d’Auckland en rejoignant les Northern Suburbs dans le Shute Shield. Bonne pioche pour le jeune centre kiwi, Norths remportant son premier tournoi depuis 1975 sous la direction de son compatriote Simon Cron (neveu de Mike, gourou de la mêlée des All Blacks). Ce même Cron, qui porte également la casquette d’entraîneur des Rays, s’est appuyé sur Irae Simone pour son attaque et celui ci ne l’a pas déçu. Hormis ses 4 essais, il s’est illustré par son large panel technique, ses offloads et ses percées initiant très souvent des actions ayant conduit à des essais. Il s’est d’ores et déjà engagé avec les Waratahs pour le Super Rugby 2017, le coach Darryl Gibson étant persuadé d’avoir trouvé le successeur de Kurtley Beale. Une belle récompense pour ce joueur qui s’est sorti d’une grosse dépression l’an passé après avoir enchainé plusieurs blessures.

Jake GORDON (Demi de Mêlée – Waratahs – NSW Country Eagles)

Jake GordonLe retour de Will Genia à fait beaucoup de bien aux Wallabies lors du Rugby Championship car, on ne va pas se mentir, Nick Phipps ou Nick Frisby n’ont pas le niveau que l’on peut attendre d’un demi de mêlée d’une grand équipe nationale. En effet derrière Genia, c’est le désert et la relève peine à montrer le bout de son nez. Si Matt Lucas des Waratahs s’est illustré lors de ce tournoi, c’est surtout la saison de Jake Gordon qui a marqué les esprits. Meilleur marqueur du Shute Shield sous les couleurs de Sydney University avec 16 essais, il a réitéré sa performance en NRC en terminant leader du classement avec 8 réalisations. Le 3e “9” des Waratahs mériterait plus de temps de jeu la saison prochaine, son jeu rapide et ouvert contrastant avec le jeu restrictif proposé par Phipps. Les Tahs auront en tout cas dans leurs rangs les deux meilleurs demis de mêlée du tournoi avec Lucas et Gordon.

Izaia PERESE (Centre/Ailier – Reds – Queensland Country)

Izaia PereseAnnoncé comme membre du groupe des Reds en début d’année, le très jeune Izaia Perese n’a pour le moment pas foulé les terrains du Super Rugby. Mais avec sa saison sous les couleurs de Queensland Country et avec les nombreux départs dans les lignes arrières (A Fainga’a, Taulagi, Greene, Laloifi, Tuttle, Gibbon…), on devrait sans aucun doute le voir porter le maillot de la franchise du Queensland. Polyvalent centre/ailier, il est le numéro 1 cette saison en terme de défenseurs battus tout en ayant manqué 2 rencontres sur blessure. Son impressionnante densité physique lui a permis de s’illustrer également en “cassant” de nombreux placages lors de ses prises d’intervalles. Difficile à stopper donc mais également à passer car Perese est également très solide en défense. Une progression et un style rappelant Samu Kerevi voire Adam Ashley Cooper jeune.

Isireli NAISARANI (N°8 – Force – Brisbane City)

Isi NaisaraniSaison de rêve pour le jeune Fidjien de 21 ans qui, après avoir obtenu une belle 3e place dans le championnat du Queensland avec les Souths Magpies, vient de signer un contrat de 2 saisons avec la Western Force suite à ses bonnes prestations avec Brisbane City en NRC. Isi a réussi à être l’un des rares joueurs à s’illustrer au sein d’une équipe qui a terminé en 7e position du tournoi. Numéro 8 très actif dans le jeu, il a marqué 5 essais et réalisé plus d’une dizaine de franchissements tout en ayant débuté le tournoi derrière Leroy Houston (finalement prêté à Bath) dans la hiérarchie. S’il a surtout impressionné physiquement ballon en main en résistant aux défenses adverses, il s’est également illustré dans le combat au sol. Il doit toutefois travailler le foncier avant d’attaquer le prochain Super Rugby.

Autres joueurs à suivre

Tyrone Viiga (Rams)

Tyrone Viiga (Rams)

S’ils ne font pas partie des “grosses” révélations de ce NRC 2016, quelques joueurs seront à suivre la saison prochaine bien que tous n’aient pas encore la certitude d’évoluer en Super Rugby. En première ligne le pilier droit Néo Zélandais Jermaine Ainsley (Perth Spirit) a une nouvelle fois confirmé ses qualités en mêlée fermée, un atout dont ne devrait pas se priver les sélectionneurs des Wallabies dans les prochaines saisons. Avec déjà 9 rencontres avec la Western Force à son compteur, il pourrait passer titulaire en 2017. Constant et propre dans son jeu, l’espoir des Reds Izack Rodda (Queensland Country) a bien progressé grâce aux conseils de Brad Thorn. International u20 cette saison, il a rejoint l’effectif pro du Queensland pour 2017 et son association avec Lukhan Tui dans le futur parait déjà prometteuse. Anciens internationaux des Cook Island à XIII, Tyrone Viiga et Tupou Sopoaga ont brillé au sein du backrow des Western Sydney Rams. Avec ses 7 essais, Viiga a démontré toute son influence au sein de l’attaque des Rams. C’est également le cas de Tupou Sopoaga, frère du All Black Lima, qui après plusieurs déconvenues en Rugby League tente sa chance à XV. Très bon ball carrier et passeur, présent efficacement au relais de l’attaque des Rams, il doit cependant améliorer ses placages. Les deux joueurs attendent un contrat en Super Rugby. C’est aussi le cas de Samuel Figg (NSW Country Eagles) qui participera tout de même à la pré-saison de la Western Force. International 7s l’an passé, il s’est bien rattrapé en NRC après avoir manqué le wagon des Jeux Olympiques. Quatre essais au compteur pour Figg qui s’est également illustré par son travail dans les rucks et sa défense héritée d’une grosse préparation physique en 7s.

Ryan Louwrens (Perth Spirit)

Ryan Louwrens (Perth Spirit)

Avec déjà 2 saisons de Super Rugby au compteur avec la Western Force, Ryan Louwrens (Perth Spirit) continue de briller et de s’imposer comme l’un des meilleurs espoirs du pays au poste de demi de mêlée. Un profil de 9 puissant, explosif mais surtout rapide qui profitera certainement du départ d’Alby Mathewson pour participer à l’énième plan de relance de la Force. Deux des 5 meilleurs marqueurs du Shute Shield 2016 peuvent se partager le titre de meilleur ouvreur du tournoi. Si Andrew Deegan (NSW Country Eagles) devrait une nouvelle fois faire partie du groupe étendu des Waratahs, Angus Sinclair (Sydney Rays) vainqueur du Shute Shield avec Norths, espère toujours signer un contrat pro. Deux ouvreurs au profil classique dotés d’un bon jeu au pied. Harry Jones (Sydney Rays) a une nouvelle fois démontré toutes ses qualités de finisseurs avec ses 6 essais cette année contre 9 lors du précédent tournoi. Il va devoir travailler dur pour arracher du temps jeu avec les Waratahs l’an prochain au sein d’un back three où l’on trouve déjà Andrew Kellaway, Taqele Naiyaravoro ou Reece Robinson. Enfin Tom Banks (Queensland Country) est dans les petits plans des Reds depuis deux saisons sans parvenir à percer. Enfin décisif lors du NRC 2016 avec de nombreux mètres parcours ballon en main et six essais marqués, il pourrait avoir convaincu Nick Stiles de lui faire confiance comme back up de Karmichael Hunt.

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On