All Blacks – Etat des lieux avant la tournée d’automne

Damian McKenzie

Damian McKenzie

Leur saison

Après une tournée des Lions folle à tout point de vue, sur laquelle on est déjà revenu, la Nouvelle-Zélande a entamé le Rugby Championship en tant qu’ultra favori et avec une certaine envie d’en découdre. La question de départ commence sérieusement à être non pas « Quelle équipe va gagner le tournoi ? » mais « Est-ce que la Nouvelle-Zélande peut perdre un match ? ». La compétition a de fait perdu de sa superbe et mis à part savoir qui finira 2ème entre l’Australie et l’Afrique du Sud, il n’y a plus aucun suspense. Dans cette situation, la Nouvelle-Zélande – déjà forte de son hégémonie en Super Rugby – est dans la peau du chassé et chaque défaite ressortirait forcément. Le scénario n’a pas déjoué, les All Blacks ont battu le record de points marqués contre l’Australie (54-34 à Sydney) et contre l’Afrique du Sud (57-0 historique à North Harbour) et sont facilement venus à bout de l’Argentine. Alors évidemment, le dernier match fabuleux contre les Springboks au Cap (victoire sur le fil 25-24) a retenu l’attention et a montré que non, les All Blacks n’étaient pas imbattables. Reste que c’est toujours le même problème : chaque match a son propre contexte et l’enjeu est de gagner, point barre. Et les All Blacks sont irrésistibles pour cela, ils maitriseront toujours un match, auront le dernier mot, même si leur adversaire mène en cours de partie. Petit bémol toutefois avec cette défaite à Brisbane face aux Wallabies avec une équipe légèrement remaniée. En l’absence de certains de ses cadres, la belle machine noire peut parfois dérailler mais cette piqure de rappel devrait motiver les troupes de Steve Hansen avant d’arriver en Europe.

Au-delà des simples résultats et du suspense, la saison des Blacks a été innovante et intéressante à tout point de vue. Elle a révélé s’il le fallait encore la qualité du rugby kiwi avec les débuts en test-match de David Havili et surtout les confirmations à haut niveau de Damian McKenzie, Rieko Ioane, Liam Squire, Vaea Fifita voire Kane Hames. Steve Hansen et son staff ont innové comme jamais et sont sortis du conservatisme qui régissait sur la maison Black. Petite révolution donc au pays du long nuage blanc. Hansen n’a pas hésité à par exemple titulariser A. Savea, Liam Squire et Vaea Fifita en 3ème ligne ou TJ Perenara contre l’Argentine. Les absences de Ben Smith (congé sabbatique après les deux premiers matchs), de Retallick pendant le dernier match (décès familial) et la multiplication des blessures en 1ère ligne (Coles, Franks, Moody) ont largement renouvelé l’effectif. Une nouvelle génération de joueurs de Super Rugby intègrent maintenant le très haut niveau et de façon répétée. De quoi consolider un peu plus l’effectif et la confiance des troupes.

Scott Barrett, David Havili & Ofa Tu'ungafasi

Scott Barrett, David Havili & Ofa Tu’ungafasi

Côté jeu, les All Blacks continuent à pousser jusqu’au maximum les limites physiques et techniques de notre sport. Ce Rugby Championship a vu les All Blacks être toujours plus efficaces en contres, plus rapides dans le jeu courant et tenir des séances de jeu allant bien au-delà de ce qui a pu être vu jusqu’ici. Le dernier match contre les Boks est resté dans les mémoires, avec des temps de jeu allant jusqu’à 5-6 minutes, de quoi faire pâlir des spectateurs d’un Toulon-Racing… Les Blacks continuent à donner au rugby la forme qu’il aura dans l’avenir. Aux autres de s’adapter et de suivre, sinon les défaites continueront.

Les joueurs à suivre : le back three

Le back three du moment Rieko Ioane – Waisake Naholo – Damian McKenzie devrait affoler l’Europe malgré les absences d’Israel Dagg, Ben Smith, Julian Savea voire Nehe Milner Skudder ou Jordie Barrett. Ces trois joueurs sont rapides et bons finisseurs. Mais le trio excelle par sa technique et la prise d’initiative. McKenzie donne d’excellents choix dans l’animation, en supplément de Barrett. Quant à Ioane, il s’agit bien de la grosse révélation à ce niveau, qui confirme bien tout ce que l’on avait vu de l’enfant prodige. Il marche sur les pas des Howlett, Rokococo, Lomu, Savea… Les Blacks ont de nouveau à ces postes des armes de destruction massives qui ne devraient laisser peu de chances à une équipe comme l’Ecosse. La France du rugby les découvrira aussi…

Le programme

Fixtures Results All Blacks 2017

Le programme détaillé et les statistiques des All Blacks sur la saison 2017 sont à retrouver sur le site.

Notre pronostic : 5 victoires, 0 défaites

Un 5/5 est largement envisageable pour les All Blacks qui souhaiteront retrouver leur standing après n’avoir pu remporter la tournée des Lions et s’être incliné le week end dernier face aux Wallabies. Cela porterait leur nombre de victoires à 13 cette saison, un beau score quand on sait qu’une sélection comme le XV de France ne joue que 11 rencontres par an. Au vu de l’état de forme cette année, la machine à record est engrangée et celle à spectacle aussi. Pour autant, des équipes du Sud fatiguées et en fin de saison face à des équipes du Nord dans des états de forme optimales, cela donne souvent des matchs étriqués. Les trois nations majeurs sont globalement du même niveau (France, Ecosse, Pays de Galles), il est possible qu’une des trois crée la surprise. Le programme est chargé pour autant avec 5 matchs, 6 si l’on compte le match de gala contre l’Australie. Encore une fois, la NZRFU n’hésite pas à engranger la machine à billet à gros coups de déplacements en Europe. On regrettera que les Blacks ne rencontrent pas l’Irlande et surtout l’Angleterre pour ce qui aurait été un choc des hémisphères.

Le groupe

Talonneurs: Asafo Aumua (Wellington) – Dane Coles (Hurricanes) – Nathan Harris (Chiefs) – Codie Taylor (Crusaders)
Piliers: Wyatt Crockett (Crusaders) – Kane Hames (Chiefs) – Nepo Laulala (Chiefs) – Tim Perry (Crusaders) – Jeffery Toomaga Allen (Hurricanes) – Ofa Tu’ungafasi (Blues)
2e Ligne: Scott Barrett (Crusaders) – Luke Romane (Crusaders) – Patrick Tuipulotu (Blues) – Sam Whitelock (Crusaders)
3e Ligne: Sam Cane (Chiefs) – Vaea Fifita (Hurricanes) – Jerome Kaino (Blues) – Kieran Read (cap – Crusaders) – Ardie Savea (Hurricanes) – Liam Squire (Highlanders) – Matt Todd (Crusaders
Demis de Mêlée: Tawera Kerr Barlow (Chiefs) – TJ Perenara (Hurricanes) – Aaron Smith (Highlanders)
Demis d’Ouverture: Beauden Barrett (Hurricanes) – Lima Sopoaga (Highlanders)
Centres: Ryan Crotty (Crusaders) – Jack Goodhue (Crusaders) – Ngani Laumape (Hurricanes) – Anton Lienert Brown (Chiefs) – Sonny Bill Williams (Blues)
Ailiers: Matt Duffie (Blues) – Rieko Ioane (Blues) – Waisake Naholo (Highlanders) – Seta Tamanivalu (Crusaders)
Arrières: David Havili (Crusaders) – Damian McKenzie (Chiefs)

Le groupe détaillé est disponible sur le site.

Author: Antoine

Dépressif pendant plusieurs années. A sombré non pas dans la drogue, mais dans le Top 14 de longs vendredis soir, notamment à travers les prestations d’une équipe jouant en blanc et rouge (ou ciel et blanc je sais pas trop ; ah, on me souffle dans l’oreillette que c’est pareil de toute façon) dirigée par un type au nom d’effaceur et qui a toujours fait des chemises trop chères pour moi. Tout semblait perdu, je n’étais plus que l’ombre de moi-même, rêvant parfois d’un « David Marty Tribute » sur Youtube. Et un beau jour, mon adolescence de pré-Directioner fut sauvée de justesse par le rugby, le vrai, celui d’en bas (pas d’Agen hein). Richie, Bismarck et Quade sont devenus mes héros, le Super Rugby mon fantasme. P.S : tente de temps à autres de pondre des papiers sur un blog constitué d’un futur chauve étant grand admiratif de Sony Bill Williams et d’un stagiaire argentin alcoolique souvent habillé en poncho.

Share This Post On
0 comments