XV “Sudiste” de l’année 2017

Tendai Mtawarira

1 – Tendai MTAWARIRA (Afrique du Sud – Sharks)

Un choix en partie par défaut pour commencer mais pas anodin non plus. Joe Moody a depuis la retraite de Tony Woodcock souvent occupé la pole position dans l’hémisphère Sud au poste de pilier gauche. Mais blessé une grande partie de la saison, il n’aura pas joué beaucoup de matchs avec les Blacks. Tendai « The Beast » Mtawarira au-delà des bruits bestiaux qu’il suscite dans le public reste un monstre de régularité et de longévité. Il aligne les titularisations en test-matchs et est toujours indiscutable pour les Boks, tant dans son rôle de plaqueur, en mêlée fermée, en percussion et dans toute la panoplie de la technique d’avant. Complet et jamais contrarié physiquement, il participe à la bonne santé du cinq de devant sud-africain.

Malcolm Marx

2 – Malcolm MARX (Afrique du Sud – Lions)

Déjà présent dans notre XV du Super Rugby 2017 celui qui est titulaire chez les Lions et international depuis un an seulement a explosé cette saison en Super Rugby. Il a surtout fait taire les craintes qu’inspiraient la retraite internationale d’Adriaan Strauss en devenant en moins d’une saison indispensable chez les Springboks. Du côté statistiques, il a inscrit la bagatelle de 10 essais jusqu’en finale du tournoi avec les Lions, et 3 sous le maillot des Boks. Il est surtout l’un des rares Sud Africains à avoir brillé lors de cette saison une nouvelle fois moribonde au pays de Johnny Clegg. On le savait déjà brillant défensivement, surtout sur les turnovers où il affiche des statistiques de flanker, mais il s’est également illustré par sa discipline et ses ballons portés. A 23 ans, les Sud Africains ont enfin trouvé le successeur de Bismarck du Plessis, un talonneur complet qui brille aussi bien en mêlée que dans le jeu ou dans les rucks.

Nahuel Tetaz Chaparro

3 – Nahuel TETAZ CHAPARRO (Argentine – Jaguares)

Tetaz Chaparro s’inscrit dans la lignée des grands piliers Argentins, poste quasiment élevé au rang de tradition au pays des Pumas. Si la perte d’Herrera n’est pas négligeable (blessé parfois puis départ au Stade français), Tetaz apporte combativité, mobilité et disponibilité dans le jeu courant. Il sera sans doute un des hommes de base en vue de la Coupe du Monde 2019. Pour autant, Owen Franks reste le membre indéboulonnable de nos classements ces dernières années, tant en Super Rugby qu’au niveau international. Une sérieuse blessure en aura décidé autrement.

Adam Coleman

4 – Adam COLEMAN (Australie – Force puis Rebels)

Adam Coleman est une des excellentes surprises down under depuis deux saisons avec une progression aussi fulgurante qu’inattendue. Il est vrai qu’en début d’année 2016 son profil était plutôt celui d’un joueur qui allait bientôt partir d’Australie pour s’engager avec Oyonnax ou Grenoble puis tenter sa chance à Trévise ou Newport pour terminer à Narbonne. Pourtant il a su tirer son épingle du jeu en marquant des points auprès de Michel Cheika malgré les performances plutôt ternes de la Western Force. En 2017 David Wessels en a fait un des cadres à Perth et la Force a un peu retrouvé de sa superbe même si cela n’a pas empêché la liquidation de la franchise. Il s’est imposé avec les Wallabies en écartant le pourtant solide Kane Douglas grâce à ses performances en défense mais également dans le jeu aérien et sur les ballons portés. Un des hommes de base de Michael Cheika à l’horizon du Mondial 2019.

Sam Whitelock

5 – Sam WHITELOCK (Nouvelle Zélande – Crusaders)

Taulier parmi les tauliers chez les Blacks, Sam Whitelock a inauguré son premier capitanat face au Pays de Galles fin novembre. Une façon de récompenser le leadership et les performances incroyables du deuxième-ligne. Toujours bien placé, juste techniquement, impérial en touche, Whitelock abat aussi un travail dantesque dans les rucks et au plaquage. D’une certaine façon, les Barrett et les Ioane lui doivent beaucoup, tant il est excellent dans le travail d’avant des Néo-Zeds et qu’il contribue à accélérer le jeu. Quand ce n’est pas lui-même qui est à la passe d’ailleurs, en pivot, au près ou dans le couloir des 5m. Whitelock fait partie de ces joueurs qui font gagner les All Blacks tous les weekends sans que cela ne soit forcément dit. Il contribue chaque année à changer son poste et à former de nouvelles générations de deuxièmes-lignes, devant leur télé et bientôt sur les terrains du monde entier au plus haut niveau.

Siya Kolisi

6 – Siya KOLISI (Afrique du Sud – Stormers)

Longtemps considéré comme une future “star” du rugby Sud Africain sans le confirmer dans la durée, Siya Kolisi semble avoir profité de cette année 2017 pour s’installer définitivement à l’aile du backrow des Springboks. Enfin épargné par les blessures, il est également devenu capitaine des Stormers en début de saison, la seule franchise performante en Afrique du Sud. Un des rares flanker Sud Africain en exercice (avec Jaco Kriel) à pouvoir s’inscrire comme un héritier des Burger, Krige, Brussow and co du point de vue de la défense et de l’agressivité, il s’illustre également offensivement où il n’est pas rare de le voir inscrire des essais. Cette saison, 4 à son actif sous le maillot des Boks, 2e meilleur réalisateur derrière Jesse Kriel, et 6 en Super Rugby. Il ne demande qu’à enchaîner!

Sam Cane

7 – Sam CANE (Nouvelle Zélande – Chiefs)

Une saison bien remplie pour Sam Cane, monstre de régularité et désormais pièce maitresse du système défensif des All Blacks. Cane n’a pas la mobilité et la science du contest de McCaw mais il l’égale au plaquage, quasiment systématiquement à plus de 10 unités par match. Il reste impressionnant au soutien et est précieux sur les situations de turnovers. Il a encore une belle marge de progression balle en main car il n’a pas encore les skills d’un Ardie Savea (pour le moment n°2 dans la hiérarchie) ou d’un Michael Hooper (indispensable aux Wallabies mais encore trop pénalisé).

Kieran Read

8 – Kieran READ (Nouvelle Zélande – Crusaders)

Kieran Read s’inscrit dans la durée et gagne assez facilement sa place comme n°8 référence dans le monde, encore une fois. Son jeu de passe et sa disponibilité ne doivent pas faire oublier son abatage dans les rucks, en défense et en touche. Il se montre être un leader extraordinaire pour les All Blacks et pour les Crusaders, avec qui il aura tout gagné en 2017 (sauf une tournée des Lions qu’il a partagé avec Warburton). Il sera le capitaine et l’un des hommes de base de la campagne au Japon en 2019 et est une sorte de relai direct du staff sur le terrain, un homme de confiance.

Aaron Smith

9 – Aaron SMITH (Nouvelle Zélande – Highlanders)

Avec un jeu technique toujours aussi irréprochable, Aaron Smith continue d’être le meilleur scrumhalf du monde malgré le retour en grâce de Will Genia. S’il est peut-être un peu moins bon qu’il y a deux ou trois ans, la passe de Smith fera partie à tout jamais des gestes qui auront marqué l’histoire du rugby, comme le jeu au pied de Wilkinson et le contest de Pocock. Visionnaire hors pair, Smith a offert beaucoup d’essais sur des passes décisives dans le couloir des 15m ou au pied. Il est toujours aussi impressionnant dans les situations de turnovers et dans le jeu débridé. Il fait les choix justes et il les fait vite. Si l’on ajoute ses qualités de meneur du pack, il forme un n°9 parfait.

Beauden Barrett

10 – Beauden BARRETT (Nouvelle Zélande – Hurricanes)

Seconde saison au sommet pour Beauden Barrett, de nouveau élu meilleur joueur du monde par World Rugby. Moins impressionnant que l’an dernier, Barrett s’est perfectionné dans l’animation, au pied et dans ses positionnements en défense. Si on l’a peut-être moins vu dans des exploits en solo avec les All Blacks, c’est aussi parce qu’il fait briller un peu plus ses coéquipiers. On l’a souvent vu jouer en appui sur Sony Bill Williams ou permuter avec Damian McKenzie dans l’animation. Hansen utilise la vista et la vitesse de Barrett à la perfection. Pour autant, les défenses – surtout celle des Lions – semblent avoir adopté des plans anti-Barrett assez performants consistant à rendre le moins possible le ballon au pied de façon à ne pas générer de turnovers. C’est aussi pour cela que l’on a moins vu Barrett dans un registre de contre qu’en Super Rugby où il n’a cessé d’exploiter les fautes de l’adversaire. Par contre, il a vraiment progressé en première main et un nombre croissant d’essais continue à être inscrit de la sorte pour la Nouvelle-Zélande.

Rieko Ioane

11 – Rieko IOANE (Nouvelle Zélande – Blues)

La nouvelle bombe des All Blacks et le rookie de l’année pour World Rugby. Il a définitivement laissé Julian Savea sur le carreau, boudé par le staff des Blacks après deux saisons en demi-teinte, notamment avec les Hurricanes. Ioane possède avec Barrett la cadence la plus infernale du rugby mondial. Impressionnant d’agilité pour ses 1m88 et 103 kilos, Ioane a ce flair des grands ailiers, avec systématiquement le bon timing. C’est une arme offensive parfaite au sein du dispositif d’attaque des All Blacks. Produit du 7s, Ioane garde une technique hors pair et une certaine polyvalence, il a aussi joué second centre avec les Blues. A seulement 20 ans, Ioane semble avoir tout compris au rugby à XV. Certains disent que ce n’est que le début d’un phénomène…

Kurtley Beale

12 – Kurtley BEALE (Australie – Wasps RFC puis Waratahs)

Daddy’s home! Une phrase qu’aurait pu prononcer Kurtley Beale dès son retour dans le vestiaire des Wallabies après une année 2016 moribonde où son absence pour cause de pige aux Wasps n’est pas passée inaperçue. 2017 n’a pas non plus été un grand cru pour les Australiens mais le retour de Beale en inside centre et surtout sa complémentarité avec Bernard Foley et Israel Folau a été primordiale pour Cheika. Darryl Gibson peut également se frotter les mains du retour de Beale à la maison à Sydney. Son influence est également grandissante dans les coulisses du rugby Australien où pour la première fois, la fédération a lancé un superbe maillot dédié aux Indigenous Australians et dont Beale a été l’ambassadeur.

Ryan Crotty

13 – Ryan CROTTY (Nouvelle Zélande – Crusaders)

Le nouveau Mr Propre des lignes arrières néo-zélandaises. Ryan Crotty est l’archétype du joueur qui joue « juste ». Toujours dans les bons coups, souvent dans la création, Crotty est l’un des meilleurs joueurs qui existent en première main et dans les attaques placées. Avec une technique irréprochable, une défense fiable et un très bon sens du jeu, il rappelle Conrad Smith dans son attitude et dans son rôle dans la ligne de 3/4 des All Blacks. Il le remplace numériquement, après de longues années dans son dos. Avec une titularisation désormais obtenue chez les Blacks et un titre en Super Rugby, Crotty a enfin combiné performance et réussite sportive.

Reece Hodge

14 – Reece HODGE (Australie – Rebels)

Deuxième année de présence de Reece Hodge dans notre XV de la saison mais il glisse cette fois ci à l’aile, le poste où il aura été le plus utilisé par Michael Cheika en 2017. Hodge s’annonce comme le nouveau “couteau suisse” du rugby Australien maintenant qu’Adam Ashley Cooper semble s’être mis en retrait de la sélection nationale. Utilisé au centre avec les Rebels, il a également montré qu’il pouvait être un bon back up de Foley à l’ouverture lors du test match face au Japon. Il s’illustre principalement grâce à son jeu au pied puissant et précis mais aussi grâce à sa vitesse et ses skills ballon en main. Sa lecture du jeu l’a propulsé comme maître à jouer des Rebels et Dave Wessels devrait en faire son homme de base pour sa franchise new look de Melbourne en 2018.

Israel Folau

15 – Israel FOLAU (Australie – Waratahs)

Grosse discussion pour savoir qui de Folau ou de Damian McKenzie méritait cette place de meilleur fullback de la saison. Si “D-Mack” s’est parfaitement intégré au sein du collectif bien huilé des All Blacks, Israel Folau a été le meilleur Australien cette année en enchaînant des performances lui ayant valu d’être shortlisté par World Rugby comme joueur de la saison. Bien qu’ayant manqué la tournée d’automne pour se reposer (et accessoirement se marier), il a marqué 12 essais avec les Wallabies et 9 avec les Waratahs. Un excellent bilan!

Author: Team SudRugby

Quand les différents rédacteurs de supérette de Sud Rugby s'associent sur un article, on obtient la Team Sud Rugby!

Share This Post On
0 comments