Super Rugby 2017 – XV Type de Sud Rugby

1. Jacques van Rooyen (Lions, RSA)

Jacques van RooyenCertainement le joueur le moins “connu” de cette liste de 15 joueurs, Jacques van Rooyen n’en est pas moins primordial au sein de la belle machine des Lions créée par Johan Ackermann. Il vient d’ailleurs d’hériter du capitanat des Golden Lions en Currie Cup. Passé pro sur le tard à 26 ans après une carrière en amateur dans le Gauteng et en Irlande, il a profité de l’absence de Dylan Smith, révélation de la saison passée, suite à une grave blessure à l’épaule. Hormis ses 3 essais, il s’est illustré ballon en main sur ballons portés et quelques franchissements. Une belle surprise pour ce looshead prop discret mais indispensable.

2. Malcolm Marx (Lions, RSA)

Malcolm MarxTitulaire chez les Lions et international depuis un an seulement, Marx a explosé cette saison en Super Rugby et a fait taire les craintes qu’inspiraient la retraite internationale d’Adriaan Strauss avec les Springboks. Du côté statistiques, il a inscrit la bagatelle de 10 essais jusqu’en finale du tournoi. Il est aussi le second avant ayant le plus de mètres parcourus ballon en main dans la compétition derrière Amanaki Mafi. Enfin son taux de lancer réussis en touche est de 90%. A 23 ans, les Sud Africains ont enfin trouvé le successeur de Bismarck du Plessis, un talonneur complet qui brille aussi bien en mêlée que dans le jeu ou dans les rucks.

3. Owen Franks (Crusaders, NZL)

Owen FranksUne saison encore bien pleine pour Owen Franks. Rien de nouveau dans son jeu ni dans ses performances, le tighthead prop est toujours aussi régulier. Mais il s’accommode extrêmement bien au système mis en place par Scott Robertson : expert en mêlée, touche, mauls et rucks, Franks apporte comme toujours un peu plus que ses homologues au plaquage, notamment au centre du terrain. Il fait partie de ses hommes aux postes clefs du rugby de Canterbury, historiquement, comme le n°8 ou le n°12. Avec le titre, il étoffe un peu plus sa carrière.

4. Franco Mostert (Lions, RSA)

Franco MostertPouvait-on s’attendre à voir Franco Mostert figurer dans cette équipe type alors qu’un transfert vers le LOU était dans les tuyaux l’an passé? C’était sans compter sur son “attentat aux valeurs du rugby” ayant vu Mostert renier son contrat négocié via Skype avec le LOU pour rester à Jo’burg tout en effectuant une pige chez Ricoh au Japon. Et grand bien lui en a pris car, au lieu de végéter dans les méandres du Top 14, il est désormais double finaliste du Super Rugby et titulaire avec les Springboks. Meilleur plaqueur des Lions depuis deux saisons, il s’emploie sans relâche en défense et est le second meilleur catcher en touche avec 60 lancers. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs deuxième ligne du Super Rugby.

5. Sam Whitelock (Crusaders, NZL)

Samuel WhitelockComme Franks, Whitelock est un des hommes de base des Crusaders, sans qui il aurait été compliqué de gagner le titre. La franchise passe son jeu sur un rugby de possession, de multiplication des temps de jeu autour de fondamentaux dominés. Whitelock est le joueur le plus utilisé là-dedans et il est partout : dans les rucks, au plaquage, etc… mais aussi à la passe ou dans les intervalles quand il le faut. Un récent article dans la presse néo-zed voulait le nommer nouveau capitaine des All Blacks. On peut comprendre pourquoi.

6. Jaco Kriel (Lions, RSA)

Jaco Kriel Lions Super RugbyVous avez certainement déjà remarqué que chez Sud Rugby nous étions fans de Jaco Kriel depuis plusieurs saisons. Tenu à l’écart des Springboks de manière étonnante par Heyneke Meyer, il semble désormais entrer dans les plans d’Allister Coetzee, une bonne nouvelle pour des Sud Africains ayant cruellement manqué d’agressivité l’année dernière. Impressionnant lors de quasiment toutes ses rencontres, Jaco Kriel est un porteur de ballons et un flanker infatigable, difficile à stopper mais également à éviter. Avec 8 essais à son compteur lors du tournoi, il se positionne comme un 3e ligne complet, parfaitement complémentaire de ses coéquipiers des Lions Warren Whiteley et Ruan Ackermann. Il a définitivement convaincu tous les observateurs après cette saison, espérons juste qu’il ne se re-blesse pas au Japon où il est en double contrat avec Kubota Spears.

7. Ardie Savea (Hurricanes, NZL)

Ardie SaveaArdie Savea est dans la forme de sa vie et signe ses meilleures saisons. Certains doutaient encore de lui à cause de son profil original et hyper dynamique en troisième ligne, il est indiscutablement un des meilleurs joueurs au monde à son poste. Et il montre qu’il peut aligner des performances stables à ce niveau sur plusieurs saisons. Il fait partie de ces joueurs qui révolutionnent leur poste et le pousse un peu plus dans le rugby moderne : il est ultra dynamique, toujours en recherche de mètres en plus ou d’une solution à hauteur. Il a bien progressé dans le contest et devient de fait le meilleur gratteur du rugby néo-zélandais. Il gagne d’ailleurs de plus en plus de temps de jeu avec les All Blacks. Il mériterait une place de titulaire. Question de profil…

8. Amanaki Mafi (Rebels, AUS)

amanaki-mafiOn avait entendu beaucoup de bien sur Amanaki Mafi après ses performances avec le Japon ou avec Bath dans le championnat Anglais. Mais comment allait-il performer dans le championnat le plus difficile au sein d’une franchise au niveau plutôt faible et faire face à la concurrence d’un Lopeti Timani sortant d’une belle saison 2016? Ses coéquipiers n’ont tout simplement pas été à son niveau tant il a imposé sa classe lors du tournoi 2017. Premier avant en terme de ballons portés (196 – 3e au global derrière Damian McKenzie et Andries Coetzee), il est également l’avant ayant parcouru le plus de mètres (990) du tournoi, le second en terme de placages “cassés” et le second derrière RG Snyman au niveau des offloads (24). Incontestablement le meilleur avant de la poule Australienne cette saison, il a prolongé d’une saison avec les Rebels.

9. TJ Perenara (Hurricanes, NZL)

TJ PerenaraEncore une grosse saison pour TJ Perenara qui n’en finit plus de progresser et de tâtonner Aaron Smith au poste de titulaire chez les All Blacks. Toujours dans son style, leader précis, à l’initiative en contre et souvent lui-même marqueur d’essai. Perenara fait partie de ces demi de mêlée au profil de centre ou de n°15 qui contribuent à faire pousser le jeu de vitesse toujours plus loin.

10. Beauden Barrett (Hurricanes, NZL)

Beauden BarrettToujours compliqué pour quelqu’un d’élu meilleur joueur du monde l’année passée d’entamer une nouvelle saison, surtout en Super Rugby où l’on sait que les leaders prennent plusieurs matchs pour revenir à niveau. Mais Barrett a brillé de nouveau de toute sa classe, on se souvient notamment d’une prestation haut de gamme contre les Blues. Joueur d’instinct et grand animateur, Barrett excelle désormais au pied. Il a donné une petite dizaine d’essais par des passes au pied, devenu une de ses armes favorites, comme au XIII. Il continue à révolutionner son poste, toujours plus vers l’attaque. Il lui aura manqué le titre cette année.

11. James Lowe (Chiefs, NZL)

James LowePeut-être la meilleure saison de James Lowe, véritable pile électrique à l’aile des Chiefs. Animateur, finisseur et bon au pied, Lowe est un ailier ultra complet, qui pourrait très bien jouer second centre tant il sait créer et servir comme il faut. Sa folie sur le terrain manquera au Super Rugby et à Tasman, Lowe étant en partance pour le Leinster. Difficile de dire s’il s’adaptera bien, tant son style collait on-ne-peut-mieux avec le jeu des Chiefs. Une erreur de carrière ? En tout cas un beau challenge pour lui, difficilement All Black de toute façon. McKenzie lui doit beaucoup quelque part et sur les actions où McKenzie fait mouche, il y a souvent eu un James Lowe qui traine…

12. Ngani Laumape (Hurricanes, NZL)

Ngani LaumapeSaison XXL pour Laumape, dont on ne pouvait espérer mieux après une première saison délicate en Super Rugby. De souvenir, il est difficile de trouver un joueur de rugby à XIII qui s’est adapté aussi vite et aussi bien à XV. Il est devenu en trois mois le meilleur centre ball runner de la planête en première main, véritable buffle et calvaire pour les n°10 (demandez donc à Dan Biggar qui l’a croisé avec les Lions…). Quand Ardie Savea disait qu’en catégories jeunes, c’était le seul joueur dont il avait peur, on comprend mieux pourquoi… Il a ce profil de premier centre recherché par les Blacks et est de toute façon n°2 derrière Sony Bill Williams, titulaire pour le dernier test contre les Lions. Gros défenseur, il peut encore progresser dans l’animation. Ça reste une option sûre. Avec son partenaire de jeu fusionnel Vince Aso, le duo Nonu-Smith est très clairement remplacé aux Hurricanes.

13. Ryan Crotty (Crusaders, NZL)

Ryan CrottyTrès belle saison de Ryan Crotty, lui-aussi au centre de la machine à gagner Crusaders. Taulier des lignes arrières, il apporte de la confiance et de l’expérience. Pas forcément le joueur le plus spectaculaire, Crotty est pour autant excellent partout : au plaquage, au repositionnement, à la passe, dans le jeu debout ou en percussion. On fait difficilement plus complet et plus régulier. A l’image d’un Ben Smith, il fait rarement la passe de trop ou le pas de trop. Après sa grosse perf contre l’Australie, il a désormais sa place de titulaire au moins pour cette année avec les Blacks, après avoir été snobé plusieurs saisons. Crotty est dans la forme de sa vie, désormais bien expérimenté et devrait être à l’avant de l’attaque des champions du monde pendant quelques temps.

14. Rieko Ioane (Blues, NZL)

Rieko IoaneAnnoncé comme the next big thing du rugby néo-zed depuis plusieurs années, Rieko Ioane a maintenant explosé à XV à seulement 20 ans!!! Passé comme on le sait par le VII et déjà aux Blues l’an passé, Ioane a maintenant trouvé son poste : l’aile plus que le centre. On sait que dans les reconversions entre les rugbys, trouver son poste est ce qu’il y a de plus dur et peut prendre un certain temps. Si on ne pouvait pas douter des capacités physiques du cadet des Ioane, il est clair que le poste de centre lui laissait moins d’espace. Il s’est imposé désormais comme un redoutable finisseur et excellent dans le jeu de transition. Il a mis – excusez du peu – Savea et Naholo sur le banc de touche et ses dernières perfs avec les Blacks donnent raison à Hansen. Il a de quoi devenir désormais un leader des Blues.

15. Jordie Barrett (Hurricanes, NZL)

Jordie BarrettIndéniablement rookie de l’année, Barrett franchit les étapes comme les meilleurs de notre sport. Il fait partie de ces joueurs qui dès leur première saison de NPC intègrent le Super Rugby et qui en moins de trois mois deviennent All Blacks. Sa performance remarquée lors du dernier test contre les Lions lui promettait une place de titulaire avec le congé sabbatique de Ben Smith. Mais gravement blessé à l’épaule à l’entraînement, son ascension est stoppée. Il sera de nouveau de la partie l’an prochain en Super Rugby. Comme son frère Beauden, Jordie semble complétement étanche à la pression, ultra confiant et habile dans tout ce qu’il fait : jeu au pied, réception, contres, plaquages. Il peut aussi jouer centre et il est possible à l’avenir qu’il occupe plus ce poste, sa position avec Canterbury d’ailleurs. A voir, mais la Nouvelle-Zélande a une pépite de plus dans ses rangs. Grosse mention à Damian McKenzie, meilleur joueur pour la SANZAAR cette année si on regarde les stats.

Author: Team SudRugby

Quand les différents rédacteurs de supérette de Sud Rugby s'associent sur un article, on obtient la Team Sud Rugby!

Share This Post On
0 comments

Trackbacks

  1. […] présent dans notre XV du Super Rugby 2017 celui qui est titulaire chez les Lions et international depuis un an seulement a explosé cette […]