Qui sont les Wallabies qui fouleront le terrain du Stade de France ?

A la surprise générale Michael Cheika a décidé de faire tourner son équipe pour défier les Bleus au XV de France. L’objectif des Wallabies étant de remporter le Grand Chelem (à savoir vaincre toutes les Home Nations), il est logique pour lui de reposer certains de ses titulaires émoussés après une longue saison en prévision des prochains tests face à l’Irlande puis l’Angleterre. Si l’opération “Objectif Grand Chelem” s’avère être un succès après les victoires contre le Pays de Galles et l’Écosse, une défaite face aux Bleus resterait une contre-performance notable et viendrait minorer l’exploit. Le succès in extremis face à l’Écosse la semaine dernière a montré que certains cadres avaient besoin de souffler. Plusieurs joueurs sortant d’un excellent Super Rugby ont donc désormais l’opportunité de se montrer. Mais attention, les Wallabies restent redoutables, 11 joueurs ayant participé à la dernière finale de la Coupe du Monde étant alignés à Saint Denis.

David Pocock Brumbies Wallabies

David Pocock sera le capitaine des Wallabies au Stade de France

WALLABIES (Groupe Complet): 1. James SLIPPER (Reds – 83 capes) – 2. Tolu LATU (Waratahs – 1 cape) – 3. Allan ALA’ALATOA (Brumbies – 7 capes) – 4. Kane DOUGLAS (Reds – 28 capes) – 5. Rob SIMMONS (Reds – 68 capes) – 6. Scott FARDY (Brumbies – 38 capes) – 7. David POCOCK (cap) (Brumbies – 63 capes) – 8. Sean MCMAHON (Rebels – 12 capes) – 9. Will GENIA (Stade Français, FRA – 73 capes) – 10. Quade COOPER (Reds – 65 capes) – 11. Henry SPEIGHT (Brumbies – 8 capes) – 12. Kyle GODWIN (Brumbies – 0 cape) – 13. Tevita KURIDRANI (Brumbies – 42 capes) – 14. Sefaia NAIVALU (Rebels – 3 capes) – 15. Luke MORAHAN (Force – 2 capes)

Banc: 16. Stephen MOORE (Brumbies – 114 capes) – 17. Scott SIO (Brumbies – 27 capes) – 18. Tom ROBERTSON (Waratahs – 5 capes) – 19. Will SKELTON (Waratahs – 17 capes) – 20. Dean MUMM (Waratahs – 54 capes) – 21. Nick PHIPPS (Waratahs – 50 capes) – 22. Bernard FOLEY (Waratahs – 39 capes) – 23. Taqele NAIYARAVORO (Waratahs – 2 capes)

Entraîneur: Michael CHEIKA (AUS)Adjoints: Stephen LARKHAM (Attaque – AUS) – Nathan GREY (Défense – AUS) – Mario LEDESMA (Mêlée – ARG) – Mick BYRNE (Skills & Jeu au Pied – AUS)

Première ligne

Allan Ala'alatoa

Allan Ala’alatoa

Avec 83 sélections au compteur à seulement 27 ans, James Slipper n’est pas un inconnu. S’il a perdu sa place de titulaire depuis la nomination de Michael Cheika au profit de Scott Sio, il est toutefois resté un membre régulier du groupe. Le capitaine des Queensland Reds est un gros défenseur mais surtout l’archétype du pilier mobile, ce qui sous entend également que sa tenue en mêlée n’est pas fantastique. Mais l’apport de Ledesma depuis deux saisons lui a permis de bien progresser dans ce domaine. Pour ce match Scott Sio, plus complet et dangereux, prend place sur le banc. Tolu Latu et Allan Ala’alatoa sont eux des petits nouveaux sur la scène internationale cette saison. Déjà convoqué en 2014 avec les Wallabies sans toutefois entrer en jeu, le talonneur des Waratahs a évolué 3 saisons en tant que back up de Tatafu Polota Nau mais son gros potentiel ainsi que son excellent NRC 2016 avec les NSW Country Eagles lui ont à nouveau ouvert les portes des Green & Gold. Le taulier et habituel capitaine Stephen Moore sera sur le banc. Adoubés par Mario Ledesma, Allan Ala’alatoa et son back up Tom Robertson représentent la nouvelle génération de piliers Australiens pour qui la mêlée représente plus qu’une simple phase de jeu. Performants tout au long de la saison à seulement 22 ans, Robertson devenant même titulaire à Sydney, ils s’illustrent par une bonne tenue en mêlée mais également une grosse présence dans le jeu. Se passer de Sekope Kepu face au XV de France en dit long sur la confiance qu’accordent Ledesma et Cheika à ces deux joueurs.

Deuxième ligne

Kane Douglas

Kane Douglas

Parler d’équipe B est un peu réducteur pour les Wallabies, surtout quand on se rend compte que la paire de 2e ligne alignée à Saint Denis est la même que celle ayant débuté la finale de la dernière Coupe du Monde. Blessé sérieusement lors de cette finale, Kane Douglas n’est revenu que sur le tard cette saison et a manqué la majeure partie du Super Rugby. Douglas est surtout réputé pour sa puissance et son style de seconde ligne “enforcer”, un rôle occupé par Adam Coleman cette année avant sa blessure face à l’Ecosse. Avec 68 sélections au compteur, Rob Simmons est l’un des plus expérimenté de cette équipe nationale. Surnommé the lineout general, il est indispensable au pack Australien principalement pour la touche. C’est un des leaders du groupe malgré ce que sa fausse discrétion pourrait laisser supposer. Le puissant deuxième ligne des Waratahs Will Skelton a un peu marqué le pas en 2016. Il doit désormais canaliser son agressivité pour ne plus coûter de pénalités à son équipe. Son carton jaune reçu quelques minutes après être entré en jeu face à l’Écosse montre ses lacunes persistantes à ce sujet.

Backrow

Scott Fardy Brumbies Super Rugby

Scott Fardy

Une nouvelle fois, peut-on raisonnablement parler d’une équipe B lorsque le backrow est composé de Scott Fardy, Sean McMahon et David Pocock? Avant une réorganisation de la troisième ligne et le lancement dans le grand bain de Lopeti Timani au poste de numéro 8, Scott Fardy a occupé une place de titulaire pendant 3 saisons. Un peu moins tranchant en 2016, il reste un gros défenseur, un atout important pour la touche et surtout un leader sur le terrain. Bloqué en tant que flanker par Pocock et Hooper ainsi que par Lopeti Timani au poste de numéro 8, Sean McMahon reste un jeune joueur (22 ans) très performant, un troisième ligne complet rude à l’impact, très présent dans le jeu au sol et capable de placages dévastateurs. Primordial pour lui de se montrer sous un beau jour, une place étant libre la saison prochaine suite à l’année sabbatique de David Pocock. Capitaine au Stade de France, le fetcher des Brumbies a en effet décidé de souffler la saison prochaine après une année 2016 où il a une nouvelle fois été souvent blessé. On ne présente plus Pocock, probablement le meilleur de la planète pour gratter les ballons, mais pas que! Le polyvalent et expérimenté Dean Mumm prendra place sur le banc.

Charnière & Centres

Kyle Godwin Force Super Rugby

Kyle Godwin

La charnière des grandes heures des Queensland Reds est alignée samedi. Au grand dam des supporters du Stade Français, Will Genia a préféré porter le maillot des Wallabies que de refuser sa sélection et il sera associé à son coéquipier depuis les schoolboys du Queensland, Quade Cooper. Considéré comme une brèle par les spectateurs Français non avertis depuis son passage raté au RC Toulon, il n’en reste pas moins un ouvreur fantasque et dangereux. Les deux centres titularisés à ses côtés étant de gros défenseurs, il sera au moins libéré d’une certaine pression. Né au Zimbabwe mais arrivé jeune en Australie suite aux troubles dans le pays, il s’est révélé à la Western Force avant de signer à l’intersaison avec les Brumbies. Non je ne vous parle pas de David Pocock mais de Kyle Godwin, petit prodige régulièrement aux portes des Wallabies mais trop souvent à l’infirmerie au moment des tests internationaux. Il est l’un des plus talentueux centre d’Australie, capable de punir ses adversaires aussi bien en défense qu’en attaque comme l’illustre sa capacité à franchir les rideaux défensifs. Malgré une performance en demie teinte face à l’Écosse, Tevita Kuridrani a sauvé les siens grâce à un essai en fin de match. Erreurs défensives et passes approximatives, Kuridrani nous a pourtant habitué à bien mieux. Puissant et rapide, il est un relais primordial dans une ligne de trois quarts très joueuse où sa capacité à casser les placages fait des merveilles. La charnière des Waratahs Bernard Foley et Nick Phipps sera sur le banc.

Back Three

Luke Morahan

Luke Morahan

A l’instar de la France, l’Australie aura ses deux ailiers Fidjiens aux ailes avec Henry Speight et Sefanaia Naivalu. Elle se paye même le luxe d’en avoir un troisième sur le banc en la personne de Taqele Naiyaravoro. Longtemps blessé cette saison, Speight est l’un voire le meilleur ailier des Wallabies, capable d’actions fantasques propres aux ailiers mais également d’être au service des autres et de se fondre dans un jeu collectif bien huilé sans attendre sagement le ballon en bout de ligne. Un joueur très régulier qui retrouve petit à petit son niveau. Face à l’Écosse il est l’un des joueurs ayant parcouru le plus de mètres ballon en main et s’est illustré par de nombreux franchissements, dans le jeu aérien mais aussi en défense. Solide! Naivalu a débuté avec les Rebels en 2015 et s’est directement imposé comme titulaire. Désormais Wallaby, c’est un ailier prolifique, rapide avec une grosse présence physique. Mais physiquement, dur de rivaliser avec Naiyaravoro et ses plus de 120kg. A l’arrière Luke Morahan a retrouvé cette saison les Wallabies après 4 ans d’absence. S’il ne faisait pas partie du groupe initial (le treiziste Marika Koroibete lui ayant été préféré), il a su convaincre Cheika grâce à ses belles performances en NRC (remporté avec Perth Spirit avec 6 essais en 5 matchs) et surtout récemment avec les Barbarians (2 essais face aux Springboks). Sur demande de son sélectionneur, il a travaillé sa défense et sa puissance au contact tout en conservant son efficacité offensive. Sa complémentarité avec Kyle Godwin sera un atout.

Alors que les Wallabies se sont difficilement imposés en Écosse, le XV de France a lui marché sur une faible équipe Samoanne en reconstruction et sans certains de ses cadres. Le XV aligné par Michael Cheika peut donc laisser entrevoir l’espoir d’une victoire facile pour les hommes de Guy Noves. Les quelques jeunes alignés ne doivent cependant pas occulter la présence de nombreux cadres très expérimentés et leaders de leurs franchises respectives. Les Australiens affichent d’ailleurs 806 capes au compteur contre 428 pour les Bleus. N’oublions pas non plus le banc de touche qui pourra s’avérer déterminant si le score est serré en fin de match avec la présence des tauliers Moore, Sio, Mumm et Foley ainsi que des poids lourds Skelton et Naiyarovoro qu’il n’est jamais agréable de se prendre dans le buffet dans les 10 dernières minutes. Enfin les jeunes joueurs alignés sont physiquement et techniquement au niveau de leurs coéquipiers et n’attendent qu’une opportunité de montrer leur talent. Adam Coleman, Lopeti Timani, Samu Kerevi et Reece Hodge l’ont d’ailleurs montré cette année en devenant titulaires. Les “nouveaux” en sont également capables et Cheika croit en eux et en leur préparation!

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On
1 comments
CharlesEdouardJubault
CharlesEdouardJubault

Malheureusement pour les Bleus, ces jeunes espoirs ont répondu présent samedi soir. Comme quoi, faut croire que les jeunes australiens sont plus vite prêts et matures que les jeunes français.

Je  m'intéresse beaucoup au rugby australien et si je me méfiais particulièrement de McMahon, Douglas, Simmons et que je connaissais le potentiel de Godwin, franchement je reste déçu que les Bleus aient paumé. Y avait tellement la place. Déjà avec un buteur de niveau international, des joueurs qui savent jouer un 5 vs 2 et un spécialiste des rucks. Car franchement, sans faire insulte aux australiens, Morahan, Fardy et Slipper ne sont pas des cadors de premier plan, Latu et le pilier droit sont sans expérience, et malgré tout on perd!! WTF quoi!!