Super Rugby 2017 – Focus sur les transferts de la Poule Australienne

Le Super Rugby 2016 fut une année délicate pour les franchises Australiennes, largement dominées par leurs rivales Néo Zélandaises au sein de la poule Australasienne. Seuls les Brumbies ont réussi à atteindre les play-off bien qu’ayant terminé 5e en terme de points. Le format du tournoi étant de plus en plus décrié, certaines voix dont celle d’Eddie Jones souhaitent purement et simplement la suppression d’une des franchise pour concentrer l’élite du rugby union Aussie sur les 4 restantes. La Western Force qui peine à s’imposer depuis sa création en 2016 et qui fait face à de nombreux problèmes financiers est bien évidemment la première menacée.

Super Rugby Australia

Après une saison post Coupe du Monde délicate avec le départ de nombreux cadres, l’Australie n’a pas connu de véritable exode de ses tauliers à l’intersaison. Il faudra toutefois compter sans David Pocock qui bénéficie d’une année sabbatique pour souffler et Kurtley Beale qui fait désormais le bonheur des Wasps ainsi que, dans une moindre mesure, Matt Toomua (Leicester), Joe Tomane (Montpellier), Luke Jones (Bordeaux), Liam Gill (Toulon) et Dave Dennis (Exeter). Mais le tableau n’est pas si noir avec le retour au pays de Quade Cooper, Scott Higginbotham et George Smith chez les Reds ou Sekope Kepu à Sydney.

Scott Higginbotham Queensland Reds Super Rugby

Scott Higginbotham fait son retour pour les Reds dont il a porté les couleurs entre 2008 et 2012

Tendance n°1 – Confiance renouvelée pour les révélations du NRC

Irae Simone Waratahs Super Rugby

Irae Simone (Waratahs)

En octobre dernier je vous parlais déjà des révélations du NRC 2016 n’attendant désormais qu’à briller au niveau supérieur. Si certains sont membres des différentes squads depuis une ou plusieurs saisons, la nouvelle promotion qui va rejoindre le Super Rugby s’annonce très intéressante. Irae Simone, qui vient de s’engager avec les Waratahs, est un des débutants les plus intéressant du Super Rugby 2017. Il s’est illustré par son large panel technique, ses offloads et ses percées initiant très souvent des actions ayant conduit à des essais lors du dernier NRC mais également avec les Northern Suburbs, vainqueurs du Shute Shield 2016. Numéro 8 très actif dans le jeu, impressionnant physiquement ballon en main en résistant aux défenses adverses et capable de s’illustrer dans le combat au sol, Isireli Naisarani pourrait être l’un des belles surprises du côté de la Western Force. Après avoir fait le bonheur de l’équipe 7s d’Australie et, dans la foulée des Jeux de Rio, avoir participé au NRC, Thomas Cusack (Brumbies) et Cameron Clark (Waratahs) espèrent désormais percer à XV. S’il sera difficile pour eux d’obtenir un gros temps de jeu du fait de la concurrence à leur poste, Izack Rodda (Reds), Tyrel Lomax (Rebels), Sham Vui (Force) et Jake Gordon (Waratahs) sont des pépites à suivre de près.

Tendance n°2 – Les treizistes ont la côte

A l’instar de Lausii Taliauli (Brumbies), Duncan Paia’aua (Reds), Bryce Hegarty (Waratahs) ou Chris Kuridrani (Reds), les provinces Australiennes ont rarement hésité à relancer à XV de jeunes joueurs n’ayant pas réussi à percer en NRL. C’est d’ailleurs toujours le cas cette année avec Chance Peni (Force), Mack Mason (Waratahs) et Caleb Timu (Reds).

Marika Koroibete Rebels Super Rugby

Marika Koroibete (Rebels)

Les récents recrutements plutôt réussis de Eto Nabuli (Reds) et Reece Robinson (Waratahs) ont toutefois donné des idées aux staffs du Super Rugby voire à la fédération Australienne. En effet la signature de Marika Koroibete chez les Rebels peut être considérée du même niveau que celles de Lote Tuqiri, Wendell Sailor ou Israel Folau en leur temps. A 23 ans, l’un de meilleurs marqueurs des Melbourne Storm a d’ailleurs participé à la dernière tournée de novembre des Wallabies sans toutefois entrer en jeu. Michael Cheika compte sur la réussite du Fidjien dans l’optique du Mondial 2019. Formé au sein de l’académie de la Western Force avant de partir jouer en Rugby League, Curtis Rona, quitte Bulldogs pour retourner à Perth et sera également un joueur prolifique à suivre de très près. Après une année 2016 plus délicate que les précédentes, Lachlan Maranta reste à Brisbane mais change de crémerie en troquant le maillot des Broncos pour celui des Reds. Il aura certainement à cœur de taire les critiques dont celle de Greg Martin (ancien international devenu commentateur) l’ayant considéré comme le pire recrutement qu’il ait vu.

Tendance n°3 – Retour de joueurs exilés

Damien Fitzpatrick Waratahs Super Rugby

Damien Fitzpatrick (Waratahs)

Les fins observateurs du Top 14 n’auront pas manqué l’ancien Biarrot Dane Haylett Petty fut l’un des meilleurs Wallaby pour sa première saison internationale à 27 ans, une progression difficile à prévoir lors de son passage à Aguilera. Du côté des Brumbies c’est Aiden Toua qui est devenu titulaire après s’être perdu une saison à Agen. Ces trajectoires ont peut être donné des idées à certains de leurs compatriotes, prometteurs avant leur départ vers l’Europe, venus se relancer à la maison. Prolifique marqueur d’essais avec son collègues Zack Holmes sous le maillot des Northern Suburbs entre 2010 et 2013, Bill Meakes s’est exilé en Angleterre faute d’obtenir sa chance en Australie. S’il n’est jamais devenu un taulier à Gloucester, il semble que Dave Wessels compte énormément sur lui pour l’attaque de la Western Force. Alex Toolis fait également son retour down under mais du côté de Melbourne où il souhaite devenir le successeur de Luke Jones. Après avoir quitté Brisbane pour l’Écosse, il n’est pas devenu international du XV du Chardon au contraire de son frère jumeau Ben resté lui à Edinburgh. Enfin l’ancien talonneur Lyonnais Damien Fitzpatrick retrouve les couleurs des Waratahs où le départ de Tatafu Polota Nau peut lui laisser envisager un temps de jeu plus conséquent qu’avant son départ pour la France. Mention également pour David McDuling qui, après une saison décevante entre les Sharks et Canterbury, cherche à se relancer dans la province de ses débuts.

Tendance n°4 – Du mouvement entre les franchises

Stephen Moore Reds Super Rugby

Stephen Moore (Reds)

Les transferts entre franchises du même pays ne sont pas courants en Australie, les joueurs confirmés préférant souvent partir directement à l’étranger plutôt que de se balader dans le pays. Le capitaine des Wallabies Stephen Moore en est le parfait exemple en ayant quitté les Brumbies où il évoluait depuis 2009 pour rentrer à Brisbane où il a été formé. Sens inverse pour les frères Saia & Anthony Fainga’a qui quittent les Reds pour retourner à la maison à Canberra. Capé pour la première fois au Stade de France, Kyle Godwin quitte Perth pour s’imposer aux Brumbies et franchir un palier. Son ancien coéquipier Chris Alcock suit le même parcours pour remplacer numériquement un David Pocock en année sabbatique. Plusieurs joueurs à la relance du côté de la Western Force qui accueille le pilier des Reds Ben Daley, le utility back des Brumbies Robbie Coleman et surtout le talonneur des Waratahs Tatafu Polota Nau qui, faute d’avoir trouvé tardivement un contrat en Europe, s’offre une dernière pige en Super Rugby. Enfin Jake Schatz, laissé libre par les Reds, a l’opportunité de se relancer à Melbourne. Plusieurs joueurs moins capés ont également fait la navette à l’intérieur du pays en espérant obtenir plus de temps de jeu comme Michael Wells, Ben Matwijow, Lolo Fakaosilea ou Tom Banks.

Author: Adrien

Bien évidemment pour parler rugby du sud, il faut aimer ce sport et aimer écrire! Après un an à Sydney où j’ai chaussé les crampons pour le Mosman Rugby Club aux côtés d’australiens, d’européens, de kiwis, de sud afs, d’islanders et même de zimbabwéens ou de japonais, le retour en France a été difficile avec une presse spécialisée qui préfère parler de la signature du pilier de La Voulte à Lourdes plutôt que du Super Rugby ou des autres compétitions passionnantes de l’hémisphère sud ! Alors pour éviter que Christian Jeanpierre ou Mathieu Lartot vous présentent comme “nouvelle star de l’hémisphère sud” le joueur qui cartonne en bas depuis 3 saisons, j’ai décidé de créer Sud Rugby en 2009 dans le but de proposer une information pertinente, crédible et régulière.

Share This Post On
0 comments